Henig, Sheila

Sheila Henig. Pianiste, soprano (Winnipeg, 19 février 1934 - Toronto, 15 mai 1979). A.R.C.T. piano, chant 1952, Artist Diploma (Toronto) 1955. Elle étudia le piano avec Jean Broadfoot et Gordon Kushner à Winnipeg et avec Margaret Miller Brown au RCMT.

Henig, Sheila

Sheila Henig. Pianiste, soprano (Winnipeg, 19 février 1934 - Toronto, 15 mai 1979). A.R.C.T. piano, chant 1952, Artist Diploma (Toronto) 1955. Elle étudia le piano avec Jean Broadfoot et Gordon Kushner à Winnipeg et avec Margaret Miller Brown au RCMT. Ses professeurs de chant furent Lillian Smith Weichel et Dorothy Allan Park. En 1955, elle reçut de l'Université de Toronto l'Eaton Graduating Scholarship. Lauréate pour le piano du Concours international d'exécution musicale de Genève en 1961, elle fit ses débuts en Europe la même année, à Amsterdam. Par la suite, elle retourna en Europe à deux reprises, afin de se produire au Wigmore Hall de Londres (1964) puis en Grèce, en Espagne, en Autriche et en Belgique (1976). Elle fut soliste, notamment avec l'Orchestre symphonique de Victoria, l'Orchestre (de chambre) de la SRC à Vancouver, l'OCNA, le TS, l'Orchestre symphonique de Halifax et les orchestres de la SRC à Winnipeg et Toronto, et fit ses débuts aux É.-U. en 1960 avec l'OS de Houston. Elle joua également comme chambriste aux festivals de Stratford et de Charlottetown. En 1977, elle se tourna de nouveau vers le chant et suivit les conseils d'Elizabeth Benson Guy. À ses débuts new-yorkais au Carnegie Recital Hall (2 mars 1978), elle se présenta à la fois comme chanteuse s'accompagnant elle-même, comme pianiste soliste et comme accompagnatrice du hautboïste soviétique expatrié Senia Trubashnik. Dans son compte rendu du New York Times (5 mars 1978), Joseph Horowitz écrivit : « Ce n'était pas un coup monté. Mademoiselle Henig n'a laissé aucun doute quant à la plénitude de ses talents artistiques dans ce triple rôle..., [son jeu] se distinguait par une texture étonnamment lucide et marquée tout à la fois de la vigueur et de l'humour requis », et il souligna « le timbre doux et frémissant de sa voix de soprano... extrêmement attrayant ». Malgré cette critique fort élogieuse du récital, la carrière de Henig n'atteignit pas les sommets escomptés et sa mort, d'après plusieurs personnes, dont William Littler (Toronto Star, 20 décembre 1980), fut probablement le résultat des déboires subis au plan professionnel.

Discographie

Grieg, Glick Prayer and Dance, Ginastera, de Falla : D. Domb vc; 1978; CBC SM-348, (Glick) 4-ACM 34 (CD).

Morawetz, Prokofiev, Liszt : 1970; CBC SM-118.

Piano Portraits : Brahms, Schubert, Mendelssohn, Chopin et autres; 1975; Attic LAT-1002.

Ravel Sonatine, Debussy Prélude no 2, Estampes : 1966; CBC SM-1.

Sheila Henig Plays Brahms, Chopin, Debussy, Glick, Philippe, Rachmaninoff : 1968; Lon CTLS-5107.

Willan Concerto pour piano : O chamb SRC Van, Avison c orch; 1973; CBC SM-205.


Lecture supplémentaire

  • Kirby, Blaik. 'Henig's reincarnation in a triple-threat act,' Toronto Globe and Mail, 14 Mar 1978

    Henig, Harry, and Thompson, Madeline. Elusive Summit (Toronto 1981)