Pluie



Tempête de verglas, 1998
Tempête de verglas, 1998 (avec la permission de CBC).
Tempête, violente
Dans une structure classique de tempête, le sommet des nuages est élevé et ressemble à une enclume. Sur les côtés se dessinent des tours en formation. Ces cumulonimbus se forment en fin d'après-midi quand des courants d'air chaud montent à haute altitude (photo de Arjen Verkaik, Skyart Production).

Pluie

La pluie est une précipitation liquide. Une précipitation est de l'EAUsous forme liquide ou solide qui s'est condensée dans l'atmosphère avant de tomber. Une goutte de pluie type a un diamètre d'environ 2 mm (gamme de diamètre : de 0,5 à 5 mm). Presque tous les NUAGESproducteurs de pluie sont formés par un mouvement ascendant d'air chargé de vapeur d'eau. Le gain d'altitude s'accompagne d'un refroidissement de la vapeur d'eau qui se condense alors en gouttelettes d'eau et en cristaux de GLACE. Normalement, les cristaux fondent avant d'atteindre le sol. Au Canada, il pleut surtout pendant la saison chaude. On classe parfois la pluie selon le processus responsable de l'ascendance initiale de l'air. La pluie est cyclonique lorsque l'air humide converge et s'élève dans les régions de basse pression (cyclone). La plupart des pluies au Canada sont de ce type.

Importance environnementale

Les basses pressions nées dans le Centre des États-Unis et qui entrent au Canada quelque part entre le Manitoba et le Québec, ont une grande importance environnementale parce qu'elles passent au-dessus de la partie la plus industrialisée des États-Unis et apportent donc fréquemment des PLUIES ACIDES. La pluie frontale est causée par l'ascendance d'air chaud sur un côté d'une surface frontale (zone séparant des masses d'air de caractéristiques différentes) au-dessus d'une masse d'air plus froide et donc plus dense, de l'autre côté du front. La pluie de convection, causée par de l'air plus chaud s'élevant dans un milieu plus froid, donne parfois lieu aux orages. L'ascendance d'air humide au-dessus de montagnes donne quant à elle naissance aux pluies orographiques.

La pluie qui tombe à travers la base d'un nuage rencontre quelquefois, surtout au début du printemps et à la fin de l'automne, une couche atmosphérique peu épaisse s'étendant à quelques centaines de mètres au-dessus du sol et ayant une température inférieure au point de congélation. Les gouttes d'eau sont refroidies et arrivent sur le sol dans un état surfondu que l'on appelle pluie verglaçante. Lorsque ces gouttes d'eau surfondue frappent des objets à des température inférieures à 0 °C, elles gèlent instantanément et finissent par former une couche de glace vive.

Classifications

Dans le cadre d'observation synoptiques, la pluie est classée légère s'il en tombe moins de 0,5 mm/h, modérée s'il en tombe de 0,5 à 4 mm/h et forte s'il en tombe plus de 4 mm/h. Les plus fortes pluies canadiennes tombent le long de la côte de la Colombie-Britannique, où les précipitations annuelles peuvent dépasser 2500 mm.OCEAN FALLS, en Colombie-Britannique, reçoit la plus grande quantité de pluie par an : 4145,1 mm. La région de Ucluelet dans l'île de Vancouver détient le record national de pluie en un jour (489 mm, le 6 octobre 1967). Les provinces de l'Atlantique suivent la Colombie-Britannique. Dans certaines régions de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve, il tombe en moyenne plus de 1500 mm de pluie. Dans les autres parties du pays, les fortes pluies sont souvent liées à la phase extra-tropicale des ouragans : l'OURAGAN HAZEL , par exemple, déverse plus de 18 cm de pluie en moins de 24 h dans certaines parties du Sud de l'Ontario les 15 et 16 octobre 1954. C'est dans les régions arctiques qu'il pleut le moins, puis dans le Sud des Prairies et enfin dans les vallées profondes de l'intérieure de la Colombie-Britannique. Toutefois, même dans ces régions, il peut pleuvoir très fort de temps en temps en certains endroits. À Winnipeg, par exemple, il est tombé 17,8 mm de pluie en cinq minutes le 14 juillet 1968.

La pluie présente beaucoup d'avantages ; au Canada, elle constitue le moyen par lequel les ressources en eau douce se renouvellent. Dans de nombreuses régions du pays, et surtout dans les Prairies, le rendement des récoltes dépend fortement de la quantité et des pluies et de leur synchronisation avec la saison de croissance des céréales. De très fortes pluies peuvent causer des crues soudaines (voirINONDATION) et de sérieuses érosions.