Sheila Heti

​Sheila Heti, écrivaine (née le 25 décembre 1976 à Toronto, en Ontario).
​Sheila Heti, écrivaine (née le 25 décembre 1976 à Toronto, en Ontario).


Sheila Heti, écrivaine (née le 25 décembre 1976 à Toronto, en Ontario). Elle est surtout connue pour son deuxième roman, How Should a Person Be? (traduit en français sous le titre de Comment être quelqu’un?), et pour le cycle de conférences dont elle est la cofondatrice, Trampoline Hall.

Enfance, formation et carrière

Sheila Heti naît à Toronto, dans une famille hongroise juive. Elle fréquente l’école secondaire à Toronto et étudie en dramaturgie à l’École nationale de théâtre du Canada, à Montréal, au Québec. Elle poursuit ses études en histoire de l’art et en philosophie à l’Université de Toronto. Son premier livre, The Middle Stories, un recueil de 30 nouvelles, est publié au Canada en 2001 et, plus tard, par McSweeny’s (une maison d’édition fondée par David Eggers en 1998) aux États-Unis. La traduction française du recueil sort en 2003 sous le titre de Les Fables du milieu. Les nouvelles à la fois surréelles et accessibles (les personnages incluent des boulettes de pâte et des sirènes) reçoivent beaucoup d’éloges à cause de leur originalité et de leur humour noir.

Peu après la parution de Les Fables du milieu, SheilaHeti fonde Trampoline Hall avec son ami et collaborateur artistique occasionnel, Misha Glouberman. Trampoline Hall est un cycle de conférences mensuelles présentant des locuteurs qui improvisent sur des sujets dans lesquels ils n’ont aucune expertise officielle. Tenue pour la première fois à The Cameron House, Trampoline Hall a lieu présentement à The Garrison, un bar et une salle de concert à Toronto, et a également fait de nombreuses tournées au Canada et aux États-Unis. Misha Glouberman est l’animateur de l’événement, qui a lieu à guichets fermés depuis son lancement, en 2001.

En 2005, Sheila Heti publie son premier roman, Ticknor. Il s’agit d’un récit historique inspiré par l’amitié entre les deux historiens étatsuniens George Ticknor et William Hickling Prescott. Constitué principalement du monologue interne de George Ticknor, alors qu’il se rend à un souper d’amis donné par William Hickling Prescott, le roman est une exploration très originale et puissante de l’insécurité, de la vanité, des échecs et des amitiés des écrivains.

Milieu de carrière

En 2010, Sheila Heti publie son deuxième roman, How Should a Person Be? Plus tard, en plus d’être traduit en français sous le titre de Comment être quelqu’un?, celui-ci sera publié aux États-Unis, dans une édition revue portant le sous-titre « A Novel from Life » (un roman de la vie). How Should a Person Be? raconte l’histoire d’une jeune écrivaine nommée Sheila, alors qu’elle éprouve des difficultés à écrire une pièce de théâtre « qui va changer le monde », tout en naviguant à travers un paysage accidenté de sexe, d’art et d’amitiés au centre-ville de Toronto. Le roman reçoit des éloges pour sa représentation franche et hilarante de la culture des jeunes dans la vingtaine et pour sa forme innovatrice. Effectivement, l’auteur inclut dans le texte des conversations de la vraie vie enregistrées avec son amie et peintre Margaux Williamson. How Should a Person Be? est largement critiqué, depuis la London Review of Books jusqu’au New Yorker, où Sheila Heti fait l’objet d’une présentation par James Wood. Time le déclare l’un des livres les plus discutés de 2012.

Dans le même ordre d’idées d’utiliser de la matière de la « vraie vie », le prochain livre de Sheila Heti, The Chairs Are Where the People Go (2011), est une collaboration avec son ami Misha Glouberman. Composé de 72 courts essais tapés par l’auteur alors que son ami improvise, le livre qui prend ainsi forme porte sur un vaste éventail de sujets, depuis l’utilisation des centres de culture physique jusqu’à la monogamie. The New Yorker le nomme l’un des meilleurs livres de 2011. En 2011, Sheila Heti publie également son premier livre d’enfants, We Need a Horse, lequel est illustré par l’artiste étatsunien Clare Rojas.

La première pièce de théâtre de Sheila Heti, All Our Happy Days Are Stupid, est d’abord commandée par le Nightwood Theatre en 2001, mais la production tombe à l’eau. Cependant, la dramaturge raconte les difficultés rencontrées pendant la rédaction de la pièce dans How Should a Person Be? et, en 2013, elle est abordée par le directeur de théâtre Jordan Tannahill, qui veut savoir si la pièce existe encore. Elle répond à l’affirmative. De plus, sa comédie musicale absurde, au sujet de deux familles en vacances à Paris, est enfin mise en scène en 2013 par Jordan Tannahill à Videofag, à Toronto, et plus tard au Harbourfront World Stage, puis à New York à The Kitchen. Le texte écrit d’All Our Happy Days Are Stupid est publié par McSweeny’s en 2015, avec des avant-propos par Jordan Tannahill et Sheila Heti.

En 2014, Sheila Heti publie Women in Clothes, une collaboration avec la romancière étatsunienne Heidi Julavits et l’artiste graphique canadienne Leanne Shapton, qui présente 639 contributions de la part de femmes de partout dans le monde au sujet de leur rapport avec ce qu’elles portent. La forme des contributions varie des essais aux photographies, en passant par les entrevues, et inclut des contributions de la part de bon nombre de femmes influentes, telles Lena Dunham, Molly Ringwald et Miranda July. Women in Clothes est un succès de librairie du New York Times.

Autres écrits et projets

Les essais et critiques littéraires de Sheila Heti paraissent dans le New Yorker, Paris Review, Harper’s, McSweeney’s, n + 1, le Guardian, le Globe and Mail, le New York Times, le London Review of Books, Geist, ainsi que dans bien d’autres publications. Elle est la rédactrice des entrevues chez Believer pendant un certain nombre d’années.