Pâquet, Marguerite

(Jeanne Mathilde) Marguerite Pâquet. Contralto, professeure (Québec, 10 novembre 1916 - 29 novembre 1981). B.Mus. (Laval) 1939.

Pâquet, Marguerite

(Jeanne Mathilde) Marguerite Pâquet. Contralto, professeure (Québec, 10 novembre 1916 - 29 novembre 1981). B.Mus. (Laval) 1939. Élève de soeur Saint-Jean-de-l'Eucharistie au collège Jésus-Marie de Sillery, elle fut soliste à l'église Saint-Dominique et se fit entendre aux stations radiophoniques CHRC et CKCV ainsi qu'à des émissions de la SRC. Elle suivit à Montréal les cours de Pauline Donalda et chanta Inez (Il Trovatore) en 1949 à l'Opera Guild. La même année, elle obtint le trophée LaFlèche décerné par l'hebdomadaire Radiomonde.

Boursière du gouvernement du Québec (1952-54) puis du gouvernement français (1954-55), elle fit à Paris un séjour d'études qui se prolongea en une carrière en Europe et en Amérique. Elle se perfectionna avec Giuseppe Boralevi et Pierre Bernac, et étudia la mise en scène avec Georges Wague. Elle fut engagée régulièrement à la radio-télévision française dès 1953 et tint en 1954 le rôle de Suzuki (Madama Butterfly) au théâtre Municipal de Saint-Brieuc.

Sa rencontre avec Nadia Boulanger, lors d'une audition qui la mit au nombre des artistes choisis pour la cérémonie de mariage entre le prince Rainier de Monaco et Grace Kelly fut déterminante. Devenue une soliste régulière de Boulanger, elle fit partie d'un quatuor vocal au Cons. amér. de Fontainebleau et elle fut invitée pendant huit saisons aux Festivals Menuhin à Bath et Gstaad. Elle accompagna également Boulanger aux É.-U. et au Canada en 1958 puis durant trois mois en 1962 afin d'interpréter Psaume 130 de Lili Boulanger à Boston, New York, Philadelphie et Pittsburgh.

Louangée par la critique, au lendemain d'un récital à la salle Gaveau (23 novembre 1956), pour « un sens très vif de la couleur et une diction lyrique infiniment convaincante » (Maxime Belliard, Jours de Paris), elle prit part aux concerts des Amis de la musique de chambre. Elle tint le rôle de Mme Peachum lors de la création en France de la version Britten de L'Opéra des gueux, et celui de Paméla dans Le Corsaire, opéra d'Ivan Semenoff. En province, elle chanta à divers festivals et fut soliste à Montpellier (Passion selon saint Matthieu), Angers (Te Deum de Charpentier) et Metz (Pacem in terris de Milhaud). En 1959, elle se rendit en Amérique du Sud avec l'Ensemble vocal et instrumental Roger Blanchard. Plus tard, elle chanta le rôle de la Gouvernante de Don Quichotte dans L'Homme de la Mancha, production de Jacques Brel (qui y tint le premier rôle). L'oeuvre fut présentée à Bruxelles (première européenne, 4 octobre 1968) et Paris, et enregistrée en 1968 (Barclay 80381).

Marguerige Pâquet était revenue à Québec en 1958, comme soliste du Requiem de Verdi dirigé par Wilfrid Pelletier, et en 1959 alors qu'elle avait enregistré des récitals à la SRC. Invitée en 1970 par Raoul Jobin à enseigner le chant au CMQ, elle se fixa de nouveau à Québec.

Avec l'ensemble de Roger Blanchard, elle enregistra (1956-66) Orphée et Eurydice (2-Epic 6019) ainsi que huit micr. de musique du Moyen Âge et de la Renaissance parus sur étiquettes Epic, Music Guild, Nonesuch et Archiv. On peut également l'entendre dans l'enregistrement Ceremonial Music of the French Baroque (1965?, Nonesuch H-71039).


Lecture supplémentaire

  • Samson, Marc. 'Après 18 ans de carrière européenne,' Quebec City Le Soleil, 26 Jun 1971

    Bonenfant, Yolande. 'Marguerite Pâquet, artiste lyrique,' Personnalités féminines (Chicoutimi 1975)