Recherche pour "Hong Kong"

Afficher 1-3 de 3 résultats
Article

Le Canada et la bataille de Hong Kong

Hong Kong est le théâtre de la première bataille terrestre à laquelle prennent part des Canadiens pendant la Deuxième Guerre mondiale. Du 8 au 25 décembre 1941, près de 2 000 soldats de Winnipeg et de Québec, déployés à Hong Kong en ne s’attendant qu’à un simple service de garnison, se battent courageusement contre la puissance écrasante d’une force d’invasion japonaise. À la capitulation de la colonie britannique, le jour de Noël, on dénombre 290 Canadiens tombés au combat. Au cours des quatre années qui suivent, 264 autres meurent en raison des conditions inhumaines qui règnent dans les camps de prisonniers de guerre japonais.

Article

Vivienne Poy

Vivienne May Poy (née Lee), créatrice de mode, auteure, philanthrope, entrepreneure, sénatrice (née le 15 mai 1941 à Hong Kong). Vivienne Poy est une créatrice de mode, qui a fondé Vivienne Poy Mode en 1981. En 1998, elle est devenue la première Canadienne d’origine asiatique à être nommée au Sénat. Elle est une auteure accomplie et éditrice de récits et de biographies. Elle a aussi été gouverneure de l’Université McGill et chancelière de l’Université de Toronto, et elle a joué un rôle clé en fondant le Mois du patrimoine asiatique au Canada.

Article

Internement au Canada

L’internement est le confinement ou la détention forcés d’une personne en temps de guerre. Des opérations d’internement à grande échelle sont menées par le gouvernement canadien au cours de la Première et de la Deuxième Guerres mondiales. Dans les deux cas, la Loi sur les mesures de guerre est invoquée; celle-ci donne au gouvernement le pouvoir de refuser aux personnes leurs libertés civiles, notamment l’habeas corpus (soit le droit à un procès équitable avant la détention). Les gens sont détenus dans des camps disséminés d’un bout à l’autre du pays. Pendant la Première Guerre mondiale, on interne plus de 8 500 personnes; pendant la Deuxième Guerre mondiale, on en interne jusqu’à 24 000, y compris quelque 21 000 Canadiens d’origine japonaise.