Musique à Windsor

Windsor. Ville du sud de l'Ontario sur la rivière Detroit, face à la ville de ce nom au Michigan. Ses premiers habitants arrivèrent en 1834 et elle devint en 1854 le terminus ouest de la Great Western Railway et fut désignée comme cité en 1892.

Windsor

Windsor. Ville du sud de l'Ontario sur la rivière Detroit, face à la ville de ce nom au Michigan. Ses premiers habitants arrivèrent en 1834 et elle devint en 1854 le terminus ouest de la Great Western Railway et fut désignée comme cité en 1892. En 1904, la société Ford y implanta une usine, ce qui allait faire de Windsor un centre de l'industrie automobile. La population de la région avait atteint 194 000 âmes en 1990.

Dans toute l'histoire de Windsor, la musique chorale occupe une place importante. Un programme caractéristique de l'église anglicane All Saints présentait, le 12 mars 1875, des extraits de La Création de Haydn, une messe de Mozart, Le Jugement dernier de Spohr et Le Messie de Haendel. Sous la direction de H. Whorlow Bull (Angleterre, 1872 - Windsor, 1938), la Windsor and Walkerville Choral Society (100 à 150 voix) présenta entre 1905 et 1919 Le Messie et Elijah (chacun à deux reprises), Chant de louange de Mendelssohn, Judas Macchabée de Haendel, Faust de Gounod (en concert), For the Fallen d'Elgar et d'autres oeuvres. La chorale chantait le plus souvent accompagnée de l'orgue, mais parfois aussi de l'orgue et du piano et, à l'occasion, d'un petit orchestre. Le Border Scottish Choir de Windsor, fondé en 1924 et dirigé aussi par Bull, chanta plus tard des oratorios, de même que le Schubert Choir formé en 1926, la Windsor Choral Union fondée en 1940, la Windsor Choral Society fondée en 1956 et aussi de nombreuses chorales d'église. La Classic Chorale, fondée par Richard Householder en 1977, fut l'ensemble choral le plus important de Windsor dans les années 1980; regroupant 30 à 35 chanteurs triés sur le volet (des amateurs pour la plupart, mais aucun étudiant), il donna chaque année une série de trois ou quatre concerts d'abonnement et se produisit régulièrement avec l'Orchestre symphonique de Windsor. Plus imposant en nombre, le Windsor Community Choir (créé en 1974) est ouvert à tous.

Avant 1920, quelque 13 corps de musique de Windsor participèrent à des présentations d'opéras légers, de concerts sacrés, de spectacles de minstrels et de défilés militaires. Les opérettes inclurent notamment Said Pascha de Richard Stahl (1900) et H.M.S. Pinafore de Gilbert et Sullivan (1901). Aux environs de 1925, Henry Philp fut à la tête de la Ford City Brass Band et de la Windsor Battalion Band. Phil Murphy (1902-1975) s'établit à Windsor en 1927 et y forma un corps de musique pour les jeunes avec l'appui d'un club social. Après avoir été chef de musique pendant la Deuxième Guerre mondiale, il revint à Windsor et y fonda en 1948 la Windsor Federation of Musicians Concert Band (plus tard « Music Under the Stars »). Murphy fut également à la tête de la Detroit Fire Department Band (1961-74) et fut dir. mus. du Windsor Light Opera. Un autre chef de musique de Windsor, Peter C. Allan, fut une figure importante des années 1940 à 1950 à titre de prés. (1953-54) de la CBA et compositeur d'oeuvres pour harmonie et pour instruments solistes dont plusieurs ont été publiées chez Waterloo. D'autres harmonies locales jouèrent un rôle actif dans les années 1980, comme la Windsor Community Concert Band, la Senior Citizens' Band, la Windsor Police Pipe Band ou encore trois organisations étudiantes dignes de mention : l'Optimist Band, la Scarlet Brigade et le Spirit of Windsor.

Au début des années 1920, Henry McCaw, prof. de violon, et plus tard H.P.C.S. Stewart, organiste à l'église Saint Andrew's, tentèrent de former un orchestre d'amateurs. La Border Cities Amateur Orchestral Society, dont la fondation remonterait à 1923, est peut-être l'orchestre de McCaw, ou une formation distincte. Fondé en 1947 par Matti Holli, l'OS de Windsor devint l'orchestre permanent de la ville et se produisit surtout au Cleary Auditorium. Holli mit également sur pied l'International Youth Symphony Orchestra (1965; premier concert en 1966) avec des administrateurs et instrumentistes des deux côtés de la frontière canadoamér. Holli étant décédé en 1977, l'orchestre fut dirigé pendant plusieurs années par son gendre, Bruce Curry, avant d'être dissous vers le milieu des années 1980. Fondé en 1982 par James Tamurini, le Windsor Community Orchestra a donné chaque année de trois à cinq concerts dans les environs de Windsor. Quant aux représentations de théâtre musical, elles étaient assurées dans les années 1980 par la vénérable Windsor Light Opera Assn (ses premières mises en scène annuelles d'opérettes et de comédies musicales datent de 1949), l'Université de Windsor et plusieurs troupes communautaires (la plus connue est Theatre Alive, dirigée par Brian et Florence Raisbeck).

Parmi les sociétés responsables au cours des ans de l'organisation de récitals et conférences, on trouve la Windsor Musical Society fondée en 1875, le Derthick Musical and Literary Club (v. 1890), le Music, Literature and Art Club (1903) et Matinée Musicale (1926). Ce genre d'activités a figuré régulièrement au programme des « Christian Culture Series » parrainées depuis les années 1940 par l'Assumption College de l'Université de Windsor et complétées dans les années 1970 et 1980 par un programme de récitals assuré annuellement par l'école de musique de l'université. En outre, grâce à la section locale de l'ORMTA, des artistes renommés donnèrent de temps à autre des ateliers et des récitals. Les « Largely Canadian series » se composaient de concerts de musique de chambre produits par Paul McIntyre à l'Art Gallery de Windsor. En l'espace de quatre saisons (1983-87), on put y entendre plus de 50 oeuvres (soit quelque 40 compositeurs canadiens), dont les versions concert de Colas et Colinette (Quesnel) et The Widow (Lavallée), ainsi que des concerts en l'honneur de Violet Archer et Otto Joachim. Pour les loisirs liés à la musique, les résidents de Windsor ont beaucoup profité de la proximité de Detroit, ce qui entrava parfois le développement et l'existence même des ensembles de Windsor. Mais la ville possède à présent des structures adaptées et efficaces.

L'enseignement de la musique commença en 1864, à la Saint Mary's Academy, première école ontarienne des Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Salomon Mazurette y enseigna vers le milieu des années 1870 tout en vivant à Detroit, et ses compositions Souvenir du passé / Recollections of the Past (Whitney) et le scherzo-valse La Tourterelle / Turtle Dove (Whitney) portent cette inscription : « Expressément dédié aux élèves de Saint Mary's Academy, Windsor, Ont. » À la fin du XIXe siècle et au tout début du XXe, l'enseignement privé de la musique fut assuré par le Windsor Cons. of Music, la Grovenberg Academy et une section de Windsor du Detroit Institute of Music. Si ne restaient en lice que l'école de musique des Ursulines et la Saint Mary's Academy dans les années 1970, une importante institution, l'Académie Sainte-Cécile, commença en 1980 à offrir des cours préparatoires (piano, chant, instruments à cordes et à vent, solfège, théorie). En 1894, l'Assumption College incluait la musique dans son programme d'études. H. Whorlow Bull, qui devint en 1909 responsable de la musique dans les écoles publiques de Windsor et Walkerville, introduisit la méthode « Tonic sol-fa » et créa un festival annuel de musique. Toutefois, en matière d'éducation musicale, Windsor dépendait surtout vers 1925 du Detroit Cons., du Detroit Institute of Musical Art et de la Detroit School of Music. Respectivement inaugurés en 1959 et 1967 à l'Université de Windsor, des cours de musique et un B.Mus. laissaient présager l'indépendance croissante des établissements de Windsor. Lancé en 1967 et organisé par des professeurs de musique de la ville, le Centennial Music Festival permettait à de jeunes musiciens âgés de 6 à 20 ans de concourir pendant toute une semaine (début mai).

Fondés en 1963, les Brothers-In-Law, un groupe pop de Windsor, ont fait une carrière réussie. Dans les années 1980, le plus connu des musiciens pop issus de Windsor était le flûtiste de jazz Alexander Zonjic, qui pouvait compter sur un vaste et fidèle auditoire international. Ses enregistrements ont montré qu'il est aussi à l'aise sur son instrument qu'Erwin Monroe, flûtiste solo de l'OS de Detroit ou que le pianiste de jazz Bob James. Il effectua avec ce dernier plusieurs tournées en Amérique latine et en Extrême-Orient. Parmi les musiciens originaires de Windsor, citons aussi la chanteuse Iris Bala, le parolier Raymond B. Egan, Victor Braun, Marguerite Gignac, le guitariste Stacey Heydon, Margo MacKinnon, la soprano Jeannine Morand, Émile Normand, les musiciens rock Skip Spence et Jack Scott, ainsi que Jerry et Tony Toth. Parmi les musiciens nés dans la région, on note Patricia Snell Crum et Lorne Watson, tous deux de Leamington (aussi le berceau de la Leamington Choral Society), Jeanne Gordon de Wallaceburg, Douglas Millson de Kingsville et Sylvia Tyson de Chatham. La soprano Emilia Cundari reçut sa première formation à la Saint Mary's Academy.


Lecture supplémentaire

  • Mason, Lawrence. 'Ontario vistas: II: the border cities,' Toronto Globe, 11 Jul 1925

    Hall, Frederick A. 'Musical life in Windsor: 1875-1901,' CMB, 6, Spring-Summer 1973