Russell Martin

Russell Nathan Jeanson Coltrane Martin fils, joueur de baseball (né le 15 février 1983 à East York [Toronto], en Ontario). Russell Martin a fait ses débuts dans la Ligue majeure de baseball (LMB) en tant que receveur en 2006. Il a joué cinq saisons avec les Dodgers de Los Angeles, deux avec les Yankees de New York et deux avec les Pirates de Pittsburgh avant de signer un contrat de cinq ans, d’une valeur de 82 millions de dollars, avec les Blue Jays de Toronto, le 18 novembre 2014. Reconnu pour son dynamisme, son agilité et son intelligence, Russel Martin est considéré comme un des meilleurs receveurs défensifs de la Ligue majeure. Quatre fois joueur étoile, il a remporté le Gant doré et le Bâton d’argent en 2007. Il est le troisième receveur de l’histoire à recevoir les deux prix.

Russell Martin, 11 avril 2015.

Jeunesse

Russell Martin est le fils de Russell Martin père, un saxophoniste afro-canadien né près de Montréal, et de Suzanne Jeanson, une actrice et chanteuse franco-manitobaine originaire de la région de Winnipeg. Son second prénom, Nathan, lui vient de son arrière-grand-père, et son troisième prénom, Coltrane, est un hommage au saxophoniste de jazz John Coltrane. À sa naissance, ses parents vivent à Toronto, mais la famille déménage peu après à Winnipeg.

Les parents de Russell Martin se séparent quand il a deux ans. Pendant les cinq années suivantes, il vit avec sa mère à Chelsea, au Québec, près d’Ottawa. Après que sa mère s’est remariée et a eu une fille, Vivianne Jeanson Delorme, la famille déménage à Paris, en France, où Russell vit de l’âge de huit ans jusqu’à dix ans. Pendant l’été, il vit chez son père à Montréal et joue au baseball.

Après avoir vécu en France pendant deux ans, Russell Martin revient à Chelsea avec sa famille. À 12 ans, il choisit de vivre à temps plein avec son père à Montréal afin de fréquenter l’école Édouard-Montpetit, reconnue pour son programme de sports (l’ancien lanceur des Dodgers, Éric Gagné, a fréquenté la même école secondaire). « Russell, confiera plus tard sa mère au journaliste sportif Stephen Brunt, […] voulait être un joueur de baseball professionnel. C’était l’un des sacrifices. Il était loin de sa mère et de sa sœur. Mais il était avec son père et la famille de son père, qui sont des gens merveilleux. J’étais inquiète, mais j’avais aussi une grande confiance en lui, en sa force, qui lui permettrait de réussir. »

Le père de Russell Martin (un athlète talentueux, qui a déjà essayé d’entrer dans l’équipe de la Ligue canadienne de football) transmet à son fils son amour du baseball et une solide éthique du travail. Bien que le principal gagne-pain de son père consiste à jouer de la musique dans le métro de Montréal, père et fils mènent une existence heureuse dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce. En plus de jouer au baseball (arrêt court) à l’école secondaire, Russell joue aussi au hockey mineur.

Début de carrière au baseball

Russell Martin fréquente encore l’école secondaire quand les Expos de Montréal le sélectionnent au 35e tour du repêchage de la Ligue majeure de baseball 2000. Même s’il a grandi en regardant jouer les Expos, il préfère poursuivre ses études. Plus tard dans l’année, il frappe ,400 en jouant pour Équipe Canada au Championnat du monde de baseball 18 ans et moins IBAF, ce qui lui vaut une bourse pour étudier au Chipola Junior College, près de Tallahassee, en Floride.

Âgé de seulement 17 ans, Russell Martin passe une première saison difficile au Chipola College. Cependant, il est influencé par le talent et l’éthique de travail d’un de ses coéquipiers, le futur joueur étoile des Blue Jays de Toronto, José Bautista. Après une meilleure deuxième saison, Russell obtient son diplôme, figurant au palmarès du doyen, et reçoit une offre de bourse pour l’Université d’État de Caroline du Nord. Toutefois, quand les Dodgers de Los Angeles le sélectionnent, au 17e tour du repêchage de 2002, il choisit cette fois le baseball professionnel, recevant une prime à la signature de 40 000 $.

Carrière dans la Ligue mineure

Pendant l’été 2002, Russell Martin est troisième-but pour l’équipe des recrues des Dodgers de la Gulf Coast League, dans la Florida Gulf Coast League. Cependant, il ne dispose pas du type de force de frappe que les équipes de la Ligue majeure recherchent pour une troisième base ; et puisqu’il a été receveur à plusieurs reprises au Chipola Junior College, les Dodgers songent à faire de lui un receveur à temps plein.

Convaincu qu’il peut rejoindre la Ligue majeure plus rapidement comme receveur, Russell Martin entreprend sa conversion durant l’entraînement du printemps 2003. Cette année-là, il est receveur pour l'équipe-école des Dodgers à Ogden, en Utah, dans la Pioneer League, et avec South Georgia dans la South Atlantic League (niveau A). Il frappe ,286 en 25 parties avec South Georgia et ,271 avec 13 doubles, 6 coups de circuit et 36 points produits en 52 matchs pour Ogden, menant tous les receveurs de la Pioneer League avec 63 assistances. En 2004, il est invité hors-liste à l’entraînement du printemps avec les Dodgers et apparaît dans quatre matchs hors-concours. Il est ensuite nommé joueur étoile de la Florida State League avec l’équipe niveau A des Dodgers à Vero Beach.

Jouant pour les Suns de Jacksonville (double-A) en 2005, Russell Martin finit troisième dans la Southern League de niveau double-A avec une moyenne au bâton de ,311, et deuxième avec une moyenne de présence sur les bases de ,430. Il mène son équipe à un championnat de la Ligue et est à nouveau nommé joueur étoile. En 2006, il frappe ,297 en seulement 23 matchs avec les 51s de Las Vegas (triple-A), dans la Pacific Coast League. Quand le receveur des Dodgers (son futur coéquipier des Blue Jays) Dioner Navarro est blessé au poignet, Russell Martin est appelé à Los Angeles pour faire ses débuts en Ligue majeure.

Russell Martin, 26 juillet 2006.

Dodgers de Los Angeles

Quand Russell Martin arrive à Los Angeles pour jouer son premier match de Ligue majeure, le 5 mai 2006, il choisit de porter le numéro 55 pour commémorer la date. Il frappe deux coups sûrs dès son premier match de LMB, incluant un double de deux points.

Russell Martin continue à offrir une bonne performance derrière le marbre et, le 26 juin 2006, Los Angeles échange Dioner Navarro à Tampa Bay et fait de Russell le receveur numéro un de l’équipe. Cette saison, Russell Martin frappe ,282, avec 10 coups de circuit, 26 doubles, 65 points produits, 65 points marqués et 10 buts volés en seulement 121 matchs.

Les Dodgers trouvent une manière toute spéciale de marquer la première année de Russell dans les majors : ayant appris que son père est un musicien, l’équipe invite celui-ci à interpréter l’hymne national américain dans un de ses matchs à domicile, en septembre 2006. « À ce moment, en le regardant jouer si remarquablement, j’ai partagé la fierté qu’il ressentait pour moi », dira ensuite Russell Martin à Stephen Brunt.

Les statistiques de Russell s’améliorent encore durant sa première saison complète de LMB en 2007. Il mène tous les receveurs de la Ligue nationale en coups sûrs (157), coups de circuit (19), points (87), buts volés (21), moyenne au bâton (,297), moyenne de présence sur les buts (,380) et moyenne de puissance (,477) en 145 matchs derrière le marbre. Il est élu receveur partant de la Ligue nationale au Match des étoiles de l’année et devient le troisième receveur de l’histoire de la LN (avec Gary Carter et Benito Santiago) à recevoir à la fois un Gant doré et un Bâton d’argent.

Russell Martin réussit une autre très belle saison en 2008, aidant les Dodgers à emporter la division Ouest de la LN, mais il s’effondre en 2009. Ses statistiques continuent à décliner en 2010, quand sa saison est interrompue par une blessure à la hanche. À cause de sa blessure et de sa production déclinante, les Dodgers lui offrent en 2011 un contrat d’un an valant 4,2 millions de dollars – moins que les 5 millions qu’il a gagnés en 2010. Il décide plutôt de devenir joueur autonome.

Russell Martin, 24 avril, 2011.

Yankees de New York

Russell signe avec les Yankees de New York pour la saison 2011, recevant un salaire de base de 4 millions de dollars avec primes. Il remonte pendant la saison, jouant 125 matchs, dont 118 à titre de receveur partant. Même si sa moyenne au bâton n’est que de ,237, il compte 18 coups de circuit et 65 points produits, et mène tous les receveurs de la Ligue majeure avec 35 retraits en tentative de vol. Les Yankees remportent la Ligue américaine Est cette saison et à nouveau en 2012, où Russell Martin frappe 21 coups de circuit, le nombre le plus élevé de sa carrière à ce moment. Il signe un contrat d’un an d’une valeur de 7,5 millions de dollars pour 2012, mais devient à nouveau joueur autonome après cette saison.

Pirates de Pittsburgh

Les Pirates de Pittsburgh signent un contrat de deux ans avec Russell Martin, lui offrant deux millions de dollars en primes de signature et un salaire de 6,5 millions en 2013 et de 8,5 millions en 2014. Pittsburgh ne s’est pas rendu en séries éliminatoires depuis 1992, mais l’influence fortifiante de Russell aide les Pirates à se qualifier pour les matchs de meilleurs deuxièmes de la LN, dans chacune des saisons qu’il passe avec l’équipe.

Russell Martin ne frappe que ,226 en 2013 mais avec 15 coups de circuit et il produit 55 points. Fait plus important, sa défense et son aptitude à diriger les lanceurs des Pirates sont remarquables. Il parvient à retirer 29 coureurs sur 70 tentatives de vols – un record en Ligue majeure – et mène tous les receveurs de la LN avec une moyenne défensive de ,998, ne faisant que deux erreurs en 990 changements. Les lanceurs de Pittsburgh amassent une moyenne de points mérités de 3,14 quand il est derrière le marbre, la deuxième meilleure performance parmi tous les receveurs de Ligue majeure, avec au moins 100 matchs joués. Dans les éliminatoires, Russell Martin frappe deux coups de circuit, menant les Pirates à une victoire de 6 à 2 sur Cincinnati dans le Match des meilleurs deuxièmes de la LN.

En 2014, sa moyenne au bâton remonte à ,290 – tout près du sommet de sa carrière, de ,293 en 2007 – et il mène tous les receveurs de la Ligue majeure avec une moyenne de présence sur les bases de ,406. Il se classe troisième dans la Ligue nationale, avec une moyenne de ,360 avec coureurs en position de marquer un point, et 28 retraits de coureurs.

Russell Martin, 11 mai 2015.

Blue Jays de Toronto

Le 18 novembre 2014, les Blue Jays de Toronto annoncent qu’ils ont signé avec Russell Martin un contrat de 5 ans d’une valeur de 82 millions de dollars. Son pedigree en matière de leadership et d’éliminatoires (comme celui de Josh Donaldson, recruté dans un repêchage 10 ans plus tôt) fait de lui une acquisition décisive pour une équipe qui n’a pas fait les éliminatoires depuis qu’elle a remporté les titres des séries mondiales deux fois consécutives, en 1992 et 1993.

Le 3 avril 2015, le père de Russell Martin interprète les hymnes nationaux du Canada et des États-Unis avant un match hors concours entre les Blue Jays et les Reds de Cincinnati au Stade olympique de Montréal. Russell Martin père reçoit une ovation debout de la foule de plus de 46 000 amateurs. Les Blue Jays perdent de 2 à 0.

Même s’il doit travailler avec une nouvelle équipe de lanceurs, Russell Martin connaît une saison forte en 2015. Il retire 25 coureurs sur 65 essais de vols de base tout en battant son propre record de carrière avec 23 coups de circuit. Ses 77 points produits sont sa meilleure performance depuis 2007, quand il avait atteint le sommet de sa carrière avec 87. Il est choisi pour représenter la Ligue américaine dans le Match des étoiles et est finaliste pour le Gant doré. Fait plus important, Russell Martin aide Toronto à revenir dans les éliminatoires en remportant la division Est de la Ligue américaine. Les Blue Jays défont les Rangers du Texas dans les Séries de divisions, avant de perdre devant les City Royals du Kansas, éventuels champions des Séries mondiales, dans les Séries de championnat de la Ligue américaine.

Après un départ lent en 2016, Russell Martin trouve sa vitesse de croisière en juin. Il est particulièrement fort en août, frappant ,286 avec 9 coups de circuit et 22 points produits en 24 matchs, menant l’équipe à un record de 17-11 et en première place dans la Ligue américaine Est. Il retombe à nouveau en septembre, ne frappant que ,161 pendant le mois. Cependant, il finit la saison avec 20 coups de circuit et 74 points produits quand Toronto retourne aux éliminatoires, défaisant Baltimore de 5 à 2 en 11 manches dans un match de meilleurs deuxièmes enlevant. Après avoir joué 137 matchs – son nombre le plus élevé depuis 2010 –, Russell continue à lutter contre la fatigue et ne frappe que trois coups sûrs en 33 présences au bâton aux éliminatoires. Les Blue Jays balaient les Rangers dans les Séries de divisions mais perdent les Séries du championnat de la Ligue américaine devant Cleveland.

Avec l’équipe canadienne

En plus de jouer dans le Championnat du monde de baseball 18 ans et moins IBAF en 2000, Russell Martin représente le Canada au tournoi de 2003 au Panama, où l’équipe se qualifie pour les Jeux olympiques d’été de 2004 (mais il ne participe pas aux Jeux olympiques). Il joue aussi pour le Canada à la Classique mondiale de baseball 2009, un tournoi des meilleurs joueurs des nations jouant au baseball, et frappe un coup de circuit contre les États-Unis, au Rogers Centre de Toronto.

Vie personnelle

Entre les saisons, Russell Martin retourne à Montréal pour retrouver ses amis et sa famille, dont ses parents et sa sœur, la chanteuse Vivianne Jeanson Delorme. Selon sa mère, Suzanne Jeanson, Russell Martin a aussi un côté artiste. Il apprécie l’art et il aime chanter et jouer de la guitare et de la batterie.

Prix et récompenses

Étoile de la Ligue nationale (2007, 2008)

Prix du Gant doré Rawlings (2007)

Prix du Bâton d’argent de la Ligue nationale (2007)

Prix Tip O’Neill, Musée et Temple de la renommée du baseball canadien (2007)

Étoile de la Ligue américaine (2011, 2015)