Tookoolito

Tookoolito, aussi connue sous le nom d’Hannah ou Taqulittuq (née en 1838 près de la baie Cumberland, aux Territoires du Nord-Ouest; morte le 31 décembre 1876 à Groton, au Connecticut), guide et traductrice inuite de l’explorateur américain Charles Francis Hall. Tookoolito et son mari Ebierbing (Ipiirvik selon l’épellation traditionnelle) étaient des explorateurs inuits du 19e siècle qui ont considérablement aidé les Européens à développer leur connaissance du Nord. Tookoolito et Ebierbing ont été reconnus comme des personnages historiques nationaux par le gouvernement du Canada.



Tookoolito
Connue aussi sur le nom de Hannah, Tookoolito a été la guide et la traductrice inuite de l’explorateur Charles Francis Hall. Ce portrait est paru dans le Harper's New Monthly Magazine (1862).
Tookoolito, Charles F. Hall, et Ebierring, dans une image provenant du livre de Charles F. Hall, Life with the Esquimaux (1864).

Jeunesse

Née près de la baie Cumberland, dans le Nunavut actuel, Tookoolito était reconnue, au milieu des années 1800, pour ses talents d’interprète inuite et de conseillère pour les baleiniers et les explorateurs. Son frère Eenoolooapik est aussi devenu célèbre en tant que guide inuit.

Mariés dès leur adolescence, Tookoolito et son mari Ebierbing (aussi appelé Joe, né vers 1837 sur une île de la baie Cumberland, aux Territoires du Nord-Ouest; mort vers 1881 dans l’Arctique), ont voyagé ensemble jusqu’à peu avant sa mort, en 1876.

Voyages avec Thomas Bowlby

Tookoolito et Ebierbing travaillent d’abord comme guides pour le Britannique Thomas Bowlby. En 1853, celui-ci ramène le couple avec lui jusqu’en Angleterre. Comme beaucoup d’autochtones à l’époque, ils sont présentés dans de nombreuses expositions en tant qu’habitants « exotiques » du Nouveau Monde. Tookoolito et son mari font sensation parmi les locaux, et attirent même l’attention de la reine Victoria, qui les reçoit au château de Windsor.

Tookoolito apprend à parler couramment l’anglais durant son séjour en Angleterre. Tout en adoptant les coutumes et le mode de vie britanniques, comme boire du thé et porter des vêtements à l’anglaise, elle conserve sa culture inuite. Après avoir passé près de deux ans au service de Thomas Bowlby, Tookoolito et Ebierbing sont ramenés sur l’île de Baffin par le capitaine William Penny.

Le saviez-vous?
Le pianiste belge Auguste Dupont a composé « The Tickalicktoo Polka » en l’honneur de la visite de Tookoolito et Ebierbing au château de Windsor. L’unique copie encore existante de la partition originale se trouve à la British Library, à Londres.

Travail auprès de Charles Francis Hall

À l’automne 1860, Tookoolito rencontre l’explorateur américain Charles Francis Hall. Celui-ci cherche des guides inuits pour l’aider à retrouver la dépouille de sir John Franklin. Impressionné par Tookoolito et Ebierbing, il voit en eux des compagnons de voyage prometteurs. Pendant plus de 10 ans, les trois conduiront des expéditions ensemble.

Pendant la première expédition de Charles Francis Hall (1860-1862), Tookoolito et Ebierbing le guident dans la baie de Frobisher. Vers la fin de l’expédition, Tookoolito donne naissance à son premier enfant, un garçon.

Tookoolito et Ebierbing accompagnent ensuite l’explorateur aux États-Unis, où ils sont exhibés au Barnum’s American Museum, au Aquarial Gardens de Boston et dans des conférences de l’explorateur afin recueillir des fonds pour une nouvelle expédition. À plusieurs reprises, durant ces apparitions, Tookoolito et son enfant tombent malades. Au printemps 1863, l’enfant meurt. Ce décès est attribué aux fréquentes exhibitions de la famille. Tarralikitaq est enterré à Groton, au Connecticut, un lieu qui devient un nouveau foyer, loin de leur terre natale, pour Tookoolito et Ebierbing.

Lors de sa deuxième expédition (1864-1869), Charles Francis Hall, en compagnie de Tookoolito et Ebierbing ainsi que d’autres explorateurs, se rend à Naujaat (Repulse Bay) à la recherche d’indices sur le sort de l’expédition perdue de sir John Franklin. (Voir aussi Recherche de l’expédition Franklin.) L’expédition se révèle finalement un échec, ne découvrant que quelques dépouilles à l’état de squelette et des objets ayant appartenu aux membres de l’expédition Franklin.

Au cours de ces voyages, Tookoolito a un deuxième enfant, appelé King William (présumément en hommage à l’île King William [île du Roi-Guillaume], la destination de l’expédition). L’enfant meurt durant l’expédition. Peu après, Tookoolito et Ebierbing adoptent une fille. Ils retournent aux États-Unis avec Charles Francis Hall et vivent dans une maison à Groton.

Après avoir vécu quelques années aux États-Unis, Tookoolito et Ebierbing se joignent à Charles Francis Hall pour ce qui sera sa dernière expédition dans l’Arctique (1871-1872). Surnommée l’expédition Polaris (le nom de leur bateau), son objectif est d’atteindre le pôle Nord. Charles Francis Hall meurt peu de temps après, présumément empoisonné par un membre de l’expédition.

L’expédition se poursuit, bien que le moral à bord se soit détérioré. Pendant une tempête de verglas, en 1872 ou 1873, le capitaine du Polaris, Sidney Buddington, ordonne d’abandonner le navire, qui est ancré sur la banquise dans le détroit de Smith. Plusieurs membres de l’équipage, dont Ebierbing, Tookoolito et leur fille, se retrouvent bloqués là pendant six mois. Les naufragés dérivent de près de 2 000 km vers le sud puis, ayant survécu à leur épreuve grâce aux talents de chasseur d’Ebierbing et d’un autre Inuit, sont finalement secourus par un phoquier au large du Labrador. La santé de la fille de Tookoolito est alors sérieusement compromise; elle meurt en 1875.

Le saviez-vous?
Plusieurs lieux géographiques ont été baptisés en l’honneur de Tookoolito et sa famille, dont la baie d’Ebierbing et Tookoolito Inlet (près de la baie Cornelius Grinnell). La baie Butterfly (ou baie Tukeliketa) se trouve au sud de Tookoolito Inlet. La grand-mère d’Ebierbing, qui a aidé Charles Francis Hall durant sa première expédition, a aussi donné son nom à une île, l’île Ookijoxy Ninoo (près de l’île Shepard).

Mort

Âgée de seulement 38 ans, Tookoolito meurt dans sa maison de Groton en 1876. Elle est enterrée dans le Starr Burying Ground, au Connecticut, avec ses enfants.

Après la mort de Tookoolito, Ebierbing accompagne en 1878 l’expédition américaine Eothen à la recherche du passage du Nord-Ouest. Ebierbing demeure ensuite dans l’Arctique, et meurt peu après, possiblement vers 1881. Bien qu’Ebierbing ne soit jamais revenu à Groton, son nom est inscrit sur la pierre tombale de Tookoolito.

Signification

Tookoolito était une femme intelligente et aventurière qui a apporté, avec Ebierbing, une importante contribution à plusieurs expéditions dans l’Arctique. Elle a aidé Charles Francis Hall et plusieurs autres à survivre dans l’Arctique, à communiquer avec les Inuits et à recueillir des connaissances sur le Nord canadien. Comme guide, enseignante, amie, épouse et mère, Tookoolito était une personne exceptionnelle, qui a beaucoup accompli au cours de sa courte existence.


Collection Inuit

Guide pédagogique perspectives autochtones

Liens externes