Hoffert, Paul

Paul (Matthew) Hoffert. Compositeur, arrangeur, claviériste (Brooklyn, New York, 22 septembre 1943, naturalisé canadien 1961). B.Sc. (Toronto) 1966. Paul Hoffert commence à étudier le piano à l'âge de neuf ans.

Hoffert, Paul

Paul (Matthew) Hoffert. Compositeur, arrangeur, claviériste (Brooklyn, New York, 22 septembre 1943, naturalisé canadien 1961). B.Sc. (Toronto) 1966. Paul Hoffert commence à étudier le piano à l'âge de neuf ans. Après s'être établi à Toronto en 1956, il étudie la composition avec Gordon Delamont (1957-1963) et, pendant quelque temps, le vibraphone avec Hagood Hardy. En 1960, il commence à jouer du piano et du vibraphone dans des clubs de jazz locaux. Avec Bernie Piltch (saxophone alto), Carne Bray (contrebasse) et Archie Alleyne (batterie), il enregistre The Jazz Roots of Paul Hoffert (Chateau CLP-1002) en 1961. Pendant qu'il étudie les mathématiques et les sciences à l'Université de Toronto, il devient directeur musical de l'émission télévisée de la CBC « Time of Your Life » (1963-1965). Il travaille ensuite avec Hugh Le Caine pour le National Research Council. En 1968, il fonde Lighthouse avec Skip Prokop et y joue du piano, de l'orgue et du vibraphone jusqu'en 1974, pour poursuivre ensuite une carrière de compositeur, d'arrangeur et de producteur de disques à Toronto.

Compositions

Scène, cinéma et télévision
Les compositions de Paul Hoffert incluent les comédies musicales Get Thee to Canterbury (1968, écrite en collaboration avec Mark Shekter et produite « off-Broadway » à New York) et Hogtown (1981, écrite en collaboration avec Tom Hendry et produite à Toronto); des partitions de films comme Winter Kept Us Warm (1965), Requiem pour un espion (1971), It Seemed Like a Good Idea at the Time (1974), Outrageous (1977), Third Walker (1978), Circle of Two (1979), Paradise (1981), Fanny Hill (1983), Universe (1985) et Eddie and the Cruisers II (1990); ainsi que de la musique de scène et l'indicateur musical de dramatiques, de documentaires et de séries télévisées. Il a également créé l'indicatif musical de « The Hitchhiker » (1984) de Home Box Office, ainsi que celui de « Canada AM » (1992-1998) de CTV. Jusqu'à la fin des années 1990, sa production est principalement destinée au cinéma et la télévision. Il compose les thèmes de Bravo! (1996) et CityPulse News (1997-1998); les trames sonores de séries télévisées comme Catwalk (1992-1993), Strangers (1994) et Freaky Stories (1997); et celles de films comme OCD: The War Inside de l'Office national du film du Canada (2001). Hoffert a aussi écrit plusieurs pièces pour des ensembles de jazz, des chansons pour Lighthouse et de nombreux refrains publicitaires.

Œuvres de concert
Ses œuvres de concert incluent Ballet High (1970, pour le Ballet royal de Winnipeg et Lighthouse); Sweet Summersaults (1976, pour le Toronto Dance Theatre); Concerto for Contemporary Flute (1975) créé par Moe Koffman; Concerto pour violon (1976), créé et enregistré par Steven Staryk sous la direction du compositeur, et Israel, créé le 4 juin 1978 par l'Orchestre philharmonique de Hamilton. Depuis, il a peu à peu délaissé la création de concerts, qui n'a jamais été au centre de son activité productrice, pour ne plus composer depuis 1990 que deux œuvres : Hidden Channel (1991, opéra) et Noah (1995, ballet multimédia).

Représentations

Les représentations occupent une place importante dans la carrière de Paul Hoffert. Il retrouve Lighthouse en 1992, et donne un certain nombre de représentations indépendantes par téléphone et réseau numérique, comme la Cyber Soirée (1996), SMART Toronto (1999) et Supercomputing (2001).

Du côté de la musique classique, il dirige l'Orchestre symphonique de Toronto et l'Orchestre symphonique d'Edmonton en concert avec Lighthouse, ainsi qu'un orchestre de studio à Toronto lors de l'enregistrement de la comédie musicale Goya de Maury Yeston, avec Placido Domingo, Dionne Warwick et d'autres (Col. SKX-40680-CD, paru en 1989). Il collabore au piano avec Bramwell Tovey à Winnipeg (2000) pour la 2e rhapsodie hongroise de Liszt.

Recherche numérique

Le principal intérêt de Paul Hoffert est le domaine de la recherche numérique. Bien qu'il ait commencé par travailler au National Research Council (1969-1971), chez Apple (1977-1982) et sur divers projets de musique numérique au cours des années 1980, c'est l'avènement d'Internet qui donne une impulsion à son travail. De 1992 à 2000, il dirige le CulTech Research Centre de l'Université York, qu'il a également fondé. Grâce à ses projets et à ceux d'autres chercheurs, il est parmi les premiers à travailler sur des applications d'utilisateurs à large bande; la délivrance numérique de licences (grâce à IVY, 1993-1999, l'un des premiers systèmes de délivrance et de suivi de la propriété numérique sur Internet); les portails de musique sur demande (Jukeboxx, 1995-2000); les applications de cours multimédias; et plus récemment, Digital Music Exchange (DMX), un service poste à poste qui permet aux communautés de partage direct de fichiers d'exister sans violer le droit d'auteur. Hoffert est un conférencier très sollicité, connu pour ses remarques incisives au sujet des répercussions de la technologie sur la création artistique et sur sa diffusion.

Enseignement, publications, nominations

Hoffert a été directeur musical à la Blue Mountain School of Music de Collingwood, en Ontario (1975-1977) et au George Brown College de Toronto (1976). Il rédige The Hoffert Guide for Synchronizing Music (Toronto, 1980) et commence à enseigner la composition de musiques de film à l'Université York en 1984 (il passera ensuite aux études cinématographiques et culturelles). Il est l'un des fondateurs et le président de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision (1981-1983). Il occupera plus tard le poste de producteur principal de la transmission par CTV, en 1985 et 1986, de la remise des Gemini Awards de cet organisme. De 1987 à 2000, il devient président de la Guilde des compositeurs de film canadien, avant d'être nommé président de son conseil d'administration en 2000.

Hoffert siège au conseil d'administration de nombreux organismes comme, entre autres, la Canadian Independent Record Production Association (1970-1975); la Société canadienne des droits d'auteurs (1984-1990); le Conseil des arts de l'Ontario (1994-1997) et l'Encyclopédie de la musique au Canada (1998-2003). De 2005 à 2007, il est professeur assistant à la Harvard Law School avant de devenir, en 2006, président-directeur général de Noank Media, une communauté de distribution en ligne.

Prix et récompenses

De toutes les récompenses attribuées à Paul Hoffert, les plus remarquables sont sûrement son intronisation au Canadian Rock and Roll Hall of Fame (1995), la médaille reçue du Conseil des arts de l'Ontario (1997) et sa nomination de Membre de l'Ordre du Canada (2004). Sa partition pour Outrageous, écrite en collaboration avec sa femme Brenda (parolière, née à Toronto en 1944), lui vaut de remporter en 1977 un Canadian Film Award. Les archives sur papier de Paul Hoffert sont conservées à l'Université York, tandis que ses archives technologiques et musicales sont détenues par le Musée des sciences et de la technologie du Canada.

Oeuvres (sélection)

Concert
Concert music, groupe de rock et orchestre, 1969

Concerto for Contemporary Flute, flûte et orchestre, 1975

Concerto for Contemporary Violin, violon et orchestre, 1976

Israel, ténor, chœur, harpe et percussions, 1978

Spring, quatuor à cordes et groupe de rock, 1980

Comédie musicale

Get Thee to Canterbury, 1967

Marat Sade, 1969

Prometheus Bound, avec Irene Worth, 1971

Hogtown, 1981

Hidden Channel, opéra, 1991

Danse
Ballet High, groupe de rock et ballet, 1969

Sweet Summersault, 1976

Noah, ballet et multimédia, 1995

Bandes sonores de films et d'émissions télévisées
Sweet Summersaults, 1976

Strangers (avec D. Hoffert), 1994

Elvis Airborne (avec D. Hoffert), 1994

Bravo! (avec D. Hoffert), 1996

Freaky Stories (avec D. Hoffert), 1997

CityPulse News (avec D. Hoffert), 1997-1998

OCD: The War Inside, 2001

Partitions musicales
Groundstar Conspiracy, 1970

Sunday in the Country, 1974

Seemed Like a Good Idea at the Time, 1975

Outrageous, 1975

The Third Walker, 1977

The Newcomers, 1978

Highballin, 1978

Shape of Things to Come, 1979

Double Negative, 1980

Circle of Two, 1980

Crossover, 1981

Tales of the Haunted, 1981

Firebird, 1981

Paradise, 1982

A Matter of Cunning, 1983

Blood and Fire: 100 Years of the Salvation Army, 1983

The Last Sailors, 1983

Golden Promise, 1984

Neighbours, 1984

Streetwise, 1984

Bedroom Eyes (avec John Tucker), 1984

Vengeance Is Mine, 1984

Heavenly Bodies, 1985

The Hitchhiker, 1985-1993

Magic Planet, 1985

Fanny Hill, 1986

Hoover Versus the Kennedys: The 2nd Civil War, 1987

Pygmalion, 1987

Eddie & the Cruisers II, 1989

Mister Nice Guy, 1990

Indicatifs musicaux pour le Family Channel, 1991

Catwalk, 1992-1993

Indicatif musical de Canada AM, 1992-1998

Hidden Room (avec D. Hoffert), 1993

Discographie (sélection)

The Jazz Roots of Paul Hoffert : 1961; Chateau.

Suite Feeling : 1968; Lighthouse, RCA Records.

Lighthouse : 1968; Lighthouse; RCA Records.

One Fine Morning : 1969; Lighthouse; GRT Records.

Peacing It all Together : 1969; Lighthouse; RCA Records.

One Fine Light : 1970; Lighthouse; RCA Records.

Thoughts of Movin' On : 1970; Lighthouse; GRT Records.

Live at Carnegie Hall : 1971; Lighthouse; GRT Records.

Sunny Days : 1972; Lighthouse; GRT Records.

Best of Lighthouse : 1974; Lighthouse; GRT Records.

Concerto for Contemporary Violin : 1977; Steven Staryk, violon; Hoffert, chef d'orchestre.

Outrageous. Enregistrement original : 1977; Polygram Records.

I Lost My Pet Lizard : 1979; Lizard People; Teddy Records.

Sunny Days Again : 1989; Lighthouse; Denon Records.

Eddie & the Cruisers II (bande son originale) : 1989; Sony Records.

Goya : 1989; Placido Domingo.

Oh What a Feeling : 1996; Lighthouse et autres; MCA Records.

Song of the Ages : 1996; Lighthouse; Universal Music Group.

Aura Borealis : 1998; Aura; Rully Records.

Écrits

Livres
Hoffert Guide to Synchronizing Music (Toronto 1982)

Understanding Music in Media (Toronto 1987)

Avec Peter Roosen-Runge. Inventory of Internet Technologies and Services (Ottawa 1996)

Avec Peter Roosen-Runge. Internet Technologies Primer (Toronto 1997)

The Bagel Effect: A Compass to Navigate Our Wired World (Toronto 1998)

All Together Now: Connected Communities: How They Will Revolutionize the Way You Live, Work, and Play (Toronto 2000)

The New Client: How Customers Shape Business in the Information Age (Toronto 2002)

Music for New Media: Composing for Videogames, Websites, Presentations, and other Interactive Media (Boston 2007)

Articles
« Sound exciter », Minds in Motion, printemps 1990

« Film and television music », The Jazz Scene, réimprimé dans Songwriter, janvier 1991

« Information super-hypeway », Computer Information Magazine, mars 1994

« Reaching consumers on the infoway », Canadian Advertising, novembre 1994

Designing the info highway to be a road well-travelled, Globe and Mail, 29 décembre 1994

« Jerry Garcia was an enigma wrapped in a riddle », Now Magazine , 17 au 23 août 1995

« Funding artists enriches all of us », Toronto Star, 24 juin 1996

« The bytes behind the biz », Film Canada, juin 1988, réimprimé dans Minds in Motion, automne 1998

« Block party », Saturday Night, 15 juillet 2000

« Composers get collective bargaining », Playback Magazine, novembre 2003

« Copy rights and wrongs », Copyright and New Media Law Newsletter, décembre 2003

« Rethinking Canadian cultural policies », Blizzart, vol. 10 no 2, hiver 2006

Nombreux articles dans Spotting Notes, Guild of Canadian Film Composers, 1996- .

Bibliographie

HUTTON, Jack. « Cracks song barrier », The Telegram (21 avril 1961).

WAXMAN, Ken. « Paul Hoffert s'adapte à tout et ne s'ennuie pas », ScM, 300 (mars-avr. 1978).

FLAVELLE, Dana. « Musician turns high-tech wizard », Toronto Star (3 juillet 1994).

« Paul Hoffert: Really busy guy », The Record (23 janvier 1995).

EVERETT-GREEN, Robert. « The always surprising Paul Hoffert », Globe and Mail (7 février 1995).

MACMILLAN, Rick. « Paul Hoffert: Renaissance human », Words & Music (avril 1998).

SHULGAN, Christopher. « Nothing Doin' », Ottawa Citizen (29 janvier 2001).

Spotting Notes, Guild of Canadian Film Composers (automne 2005), numéro consacré à la carrière de Hoffert.

Filmographie

CulTech Research Centre, vidéo, 1992

Ivy League of Copyright Collectives, vidéo, 1995

CD-ROMS Online, vidéo, 4 min, 1996

Intercom Ontario Wired Suburb: Video News Release, vidéo, 1996

VITAL - Varied and Integrated Teaching and Learning. CDi. 1997

Cyber Soirée: Networked Party, vidéo, 1997

Networked Jazz, Rock, and Dance, vidéo, 1999

OnDisC - Online Distributed Content, vidéo, 2002

And Now... the Music Score, DVD, 2003

And Now... the Soundtrack Business, DVD, 2005


Lecture supplémentaire

  • Hutton, Jack. "Cracks song barrier," The Telegram, 21 Apr 1961

    Waxman, Ken. 'Paul Hoffert's versatility keeps boredom away,' MSc, 300, Mar-Apr 1978

    Flavelle, Dana. "Musician turns high-tech wizard," Toronto Star, 3 Jul 1994

    "Paul Hoffert: Really busy guy," The Record, 23 Jan 1995

    Everett-Green, Robert. "The always surprising Paul Hoffert," Globe and Mail, 7 Feb 1995

    MacMillan, Rick. "Paul Hoffert: Renaissance human," Words & Music, Apr 1998

    Shulgan, Christopher. "Nothing Doin'," Ottawa Citizen, 29 Jan 2001

    Spotting Notes (Guild of Canadian Film Composers), Autumn 2005. Issue devoted to Hoffert's career

Liens externes