Pèlerinage

 Un sanctuaire plus récent, aujourd'hui très populaire, est l'Oratoire Saint-Joseph, situé sur le mont Royal, à Montréal.

Oratoire Saint-Joseph
L'Oratoire Saint-Joseph, à Montréal (photo de J.A. Kraulis).
Notre-Dame-du-Cap, la basilique de
Vue aérienne du lieu de pèlerinage, à Cap-de-la-Madeleine, à proximité du fleuve Saint-Laurent (photo de Michel Gagné).
Sainte-Anne-de-Beaupré
Reconnu mondialement pour son sanctuaire, le site de rassemblement attire chaque année plus d'un million de visiteurs (Corel Professional Photos).

Pèlerinage

Un pèlerinage est un voyage qu'on fait dans un lieu saint pour des motifs religieux ou spirituels. Au Canada, plusieurs de ces endroits attirent des foules de pèlerins canadiens et étrangers. Les plus importants sont les sanctuaires CATHOLIQUES du Québec, dont le plus ancien est l'église de SAINTE-ANNE-DE-BEAUPRÉ, à environ 30 km au nord-est de Québec. En 1658, pendant la construction du premier sanctuaire à cet endroit, on signale la guérison miraculeuse d'un ouvrier. D'autres guérisons suivent, et le sanctuaire est bientôt réputé pour les miracles qui s'y produisent. Les pèlerins affluent, et le sanctuaire reçoit des appuis de la mère-patrie, notamment celui d'Anne d'Autriche, mère de Louis XIV, roi de France. Aujourd'hui, la basilique de pierre attire plus de 250 000 pèlerins chaque année. Le principal rassemblement est celui du 26 juillet, fête de sainte Anne.

Un sanctuaire plus récent, aujourd'hui très populaire, est l'Oratoire Saint-Joseph, situé sur le mont Royal, à Montréal. Le très pieux frère ANDRÉ, membre de la Congrégation de Sainte-Croix, a une grande dévotion pour saint Joseph et construit en 1904 la première petite chapelle en l'honneur du saint; on ajoute une crypte de pierre en 1917. Une basilique pouvant accueillir 5000 fidèles, dont la construction a commencé en 1922, domine aujourd'hui l'endroit. Le nombre de pèlerins dépasse les 3 millions par année; les plus grands rassemblements ont lieu le 10 mai et le jour de la fête du Travail.

Sainte-Anne-de-Beaupré et l'Oratoire Saint-Joseph attirent les pèlerins parce qu'ils sont célèbres pour les miracles qui s'y produisent. Les pèlerins considèrent les SAINTS patrons de ces sanctuaires comme des intercesseurs efficaces qui transmettent leurs messages à Dieu. Les longs étalages de béquilles, de cannes, d'orthèses et de corsets abandonnés par les pèlerins témoignent des nombreuses guérisons miraculeuses qui s'y sont produites. Aux pèlerins qui ne demandent pas de miracles, les sanctuaires offrent des objets de piété qui encouragent à la prière.

La basilique du Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières, est un autre important sanctuaire catholique du Québec. Le premier concile plénier de Québec confère à l'église le titre de sanctuaire de pèlerinage national en 1909. En 1964, l'église du sanctuaire reçoit le titre de basilique mineure.

Un autre sanctuaire en l'honneur de sainte Anne se trouve à LAC SAINTE-ANNE, en Alberta. Un grand nombre d'autochtones de tout le Canada vont y faire un pèlerinage de plusieurs jours qui se termine le 26 juillet, jour de la fête patronale. Les guérisons sont également un élément important de ce pèlerinage.

Le sanctuaire SAINTE-MARIE-DES-HURONS, près de Midland, en Ontario, illustre un autre aspect de l'histoire des relations entre l'Église catholique et les autochtones. Six des huit saints martyrs de l'Amérique du Nord (morts entre 1642 et 1649) étaient missionnaires à cet endroit.

Des communautés religieuses et des groupes ethniques ont aménagé et entretiennent leurs propres centres de pèlerinage. À Skaro, en Alberta, les gens d'origine polonaise visitent la grotte de Notre-Dame-de-Lourdes aux vêpres de la fête de l'Assomption de la Vierge Marie (15 août). La première église ukrainienne au Canada, à Gardenton, au Manitoba, est un lieu de pèlerinage que ce groupe ethnique visite chaque année.

Les Canadiens vont aussi à l'étranger pour visiter les lieux sacrés des diverses religions. Chaque année, des milliers de musulmans (voir ISLAM) font le hadj (pèlerinage) à La Mecque et à Médine, en Arabie Saoudite; ces endroits sont sacrés en raison de leur importance dans la vie du prophète Muhammad. Les chrétiens font des pèlerinages à Rome, à Canterbury, à Lourdes, à Fatima et dans beaucoup d'autres sanctuaires. Musulmans, chrétiens et JUIFS se rendent à Jérusalem pour y faire leurs dévotions. Les HINDOUS et les BOUDDHISTES visitent les nombreux sanctuaires de l'Inde et d'autres pays d'Asie, mais ils sont de plus en plus attirés par ceux des États-Unis. Ces voyages permettent aux fidèles de se ressourcer dans les centres mondiaux de leur religion.

Autrefois, un pèlerinage était un voyage austère, difficile et dangereux dont on n'était pas sûr de revenir vivant. Aujourd'hui, la visite d'un lieu saint peut avoir davantage l'apparence d'un voyage organisé que d'un exercice de piété, mais elle demeure un élément important de la religion populaire. Au milieu de l'incertitude et des tristesses du monde, les gens sont attirés vers les lieux où ils croient que le divin se manifeste de façon vivante, active et miraculeuse en guérissant les malades et en allégeant le fardeau des fidèles.


Lecture supplémentaire

  • Steve Simon, Healing Waters: The Pilgrimage to Lac Ste. Anne (1995); P. Boglioni and B. Lacroix, eds, Les Pèlerinages au Québec (1981).