Recherche pour "Conseil national des femmes du Canada"

Afficher 221-240 de 242 résultats
Article

Le groupe Chilliwack

Le groupe rock de Vancouver Chilliwack a produit certaines des chansons rock canadiennes les plus populaires des années 1970 et du début des années 1980, comme Lonesome MaryFly at Night et My Girl (Gone Gone Gone). Leurs rythmes accrocheurs et décontractés et leur style mélodique vif se distinguent par la voix de fausset qui s’élève du chanteur et auteur-compositeur principal Bill Henderson et son jeu de guitare élégant. En l’espace de 18 ans (1970-1988), Chilliwack a lancé 11 albums, dont quatre ont été certifiés platine au Canada. Ils ont également sorti 19 simples. Le groupe a évolué dans une direction de plus en plus commerciale en passant par une variété de styles allant du rock psychédélique, progressif et country au rock pop et adulte contemporain. Il a subi de multiples changements d’étiquettes et de membres du groupe avant de connaître le succès aux États-Unis. Le groupe a été intronisé au Panthéon de la musique canadienne en 2019.

Article

Edward Jessup

Edward Jessup, soldat, Loyaliste et fondateur de Prescott (Stamford, Conn., déc. 1735 -- Prescott, Haut-Canada, 29 juin 1809). Il prend parti pour l'Angleterre pendant toute la Révolution américaine. Il recrute les King's Loyal Americans et participe à la campagne de BURGOYNE en 1777.

Article

Willard Bolduc

Willard John Bolduc, D.F.C., Autochtone, officier des forces aériennes, héros de guerre (né le 28 décembre 1915, à Chapleau, en Ontario; décédé le 7 juin 1968, à Toronto, en Ontario). Willard Bolduc a reçu la Distinguished Flying Cross (D.F.C.) pour son rôle de mitrailleur de bord pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Article

Mumilaaq Qaqqaq

Mumilaaq Qaqqaq, députée inuite (née le 4 novembre 1993 à Baker Lake, au Nunavut). En 2019, Mumilaaq Qaqqaq est devenue, à 25 ans, la plus jeune députée de l’histoire du Nunavut, et la première à représenter le Nouveau parti démocratique (NPD) depuis que le Nunavut est devenu un territoire en 1999. Avant d’entrer en politique, Mumilaaq Qaqqaq a été conférencière et militante. Elle a sensibilisé la population aux crises des communautés inuites (suicide, insécurité alimentaire, logement, climat).

Article

Samuel de Champlain

Samuel de Champlain, cartographe, explorateur, administrateur colonial, auteur (né vers 1567 à Brouage, en France; décédé le 25 décembre 1635 à Québec). Connu comme le «Père de la Nouvelle-France», Samuel de Champlain joue un rôle central dans l’établissement et les débuts de cette colonie, de 1603 à 1635. On lui attribue également la fondation de la ville de Québec en 1608, ainsi que l’exploration de la côte atlantique (enAcadie), de l’intérieur du Canada ainsi que la région des Grands Lacs. Contribuant en outre à la fondation de colonies françaises en Acadie et à Trois-Rivières, il établit des relations amicales et des alliances avec divers groupes des Premières Nations, dont les Montagnais, lesHurons, les Odawaset les Népissingues. Pendant de nombreuses années, Samuel de Champlain demeure le principal responsable de l’administration de la colonie de la Nouvelle-France. En plus de nombreuses cartes d’Amérique du Nord, il publie quatre ouvrages au cours de sa vie, seuls témoignages écrits de la Nouvelle-France du début du 17e siècle.

Article

Gordon A. Smith

Gordon Appelbe Smith, C.M., O.B.C., peintre, graveur, enseignant, philanthrope (né le 18 juin 1919 à East Brighton, Angleterre; décédé le 18 janvier 2020 à West Vancouver, Colombie-Britannique). Durant la seconde moitié du 20e siècle, Gordon Smith devient une figure clé de la scène artistique de Vancouver. Il est surtout connu pour ses abstractions monumentales et modernistes du paysage de la côte Ouest, et pour sa longue et influente carrière en tant qu’enseignant et philanthrope. Il a été fait membre de l’Ordre du Canada pour avoir « contribué de façon majeure au développement des beaux-arts au Canada ». Il a également reçu l’Ordre de la Colombie-Britannique, le prix Audain pour l’ensemble de sa carrière dans les arts visuels et le prix du Gouverneur général en arts visuels et médiatiques.

Article

Langues autochtones au Canada

On compte au pays environ 70 langues autochtones distinctes, qui se divisent en 12 familles linguistiques. À bien des endroits, la transmission de la langue d’une génération à l’autre est devenue chose rare, ce qui a toutefois permis une prise de conscience parmi des peuples autochtones, qui redoublent dorénavant d’efforts pour revitaliser et promouvoir leur langue. Au Canada, et de façon plus générale en Amérique du Nord, le paysage linguistique est complexe, et comprend un important nombre et une grande diversité de langues. Les langues autochtones sont ainsi parlées par beaucoup d’habitants. Certaines ont même le statut de langues officielles au Nunavut et aux Territoires du Nord-Ouest, et d’autres, comme au Yukon, sont reconnues pour leur importance et leur portée. Le 5 février 2019, le gouvernement canadien a déposé la Loi sur les langues autochtones, qui vise à protéger et à revitaliser les langues autochtones au Canada.

Article

Comité judiciaire du Conseil privé

Le comité judiciaire du Conseil privé, un organe du Conseil privé britannique, a été mis en place en 1833. En 1844, il s’est vu attribuer la compétence de tous les tribunaux coloniaux de Grande-Bretagne. D’anciens juges de cours supérieures de Grande-Bretagne faisaient partie du comité judiciaire, ainsi qu’une poignée de juges du Commonwealth. Leurs décisions étaient souvent critiquées, favorisant aux dires de certains les compétences provinciales au détriment de l’autorité fédérale (en particulier dans des domaines tels que le commerce et les échanges). Le comité judiciaire a servi de cour d’appel finale pour le Canada jusqu’en 1949, date à laquelle ce rôle a été confié à la Cour suprême du Canada.

Article

Diane Clement

Diane Elaine Clement (née Matheson), O.C., sprinteuse (née le 27 septembre 1936, à Moncton, au Nouveau‑Brunswick). Diane Clement a détenu de nombreux records canadiens en sprint, et a remporté une médaille de bronze, pour le Canada, au relais 4x110 verges féminin, aux Jeux de l’Empire britannique et du Commonwealth de 1958. En 1956, elle est la première athlète née au Nouveau‑Brunswick à représenter le Canada lors des Jeux olympiques d’été. En 1959, elle devient la première entraîneuse de l’équipe d’athlétisme féminine de l’Université de la Colombie‑Britannique. Elle a également été la première présidente d’une fédération sportive au Canada et la première vice‑présidente honoraire du Congrès de l’IAAF (aujourd’hui World Athletics). Elle a été intronisée au Temple de la renommée sportive du Nouveau‑Brunswick et au British Columbia Sports Hall of Fame and Museum et a été faite membre de l’Ordre du Canada.

Article

Traumatisme intergénérationnel et les pensionnats indiens

Le traumatisme historique se produit lorsqu’un traumatisme causé par l’oppression historique se transmet de génération en génération. Pendant plus de 100 ans, le gouvernement canadien a soutenu les programmes de pensionnats indiens qui isolaient les enfants autochtones de leurs familles et de leurs communautés (voir Pensionnats indiens au Canada). Sous le couvert de l’éducation et de la préparation des enfants autochtones à leur participation à la société canadienne, le gouvernement fédéral ainsi que d’autres administrations du système des pensionnats indiens ont commis ce qui a depuis été décrit comme un acte de génocide culturel. Lorsque des générations d’élèves ont quitté ces institutions, ils sont retournés dans leurs communautés sans les connaissances, les aptitudes ou les outils nécessaires pour affronter l’un ou l’autre monde. Les répercussions de leur vécu dans les pensionnats indiens continuent d’être ressenties par les générations suivantes. C’est ce qu’on appelle le traumatisme intergénérationnel.

Article

John Shiwak

John Shiwak (Sikoak), chasseur, trappeur et soldat inuit (né en février ou en mars 1889 à Cul-de-Sac, près de Rigolet au Labrador ; décédé le 21 novembre 1917 près de Masnières, en France). John Shiwak est l’un des quelque 60 hommes du Labrador à s’être joint à l’armée pendant la Première Guerre mondiale. Il est rapidement devenu l’un des meilleurs éclaireurs et tireurs d’élite du front ouest.

Article

Pensionnats indiens au Canada (résumé en termes simples)

Au début des années1600, les religieuses et prêtres catholiques établissent les premiers pensionnats indiens au Canada. En 1883, ces institutions commencent à recevoir du financement de la part du gouvernement fédéral. Cette même année, le gouvernement du Canada autorise officiellement la création du système des pensionnats indiens. L’objectif principal de ce système est d’assimiler les enfants autochtones à la société chrétienne blanche. (Voir aussi Les expériences des Inuits dans les pensionnats indiens et Les expériences des Métis dans les pensionnats indiens.)

(Cet article est un résumé en termes simples de l’histoire des pensionnats indiens. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, veuillez consulter notre article complet, Pensionnats indiens au Canada)

Article

Louise McKinney

Louise McKinney (née Crummy), députée provinciale de l’Alberta (1917 à 1921), militante pour les droits des femmes, et prédicatrice laïque (née le 22 septembre 1868 à Frankville, en Ontario; décédée le 10 juillet 1931 à Claresholm, en Alberta). Louise McKinney a été la première femme élue à une assemblée législative au Canada et dans tout l’Empire britannique. Elle était membre de la Woman’s Christian Temperance Union (WCTU) et fervente méthodiste et prohibitionniste. Elle a également été l’une des pionnières du mouvement des suffragettes, ainsi que l’une des Cinq femmes célèbres de l’affaire « personne », une campagne réussie pour faire reconnaître les femmes comme étant des personnes aux yeux de la loi britannique. Elle a également été une figure déterminante dans l’adoption de la Dower Act de l’Alberta en 1917. Cependant, ses opinions sur l’immigration et l’eugénisme ont été critiquées comme étant racistes et élitistes. Elle a été nommée personne d’importance historique nationale en 1939, et sénatrice honoraire en 2009. 

Article

Portia White

Portia May White, contralto et enseignante (née le 24 juin 1911 à Truro, en Nouvelle-Écosse ; décédée le 13 février 1968 à Toronto, en Ontario). Portia White a été la première chanteuse canadienne noire de renommée internationale. Elle était considérée comme l’une des meilleures chanteuses classiques du 20e siècle. Sa voix a été décrite par un critique comme étant un « cadeau du ciel ». Elle a souvent été comparée à la célèbre contralto afro-américaine Marian Anderson. Le Nova Scotia Talent Trust a été créé en 1944 spécifiquement pour permettre à Portia White de se concentrer sur sa carrière professionnelle. Elle a été nommée « personne d’importance historique nationale » par le gouvernement du Canada en 1995.

Article

Tony Golab

Anthony Charles Golab, plus couramment appelé Tony, C.M., joueur de football (né le 17 janvier 1919 à Windsor, en Ontario; décédé le 16 octobre 2016 à Ottawa, en Ontario). Surnommé le « golden boy » (garçon en or) du football canadien, Tony Golab était un joueur polyvalent, rugueux et puissant, membre de l’équipe des Rough Riders d’Ottawa. Capitaine d’aviation et pilote de l’ARC pendant la Deuxième Guerre mondiale, il a joué dans cette équipe de 1939 à 1941, puis, après l’interruption due à la guerre, de 1945 à 1950. Pour Ottawa, il a occupé des postes aussi bien en attaque qu’en défense, son style fougueux en ayant fait l’un des joueurs préférés des partisans. Il participe à quatre finales de la Coupe Grey, remportant celle de 1940. En 1941, il reçoit le prix du meilleur athlète masculin au Canada, une distinction aujourd’hui connue sous le nom de prix Lionel Conacher. Il est membre de l’Ordre du Canada, du Temple de la renommée du football canadien, du Panthéon des sports canadiens et de l’Ontario Sports Hall of Fame.

Article

Family Compact

L’expression « Family Compact » est un surnom injurieux. Il est utilisé pour désigner le réseau d’hommes qui détenaient les leviers des pouvoirs législatif, administratif, économique, juridique et religieux au Haut-Canada (aujourd’hui l’Ontario) pendant la première moitié du 19e siècle. Les membres du Family Compact avaient généralement des opinions conservatrices et loyalistes. Ils s’opposaient ouvertement aux réformes démocratiques et au gouvernement responsable. Au milieu du 19e siècle, l’immigration, l’union du Haut-Canada et du Bas-Canada, de même que le travail de différents réformistes ont affaibli l’hégémonie du groupe. Au Bas-Canada, la clique du Château était l’équivalent du Family Compact.

Article

Nancy Greene Raine

Malgré qu'elle se soit retirée depuis un bon moment, Greene continue à inspirer la prochaine génération d'athlètes et à contribuer à la communauté.

Article

Diane Jones Konihowski

Diane Helen Jones Konihowski, O.C., pentathlonienne, administratrice (née le 7 mars 1951, à Vancouver, en Colombie‑Britannique). Diane Jones Konihowski a remporté plusieurs médailles d’or pour le Canada, au pentathlon féminin, aux Jeux panaméricains de 1975 et de 1979, ainsi qu’aux Jeux du Commonwealth de 1978, à Edmonton. Elle était considérée comme la favorite pour la médaille d’or aux Jeux olympiques d’été, à Moscou, que le Canada a boycottés. Elle a également été directrice du Comité olympique canadien et chef de mission du Canada, lors des Jeux olympiques d’été de 2000, à Sydney. Elle a remporté le prix Bobbie‑Rosenfeld en tant que meilleure athlète féminine du Canada, et a été faite Officier de l’Ordre du Canada. Elle a été intronisée au Temple de la renommée des sports de la Saskatchewan, au Temple de la renommée et musée des sports de l’Alberta, au Temple de la renommée olympique du Canada et au Panthéon des sports canadiens.

Article

Magistrature du Canada

La magistrature comprend les juges et les cours de justice. Elle est l’organe du gouvernement qui est investi du pouvoir judiciaire. Elle est indépendante des organes législatifs et exécutifs. Les juges sont des agents du service public chargés de présider les cours de justice et d’y appliquer les lois en vigueur au Canada. Responsable de trancher aussi bien des litiges personnels, délicats et émotionnels que de grandes questions sociales, économiques ou politiques associées à des contextes juridiques particuliers, la magistrature contribue à l’évolution du tissu social qui régit nos vies.