Canadiens thaïlandais (Thailando-Canadiens ou Canadiens d'origine thaïlandaise)

L’immigration thaïlandaise au Canada remonte aux années 1950. Elle est constituée principalement d’étudiants qui sont demeurés au Canada après leur formation. En 1997, la Thaïlande connaît une crise financière qui pousse beaucoup de Thaïlandais à chercher des possibilités professionnelles et éducatives à l’étranger, y compris au Canada. Lors du recensement de la population de 2016, plus de 19 000 personnes ont déclaré avoir des origines thaïlandaises.

Cuisine tha\u00eflandaise

Présentation

Le Royaume de Thaïlande (l’ancien Siam) est l'un des plus grands pays d'Asie du Sud-Est. Il a des frontières communes avec le Myanmar (Birmanie), la République démocratique populaire du Laos, le Cambodge et la Malaisie. Le pays a une superficie de 514 000 km²et un littoral de 3 219 km répartis le long du golfe de Thaïlande et de la mer d'Andaman. C’est le pays le plus prospère de la région continentale de l'Asie du Sud-Est dont font partie la Thaïlande, le Myanmar, le Laos, le Cambodge et le Viêt Nam. Dans cette région, qui a connu une croissance économique rapide de 1985 à 1995, c'est sans contredit la Thaïlande qui exerce la plus grande influence politique et qui entretient les relations les plus importantes avec des pays occidentaux comme le Canada, notamment en raison de son engagement envers la démocratie dans une région où les États à parti unique sont majoritaires.

Les Thaïs forment l’ethnie principale de la Thaïlande (80 %). On retrouve aussi des Thaïs au Myanmar, en Chine, au Laos et au Viêt Nam et les langues qu’ils parlent sont apparentées. La Thaïlande compte aussi de nombreuses minorités, notamment des Chinois, des Malais, des populations parlant des langues de la famille môn-khmère ou austro-asiatiques, ainsi que beaucoup d'autres groupes.

 Le roi de la Tha\u00eflande Bhunibol Adulyadej \u00e0 l

La langue thaïe, l'allégeance à la monarchie et la pratique du bouddhisme theravâda sont des symboles importants de l’identité nationale thaïlandaise. Plus de 90 % de la population de la Thaïlande se disent bouddhistes et leurs temples sont des centres importants dans presque toutes les collectivités. La plupart des hommes sont moines bouddhistes durant une certaine période de leur vie, habituellement juste après l'école secondaire. La Thaïlande est une monarchie constitutionnelle depuis 1932 et les Thaïlandais respectent dans leur ensemble ce système politique. En décembre 2016, le prince Maha Vajiralongkorn a succédé à son père, le roi Bhumibol, dont le règne a duré 70 ans.

Histoire migratoire et données socioéconomiques

Les Thaïlandais n'ont pas immigré au Canada en grand nombre de sorte que la population d’origine thaïlandaise y est relativement faible. Lors du recensement de la population de 2016, 19 005 Canadiens disent avoir des origines thaïlandaises (réponses uniques et multiples). L'immigration en provenance de la Thaïlande augmente progressivement depuis que des étudiants sont venus étudier dans des universités canadiennes au cours des années 1950 (voir Plan de Colombo). La migration s'est poursuivie lentement depuis et elle a connu une brève croissance après la crise financière qui a sévi en Thaïlande en 1997. Les Thaïlandais ont alors cherché du travail et des possibilités d'éducation à l'étranger. Dans les années 1960, Statistique Canada dénombrait seulement 125 immigrants de la Thaïlande, mais de 2001 à 2006, plus de 2 000 Thaïlandais ont immigré au Canada. De 2006 à 2016, le Canada a accueilli 6 265 immigrants thaïlandais supplémentaires.

La majorité des Canadiens thaïlandais sont des professionnels qui ont immigré pour des raisons éducatives, commerciales ou matrimoniales. Les rapports entre la Thaïlande et le Canada dans le domaine de l'éducation sont importants et beaucoup de jeunes viennent faire leurs études postsecondaires au Canada puis retournent dans leur pays. Ceux qui choisissent de demeurer au Canada travaillent souvent dans les domaines des services bancaires, de la médecine, du génie et des affaires.

Des Canadiens thaïlandais œuvrent également dans l'industrie de la restauration. La cuisine thaïlandaise, réputée pour son équilibre entre les goûts sucré, acidulé, salé et épicé et pour l'utilisation que l’on fait des herbes fraîches, du lait de coco et du galanga, est devenue très populaire au Canada, en particulier dans les milieux urbains. La chef de renommée internationale Sasi Meechai-Lim, qui réside à Toronto où elle a ouvert plusieurs restaurants, est un bon exemple dans ce domaine.

Vie sociale, culturelle et religieuse

Les Canadiens thaïlandais ont formé des réseaux et des associations avec d’autres compatriotes, en particulier dans les grandes villes comme Toronto, Vancouver et Montréal. L'identité thaïlandaise demeure importante pour la plupart des immigrés, et ces associations les aident à entretenir des relations les uns avec les autres, à préserver et à respecter les traditions thaïlandaises, à organiser des manifestations religieuses et à promouvoir la culture thaïlandaise au Canada. Le premier de ces réseaux à avoir vu le jour est la Thai Association of Canada fondée en 1982, devenue depuis la Thai Society of Ontario (TSO). Cette dernière organise des événements sociaux et culturels, fournit de l'aide aux Canadiens thaïlandais et, depuis 1993, administre le Yanviriya Buddhist Temple II, à Richmond Hill (Ontario). Il existe plusieurs autres associations similaires au Canada, officiellement enregistrées, notamment la Thai Association of Alberta (1984) et la Thai Association of British Columbia (2004).

Les six temples bouddhistes thaïlandais du Canada sont importants pour leurs collectivités. Ils servent aux pratiques religieuses et culturelles, au renforcement de la collectivité et à la préservation de l'identité culturelle. Le temple de Vancouver, fondé en 1992, est le premier des six centres que le grand moine Luang Pho Virivang a établis au Canada (voir Temple bouddhiste thaïlandais ‒ Wat Yanviriya).

Relations entre le Canada et la Thaïlande

La Thaïlande est l'un des 10 pays de l'Asie du Sud-Est membres de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), un organisme à vocation économique, politique et culturelle (voir Canadiens de l’Asie du Sud-Est). À titre de partenaire du dialogue au sein de l’ANASE, le Canada favorise la réduction de la pauvreté, la protection des droits de la personne, la démocratie, la primauté du droit et le renforcement de partenariats économiques. Le Canada et la Thaïlande ont aussi renforcé leurs relations bilatérales grâce au tourisme et aux échanges éducationnels et culturels. Chaque année, près de 10 000 Thaïlandais viennent au Canada pour visiter le pays, y travailler ou encore y étudier. De nombreuses universités canadiennes ont aussi conclu des ententes de coopération à long terme avec des universités thaïlandaises.

Le Canada et la Thaïlande ont collaborés étroitement au sein du Réseau de la sécurité humaine, un groupe multilatéral formé en 1999 à l’initiative du Canada et de la Norvège qui s’efforce de favoriser des mesures qui placent les personnes au sommet des préoccupations des États et au centre des efforts faits en matière de sécurité. Le concept de sécurité humaine préconise des solutions globales et multisectorielles. L’ambassade du Canada en Thaïlande a aussi favorisé la participation de plusieurs conférenciers canadiens qui ont traité de sujets tels que la réforme constitutionnelle, la transparence et l’obligation de rendre des comptes, les droits des personnes LGBT et la sécurité humaine.

Les échanges commerciaux entre les deux pays sont aussi très dynamiques. En 2013, la valeur totale des échanges bilatéraux entre le Canada et la Thaïlande dépassait les 3,5 milliards de dollars, faisant de ce pays le deuxième partenaire commercial du Canada en Asie du Sud-Est.


Patrimoine asiatique au Canada

Lecture supplémentaire

  • Bruce Matthews, dir., Buddhism in Canada (2006).

    Janet McLellan, Many Petals of the Lotus: Five Asian Buddhist Communities in Toronto (1999).

    Tony Ruprecht, Toronto’s Many Faces (2011).

Liens externes