Raymond Bouchard

Raymond Bouchard ( Lauzon - maintenant Lévis-, 7 mars 1945). Étudiant en histoire, littérature et archéologie, Raymond Bouchard, doté d'une voix chaude et profonde, faisait partie de la chorale de son collège.

Raymond Bouchard

Raymond Bouchard ( Lauzon - maintenant Lévis-, 7 mars 1945). Étudiant en histoire, littérature et archéologie, Raymond Bouchard, doté d'une voix chaude et profonde, faisait partie de la chorale de son collège. Il s'inscrit ensuite au Conservatoire, ce qui lui fait dire en s'amusant, qu'il est devenu acteur « par la porte arrière ».

Ayant dirigé au milieu des années 60, la Troupe des Treize, troupe de théâtre fondée par Jacques Duchesne, il se joint à Paul Hébert et fonde, en 1971, Le Théâtre du Trident qui deviendra, sans contredit, une des institutions les plus importantes du Québec.

Comédien au talent remarquable, Raymond Bouchard est du générique de plusieurs productions québécoises, que ce soit au théâtre, à la télévision ou au cinéma. Des séries télévisées nous l'ont montré sous différents visages, preuves de son grand talent. Que ce soit dans L'or et le papier (1989-1992) , D'amour et d'amitié (1990-1992), Scoop (1992-1994), Annie et ses hommes (2002-2009), Lance et compte (2002-2010), Casino (2006-2008) ou encore dans Tranches de vie (depuis 2010), son talent ne se dément jamais. On le retrouve, au fil des ans, dans plus de 20 téléromans ou séries.

Au théâtre, activité qu'il mène parallèlement à sa carrière télévisée, il offrira une performance des plus remarquable, dans ces pièces de répertoire classique, soit 12 hommes en colère, Le médecin malgré lui, Le malade imaginaire. En 2012, il porte sur ses épaules la pièce de Michel Tremblay, L'Oratorio de Noël, dans laquelle il incarne un homme atteint de la maladie d'Alzheimer et qui porte sur sa vie, un regard cru.

Il fera aussi une carrière florissante au grand écran ayant une dizaine de films à son actif dont Laura Cadieux, la suite, Ding et Dong, La Florida, L'Automne sauvage et La grande séduction qui, aux dires de l'acteur a été pour lui « un pur cadeau du métier ». C'est d'ailleurs sa remarquable performance dans le rôle du rusé Germain Lesage qui lui a valu un rôle dans le film français King Guillaume. On le retrouve ensuite dans la production La vie avec mon père.

Son talent a été récompensé de multiples façons. C'est ainsi qu'il reçoit , en 1990, le PRIX GÉMEAU, Meilleure interprétation premier rôle masculin dans une dramatique pour son rôle dans L'or et le Papier. Il reçoit un autre Gémeau en 2003 comme meilleur acteur de soutien pour son rôle du père dans la série Annie et ses hommes et en 2004, pour son magnifique rôle dans La grande séduction, il sera mis en nomination pour le JUTRA du meilleur acteur.

Cet acteur polyvalent aux multiples talents pouvant incarner les personnages les plus divers et donnant à chacun de ses rôles une touche personnelle aura marqué le Québec culturel tant à la télévision, au théâtre qu'au cinéma!

Auteure : DIANE SABOURIN