Braun, Russell

Le répertoire de Russell Braun, dont la voix est belle, souple et puissante, englobe les opéras de Rameau, Gluck, Purcell, Handel, Monteverdi, Mozart, Rossini, Donizetti, Berlioz, Thomas, Gounod, Massenet, Saint-Saëns, Debussy, Strauss et Britten.


Braun, Russell

 Russell Braun, baryton (Francfort, en Allemagne, 19 juill. 1965). Fils du baryton canadien Victor BRAUN et de la mezzo-soprano allemande Eraine Schwing-Braun, il vit à Francfort jusqu'à l'âge de 17 ans avant que sa famille s'installe au Canada. Il étudie le piano au Royal Conservatory of Music de Toronto sous la direction de John Coveart puis, le chant à l'Université de Toronto avec Patricia Kern. Ses récents succès comprennent, en 1993, le rôle de Papageno dans Die Zauberflöte pour Opéra Atelier et LA COMPAGNIE D'OPÉRA CANADIENNE. Il chante pour la première fois au Metropolitan Opera en 1995-1996, dans Die Fledermaus. Cette même saison, il fait ses débuts européens à Monte Carlo et à Berlin dans le rôle du Comte dans Les Noces de Figaro. L'année suivante, il interprète à Paris le rôle-titre de Pelleas et Melisande, qu'il reprend au festival de Salzbourg en 1997, cette fois avec son père, Victor Braun, dans le rôle de Golaud.

Le répertoire de Russell Braun, dont la voix est belle, souple et puissante, englobe les opéras de Rameau, Gluck, Purcell, Handel, Monteverdi, Mozart, Rossini, Donizetti, Berlioz, Thomas, Gounod, Massenet, Saint-Saëns, Debussy, Strauss et Britten. En demande comme soliste de récitals et d'oratorios, ses répertoires orchestral et récital comprennent 24 uvres majeures et une centaine de chansons allemandes, françaises, italiennes, russes et anglaises.

Braun s'est produit avec des chefs d'orchestre parmi les plus réputés du monde, notamment Rattle, Tilson-Thomas, Abbado, Cambreling, Conlon, Saraste, Bradshaw et Labadie, et des grands orchestres d'Europe et d'Amérique du Nord. Au cours des dernières années, ses duos avec le ténor Michael SCHADE lui ont valu d'excellentes critiques et beaucoup de popularité. Parmi ses enregistrements, signalons deux interprétations de Dido et Aeneas, et un disque audionumérique primé avec Schade mettant en vedette un rare répertoire français.