Lieu historique national de Port-Royal

Le lieu historique national de Port-Royal est situé en Nouvelle-Écosse. Le site propose une réplique de l’Habitation qui a abrité l’une des premières tentatives de colonisation française en Amérique du Nord (1605). Ce lieu historique géré par Parcs Canada offre des activités d’interprétation relatant les obstacles rencontrés par les Français lors de l’établissement de cette nouvelle colonie. Il est aussi possible sur place de s’y familiariser avec la culture du peuple Mi’kmaq, premiers habitants de ce territoire.


Port-Royal
Réconstruction du colonie fran\u00e7aise de Port-Royal, pr\u00e8s d'Annapolis Royal, Nouvelle-\u00c9cosse.

Fondation

Port-Royal (près d’Annapolis Royal, Nouvelle-Écosse) est fondée durant l’été 1605 sur la rive Nord du bassin d’Annapolis, près de l’embouchure de la rivière Annapolis, par une expédition française de colonisation conduite par Pierre Dugua de Monts et Samuel de Champlain. De Monts souhaite un emplacement plus hospitalier que celui de la rivière Sainte-Croix, où ses hommes vivent un hiver funeste entre 1604 et 1605 (voir Île Sainte-Croix : la naissance de l’Acadie). L’Habitation est constituée de bâtiments groupés autour d’une cour centrale. Son potager est le premier jardin expérimental en Amérique du Nord.

Pierre Du Gua de Monts (Pierre Dugua de Mons)
Monument de Pierre Du Gua de Monts, par Hamilton MacCarthy, érigé en 2007 sur l'avenue Saint-Denis, près de la Citadelle de Québec
Statue en hommage à Samuel de Champlain
Habitation à Saint Croix
L'Habitation à Saint Croix, dans ce qui est aujourd'hui le Maine, est le deuxième établissement européen au nord de la Floride, après celui de Fagundes à Ingonish (dessin de Champlain/ANC).

Berceau d’une vie culturelle en Amérique française

Au cours de l’hiver 1606-1607, Champlain fonde l’Ordre de Bon Temps, la première amicale en Amérique du Nord, et c’est là qu’est donnée en 1606 la première représentation théâtrale au Canada avec la pièce Le Théâtre de Neptune de Marc Lescarbot. Les espoirs de colonie prospère sont toutefois déçus et l’emplacement est abandonné au cours de l’été 1607.

Thé\u00e2tre de Neptune
Premi\u00e8re pi\u00e8ce jouée au Canada, en 1606, reconstruction imaginaire de C.W. Jeffreys, dessin sur carton réalisé \u00e0 la plume et \u00e0 l'encre noire.

Un village acadien

La colonie est rétablie en 1610 par Jean de Biencourt de Poutrincourt, un de ceux qui avaient participé au premier établissement, mais l’Habitation est détruite trois ans plus tard par le pirate anglais Samuel Argall. En 1629, sir William Alexander, fils aîné de sir William Alexander, comte de Stirling, y établit une colonie écossaise, mais les Français reprennent le territoire en 1632, à la suite de la signature du Traité de Saint-Germain-en-Laye.

En dépit de ses bâtiments rudimentaires, Port-Royal n’en est pas moins le premier établissement européen durable en Amérique du Nord au nord de Saint Augustine, en Floride. Les premières digues sont construites sur les marécages avant le milieu du XVIIᵉ siècle, et la concentration des troupes et de l’administration autour du fort en font le seul village compact d’Acadie (voir Histoire de l’Acadie).

Les fermiers y vivent dans une relative pauvreté par rapport au reste de l’Acadie, bien qu’ils entretiennent de petits vergers et arrivent à fournir du bétail, des moutons et du blé à la forteresse de Louisbourg. Lorsque Port-Royal est repris par les Anglais en 1654, le village compte environ 200 habitants, alors qu’à la Conquête (1759-1760), ils sont environ 350.

Commémoration

Port-Royal est désigné lieu historique national en 1923. Le gouvernement fédéral reconstruit l’Habitation en 1939, et ouvre au public en 1941 le Lieu historique national de Port-Royal.


Lecture supplémentaire

  • Samuel de Champlain, Les fondations de l'Acadie et de Québec, 1604-1611 (2008).

    Brenda Dunn, A History of Port-Royal/Annapolis Royal 1605-1800 (2004).

    Éric Thierry, La France de Henri IV en Amérique du Nord. De la création de l’Acadie à la fondation de Québec (2008).

Liens externes