The Emma Lake Artists' Workshops

Ils considèrent qu'en réunissant des critiques et des artistes importants de l'extérieur, ils peuvent établir un contact plus étroit avec le monde artistique en général et, de cette façon, enrichir leur propre art.

Emma Lake Workshop
Artistes au Emma Lake Workshop, 1946 (avec la permission de l'U. de Saskatchewan).

À l'hiver de 1954-1955, les artistes de Regina, Arthur MCKAY et Kenneth LOCHHEAD, lancent l'idée d'organiser un atelier d'été pour les artistes professionnels dans un lieu isolé appelé Emma Lake, dans le Nord de la Saskatchewan. Les deux artistes, qui seront reconnus plus tard à l'échelle nationale en tant que membres du groupe de peintres REGINA FIVE, voient l'atelier comme un moyen de briser l'isolement qu'ils ressentent comme artistes à Regina, où ils enseignent à la School of Art.

Ils considèrent qu'en réunissant des critiques et des artistes importants de l'extérieur, ils peuvent établir un contact plus étroit avec le monde artistique en général et, de cette façon, enrichir leur propre art. Le premier atelier d'Emma Lake a lieu en août 1955 sous les auspices de la School of Art et grâce à une subvention de 450 dollars du Saskatchewan Arts Board. Les ateliers suivants sont patronnés par le College of Art (devenu plus tard l'UNIVERSITÉ DE REGINA) jusqu'en 1975, alors que la responsabilité des ateliers d'été annuels passe à l'U. de la Saskatchewan, à Saskatoon. Un dernier atelier annuel a lieu en 1995.

Quelque 80 artistes et critiques ont animé les ateliers au cours des 4 décennies de leur existence, à commencer par l'artiste de Vancouver, Jack SHADBOLT, lors de la session inaugurale. Kenneth Noland (1963), Jules Olitski (1964) et Anthony Caro (1977) sont au nombre des animateurs les plus remarquables des ateliers, mais les plus célèbres sont bien sûr Barnett Newman (1959) et Clement GREENBERG (1962). C'est sans doute leur association avec l'art moderniste américain de l'après-guerre qui les a amenés à conférer une orientation moderniste aux ateliers d'Emma Lake. Le fait que l'art moderniste ait été confiné aux Prairies n'a pas nécessairement résulté de l'influence d'Emma Lake et de ses animateurs; la géographie, de même que l'esprit de coopération qui caractérise les Prairies, particulièrement le milieu artistique de Saskatoon, y ont certainement été pour quelque chose.

On considère que les ateliers sont directement responsables de l'attention portée par la critique aux travaux d'artistes des Prairies comme Dorothy KNOWLES, William PEREHUDOFF, Douglas BENTHAM et Robert Christie, et à des groupes artistiques comme le Regina Five et le Western Canadian landscape movement, mais leur influence s'est étendue bien au-delà de la scène régionale. En veillant à favoriser un cadre de travail intense où les animateurs travaillent aux côtés des autres participants plutôt que d'agir simplement comme des professeurs dans le sens traditionnel des écoles d'art, le Emma Lake Artists' Workshop est devenu un modèle pour de nombreux autres ateliers. C'est le cas du Triangle Artists Workshop du Nord de l'État de New York et de Barcelone, en Espagne, de même que du Hardingham Sculpture Workshop de Hardingham, en Angleterre.


Lecture supplémentaire

  • Terry Fenton, Abstraction West: Emma Lake and After (1976) and "Western Canada and the Emma Lake Workshops" in Modern Painting in Canada: A Survey of Major Movements in Twentieth Century Canadian Art (1978); John O'Brian, ed, The Flat Side of the Landscape, The Emma Lake Artists' Workshops (1989).