Philippe Bruneau

Philippe (Georges) Bruneau. Accordéoniste, compositeur (Montréal, 22 septembre 1934 - Forcalquier, France, 7 Août 2011). Le père de Bruneau était accordéoniste amateur.

Philippe Bruneau

Philippe (Georges) Bruneau. Accordéoniste, compositeur (Montréal, 22 septembre 1934 - Forcalquier, France, 7 Août 2011). Le père de Bruneau était accordéoniste amateur. Bruneau s'initie à l'instrument à 15 ans et, à 19 ans, il se joint à un ensemble de musique folklorique à la salle de danse Trinidad à Montréal. Jouant de l'accordéon à trois rangées de boutons, il travaille avec le groupe pendant six ans et, avec l'aide d'un des violoneux de l'ensemble, Lionel Simard de La Malbaie, Québec, il perfectionne sa virtuosité technique. En 1960, à la suggestion du violoneux Jean Carignan, il se tourne vers l'accordéon à une rangée de boutons et commence à se produire comme soliste, avec Carignan et d'autres, dans des concerts et des festivals, à la radio et la télévision. Ce n'est qu'en 1969 qu'il se consacre entièrement à la musique.

Comme directeur musical des Danseurs du Saint-Laurent (1968-1975), il joue dans tout le Québec et se fait entendre au Festival de folklore Mariposa, à Toronto, et aux festivals de folklore National et Fox Hallow, aux États-Unis. Ses danseurs participent régulièrement au John Allan Cameron Show à la télévision du réseau CTV, en 1975. Bruneau se produit également comme soliste à Mariposa en 1975 et 1978. Virtuose voué au maintien de la tradition instrumentale de la musique folklorique québécoise et des œuvres de l'accordéoniste américain John Kimmel, Bruneau grave les microsillons Philippe Bruneau (1973, Philo FI-2003) et Danses pour veillées canadiennes (1974, Philo FI-2006) qui incluent ses arrangements de la musique de danse des répertoires de Kimmel, des violoneux Joseph Allard, Joe Bouchard, Carignan, Simard et Isidore Soucy, et du vétéran de l'accordéon Alfred Montmarquette. Bruneau joue de l'accordéon à une et à trois rangées de boutons sur chaque microsillon. Il enregistre aussi à titre d'accompagnateur de Carignan et joue de l'accordéon sur Le Fleuve Saint-Laurent (2-RCI F-767). Sa composition Hommage aux musiciens traditionnels est bien connue parmi les joueurs traditionnels.

En 1980, il commence à jouer avec la pianiste Dorothy Hogan (née Dorothy Swearengen, Dayton, Ohio, 2 juillet 1929 - Montréal, 26 septembre 2004) avec qui il réalise quelque 50 arrangements de ses propres compositions ou d'airs traditionnels du Québec. Hogan transcrit de nombreuses mélodies que Bruneau ne joue que par oreille. Il se produit à Vancouver puis au Musée des beaux-arts de Montréal en 1980 et enregistre quatre pièces au Festival de Ris-Orangis, en France, parues sur Ris-Orangis, festival folk (2-Dhama Productions 80101-80102). En 1982 et 1983, il réalise trois tournées en France, jouant notamment à Paris, Lyon, en Bretagne et en Alsace. En 1984, il enregistre en France Philippe Bruneau, accordéons diatoniques, musique québécoise (Anche Libre MR-4007). Il joue à plusieurs reprises au Musée canadien des civilisations (les sessions sont enregistrées sur vidéo) et réunit, en 1989, environ 30 accordéonistes au collège de Lévis pendant une journée complète avant d'entreprendre une autre tournée française, en 1990, avec la pianiste Myriam Gagner. Il enregistre une vidéo en 1991 avec le gigueur Pierre Chartrand pour l'Association québécoise des loisirs folkloriques. En 1991, Bruno émigre en France, geste qu'il considère comme politique, en protestation contre le gouvernement du Québec, qui, selon lui, ne fait rien pour promouvoir ou reconnaître la musique traditionnelle. Le gouvernement du Québec le récompense du prix Gérard-Morisette en 2000; Bruneau a refusé d'accepter le prix.