Recherche pour "Conscription"

Afficher 1-12 de 12 résultats
Article

Helen (Ma) Armstrong

Helen Armstrong (née Jury), surnommée « Ma », militante syndicale, militante des droits des femmes (née le 17 juin 1875 à Toronto, en Ontario; décédée le 17 avril 1947 à Los Angeles, en Californie). Helen Armstrong était une militante syndicale qui, tout au long de sa vie, s’est battue pour les droits des femmes de la classe ouvrière. Elle a dirigé la ligue ouvrière féminine de Winnipeg et a été une figure centrale de la grève générale de Winnipeg de 1919. Elle a fait campagne en faveur des syndicats, de l’institution d’un salaire minimum et de la sécurité sociale, et contre la conscription. Elle a été arrêtée, pour ses activités militantes, à au moins trois reprises, dont deux au cours de la grève générale de Winnipeg. L’historienne Esyllt Jones en parle comme d’une exception dans un mouvement syndical dominé par les hommes.

Article

Les Canadiens noirs et la conscription pendant la Première Guerre mondiale

En 1917, le gouvernement canadien a adopté la Loi du service militaire, qui voulait que tous les citoyens masculins (âgés de 20 à 45 ans) soient soumis à la conscription. Alors que la Première Guerre mondiale (de 1914 à 1918) s’éternisait, le Corps expéditionnaire canadien (CEC) avait désespérément besoin de renforts parce que le nombre de volontaires s’était presque tari. Plus tôt durant cette guerre, les volontaires noirs avaient fait face à de la résistance et de l’opposition envers leurs efforts de s’enrôler. Cependant, les Canadiens noirs n’ont pas été exemptés de la conscription et au moins 350 d’entre eux ont été enrôlés dans le Corps expéditionnaire canadien. Ceux qui ont servi outre-mer ont principalement servi dans le Corps forestier canadien, bien que certains ont servi sur les lignes de front.

Article

Loi du Service Militaire

La Loi du Service Militaire de 1917 est entrée en vigueur le 29 août 1917. C’était une loi politiquement explosive et controversée qui a amèrement divisé le pays selon des lignes franco-anglaises. Elle a soumis tous les citoyens masculins de 20 à 45 ans à la conscription pour le service militaire, jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Ainsi, la loi a eu des conséquences politiques importantes. Elle a mené à la création du gouvernement d’union du premier ministre Robert Borden et a poussé la plupart des partisans canadiens-français de ce dernier dans l’opposition.

Article

Deuxième Guerre mondiale

La Deuxième Guerre mondiale a été un événement déterminant dans l’histoire canadienne, transformant un pays tranquille en marge des affaires globales en un acteur crucial dans les luttes les plus importantes du XXe siècle. Le Canada a joué un rôle indispensable dans la bataille de l’Atlantique et a fourni des effectifs à la campagne de l’Europe de l’Ouest au-delà de ce qui pouvait être attendu d’une petite nation qui ne comptait que 11 millions d’habitants à l'époque. Entre 1939 et 1945, plus d’un million d’hommes et de femmes originaires du Canada ont servi à temps plein au sein des forces armées. Plus de 42 000 y ont laissé la vie. Malgré le carnage, la guerre contre l’Allemagne et ses alliés de l’Axe a révolutionné la structure industrielle du Canada, élargi le rôle de la femme dans l’économie, ouvert la voie de l’adhésion du pays à l’Otan, et laissé en héritage aux Canadiennes et aux Canadiens la fierté du sacrifice consenti et du service rendu, reconnus grâce à des noms emblématiques, tels que Dieppe, Ortona et Juno Beach.

(Ce texte est l’article complet sur la Deuxième Guerre mondiale. Si vous souhaitez en lire unrésumé en termes simples, veuillez consulter : Deuxième Guerre mondiale (résumé en langage simple).)

Article

Première Guerre mondiale

La Première Guerre mondiale de 1914-1918 a été le conflit le plus sanglant de l’histoire du Canada, coûtant la vie à plus de 61 000 Canadiens. Elle a effacé la vision romantique de la guerre, introduit le massacre à grande échelle et instillé une crainte de l’engagement militaire qui s’est poursuivie jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Cependant, les grands accomplissements des soldats canadiens sur des champs de bataille comme Ypres, Vimy et Passchendaele ont insufflé un sentiment de fierté nationale et l’idée que le Canada pouvait prendre sa place sur la scène internationale, indépendamment de l’Empire britannique. La guerre a aussi approfondi les divisions entre le Canada anglais et le Canada français, et marqué le début des grandes interventions de l’État dans la société et l’économie.

Article

Loi des élections en temps de guerre

La Loi des élections en temps de guerre de 1917 accorde le droit de vote aux femmes ayant dans leur parenté des soldats canadiens servant à l’étranger durant la Première Guerre mondiale. Elle prive aussi du droit de vote de nombreux Canadiens ayant immigré de pays « ennemis ». La Loi est adoptée par le gouvernement conservateur du premier ministre Robert Borden dans un effort de gagner des voix lors de l’élection de 1917. Elle finit toutefois par coûter aux conservateurs le soutien de certains groupes pour les années à venir. En effet, la Loi a un héritage controversé. Elle a accordé à de nombreuses femmes le droit de vote, mais elle a également légitimé de nombreux sentiments anti-immigrants par la loi.

Article

Sir Clifford Sifton

Sir Clifford Sifton, CP, chevalier de l’Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges, CR, avocat, personnage politique, homme d’affaires (né le 10 mars 1861 près d’Arva, dans le Canada-Ouest; décédé le 17 avril 1929 à New York). L’un des hommes politiques les plus remarquables de son temps, Clifford Sifton est surtout connu pour son importante promotion de l’immigration, visant à coloniser les Prairies occidentales. Sous sa gestion, l’immigration au Canada a considérablement augmenté, passant de 16 835 habitants en 1896 à 141 465 habitants en 1905. Homme politique libéral d’une influence considérable et à la fois visionnaire, il est aussi une figure controversée. Clifford Sifton défend un système scolaire unique et s’oppose au financement public des écoles confessionnelles, écartant les principales préoccupations des catholiques francophones. Son frère, Arthur Lewis Sifton, est le premier ministre de l’Alberta de 1910 à 1917.

Article

Conscription au Canada (résumé en langage simple)

La conscription est l’enrôlement obligatoire des citoyens dans l’armée. Les Canadiens ont connu la conscription deux fois dans l’histoire. Les deux fois, seuls les hommes ont été visés. La première conscription survient lors de la Première Guerre mondiale et la deuxième, lors de la Deuxième Guerre mondiale. La conscription est une thématique qui a grandement divisé le Canada : la plupart des Canadiens de langue anglaise étaient d’accord, contrairement à la majorité des Canadiens de langue française.

(Cet article est un résumé en langage simple sur la conscription au Canada.) Si vous souhaitez approfondir le sujet, veuillez consulter notre article intégral intitulé Conscription au Canada.)

Article

Conscription au Canada

La conscription, parfois nommée « appel sous les drapeaux », est l’enrôlement obligatoire ou « l’appel » des citoyens pour le service militaire. Le gouvernement fédéral a adopté la conscription lors de la Première Guerre mondiale et de la Deuxième Guerre mondiale. Les deux cas ont créé de nettes divisions entre les Canadiens anglais, qui tendaient à soutenir la pratique, et les Canadiens français qui, de manière générale, ne la soutenaient pas. Actuellement, le Canada n’a pas de service militaire obligatoire. Les Forces armées canadiennes sont un service volontaire.