Recherche pour "Pipeline"

Afficher 1-18 de 18 résultats
Article

Elizabeth May

Elizabeth May, O.C., militante de l’environnement, avocate, auteure, chef du Parti vert du Canada de 2006 à 2019 (née le 9 juin 1954 à Hartford, au Connecticut). Elle a été conseillère politique (de 1986 à 1988) pour le gouvernement du premier ministre Brian Mulroney et est nommée, en 1989, directrice générale fondatrice du Sierra Club du Canada. En 2011, elle devient la première candidate du Parti vert à être élue à la Chambre des communes. Elizabeth May a démissionné de son poste de chef du parti en novembre 2019.

Article

Rachel Notley

Rachel Anne Notley, 17e première ministre de l’Alberta (2015-) et chef du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta (2014-), avocate (née le 17 avril 1964 à Edmonton, en Alberta). En tant qu’avocate, Rachel Notley se spécialise dans les questions liées au droit du travail et exerce en Colombie-Britannique et en Alberta. Fille de Grant Notley, chef du NPD de l’Alberta de 1968 à 1984, elle a gagné sa première élection en 2008 et a été élue chef du parti en 2014. Rachel Notley a conduit son parti à une victoire électorale surprise le 5 mai 2015 en battant les progressistes-conservateurs, le parti qui, au pouvoir depuis 1971, détenait le record de longévité au Canada pour un gouvernement. En 2019, Notley et le NPD ont perdu les élections provinciales générales en Alberta au Parti conservateur uni de Jason Kenney.

Article

John Horgan

John Joseph Horgan, 36e premier ministre de la Colombie-Britannique, de 2017 à aujourd’hui, et attaché politique (né le 7 août 1959 à Victoria, en Colombie-Britannique). John Horgan a travaillé comme collaborateur politique pour les premiers ministres du Nouveau parti démocratique (NPD) de la Colombie-Britannique, Mike Harcourt, Glen Clark et Dan Miller. En 2005, il est devenu membre de l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique pour la circonscription de Malahat-Juan de Fuca. Il a ensuite revitalisé le NPD de la Colombie-Britannique, qui avait passé les 16 dernières années sur les bancs de l’opposition. Après l’élection de 2017, John Horgan a mis au point une coalition de partage de pouvoir pour renverser un régime libéral affaibli. Après avoir organisé des élections éclair en octobre 2020, John Hogran et le NPD ont remporté 53 des 87 sièges, transformant leur gouvernement minoritaire en une majorité gouvernementale.

événement historique

Une décision de la Cour stoppe l’agrandissement du pipeline Trans Mountain

Dans une décision unanime, la Cour d’appel fédérale annule l’approbation du projet d’expansion d’un pipeline évalué à plus de 9,3 milliards de dollars, parce qu’elle juge que les Premières Nations vivant dans la région n’ont pas été adéquatement consultées et que l’on n’a pas réfléchi à l’effet que le passage des pétroliers pourrait avoir sur les épaulards en voie de disparition. Le premier ministre Justin Trudeau affirme toutefois dans un gazouillis que « le gouvernement fédéral appuie toujours le projet d’agrandissement de l’oléoduc TMX et qu’il veillera à ce qu’il progresse de la bonne façon ».

Article

Encana (Ovintiv)

Encana Corporation produit, transporte et vend des produits pétroliers et gaziers. Fondée en 2002 par la fusion de l’Alberta Energy Company Ltd et de la PanCanadian Energy Corporation, l’entreprise a son siège social à Calgary, en Alberta. En 2009, la société s’est scindée en deux : Encana, qui se concentre sur l’exploration, la production et la vente de gaz naturel, et Cenovus Energy, qui fait de même avec les produits du pétrole. En 2019, Encana a annoncé qu’elle avait l’intention de déménager son siège social de Calgary, en Alberta, à Denver, au Colorado, et de se renommer Ovintiv Inc. Encana Corporation a engrangé plus de 5,9 milliards de dollars en revenus et 1,07 milliard de profit en 2018, en plus de détenir des actifs évalués à 15,3 milliards de dollars. En tant que société publique, ses actions sont négociées aux bourses de Toronto et de New York sous le sigle ECA.

événement historique

La GRC arrête 14 personnes lors d’une manifestation contre la construction d’un pipeline en Colombie Britannique.

Mettant à exécution une injonction de la Cour suprême de la Colombie‑Britannique adoptée en décembre, des agents de la GRC ont pénétré un barrage routier au sud de Houston, en Colombie‑Britannique, et ont arrêté 14 membres de la nation Wet’suwet’en. Les manifestants étaient installés là pour empêcher les travailleurs de Coastal GasLink, une filiale de TransCanada, d’accéder au site, au motif que l’entreprise n’avait pas obtenu le consentement des chefs héréditaires pour construire un pipeline transportant du gaz naturel de Dawson Creek à Kitimat. Le jour suivant, des manifestations de soutien à la nation Wet’suwet’en ont eu lieu dans différentes villes du Canada.

Article

Norman Wells

Norman Wells, ville des Territoires du Nord-Ouest, constituée en 1992 ; population 778 (recensement de 2016), 727 (recensement de 2011). La ville de Norman Wells est située sur la rive nord du fleuve Mackenzie, à 145 km au sud du cercle arctique et à 684 km à vol d’oiseau au nord-ouest de Yellowknife. C’est la première colonie des Territoires du Nord-Ouest créée uniquement en raison de l’exploitation d’une ressource non renouvelable. Elle doit son nom à Fort Norman (maintenant Tulita) situé à 85 km en amont sur le Mackenzie.

Article

Pipelines au Canada

Les pipelines sont un réseau de tuyaux servant au transport des liquides et des gaz, notamment du pétrole et des gaz naturels, sur de longues distances, depuis leur source jusqu’à l’endroit voulu. Plus de 840 000 km de pipelines sillonnent le pays et servent le secteur pétrolier, qui emploie entre 100 000 et 200 000 Canadiens. Selon Ressources naturelles Canada, ce secteur rapporte au gouvernement, en moyenne, 19 milliards de dollars en redevances, frais et impôts chaque année. Il compte également pour près de 8 % du produit national brut du Canada.

Les pipelines font malgré tout l’objet de controverses au Canada, puisque l’on craint que les combustibles fossiles qu’ils rendent accessibles contribuent grandement au changement climatique. Au cours des dernières années, des groupes autochtones, des activistes pour l’environnement, des municipalités, des maires et des syndicats se sont opposés à plusieurs projets de pipelines de crainte qu’ils ne contaminent les cours d’eau environnants à cause de déversements et de fuites.

Article

NOVA Corporation

NOVA Corporation est une société canadienne d’énergie située à Calgary. D’abord connue sous le nom d’Alberta Gas Trunk Line Company Ltd, elle est fondée en 1954 dans le but de construire, de détenir et d’exploiter des installations de collecte et de transport du gaz naturel en Alberta. En 1998, NOVA fusionne avec TransCanada (maintenant TC Énergie), créant ainsi la quatrième plus grande société de pipelines en Amérique du Nord. 

Article

Projet de pipeline Northern Gateway

Le projet de pipeline Northern Gateway, d’une valeur de 7,9 milliards, est soumis par Enbridge en 2008. Il est d’abord destiné à transporter dubitumedilué (le «dilbit») sur environ 1 170km, de Bruderheim, en Alberta, à un terminal situé sur l’océan Pacifique, à Kitimat, en Colombie-Britannique. Selon Enbridge, ce projet devrait générer 1,2 milliard de dollars en impôts pour la Colombie-Britannique en plus de créer 560 emplois. La Cour d’appel fédérale a annulé l’approbation du pipeline en 2016. La même année, le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau a rejeté le projet.

Article

Pipeline Keystone XL

Le Keystone XL est un projet de pipeline de 1947 km de long qui transporterait du pétrole brut de l’Alberta jusqu’au Nebraska. Il est la propriété de TC Énergie, basée à Calgary. Le pipeline de 36 pouces de diamètre, nommé XL pour « export limited » (ou exportations limitées, en français), représente la quatrième section prévue du réseau de pipeline Keystone de TC Énergie. Au Canada, Keystone XL bénéficie du soutien du gouvernement fédéral et du gouvernement de l’Alberta. Cependant, en janvier 2021, le président des États-Unis, Joe Biden, annule son permis dès sa première journée de mandat. Le projet a néanmoins fait également face à une opposition importante et à des contestations judiciaires pour des raisons environnementales. 

Article

TC Énergie (auparavant TransCanada)

La société TC Énergie (auparavant TransCanada Corporation) est une entreprise de gaz naturel, de pétrole et de production d’électricité dont le siège social se trouve à Calgary, en Alberta. TC Énergie possède plus 92 600 km de gazoducs en Amérique du Nord et transporte plus de 25 % du gaz naturel consommé sur le continent. Elle exploite aussi des centrales électriques et des installations de stockage de gaz. Société ouverte, elle transige à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York, où on la reconnaît par le symbole TRP. En 2018, elle a enregistré 13,7 milliards de dollars de revenus et 3,5 milliards de dollars de bénéfices et son actif s’établissait à 98,9 milliards de dollars. La société emploie environ 7 300 personnes, dont plus de la moitié vivent au Canada.

Article

Programme de remplacement de la canalisation 3

Le programme de remplacement de la canalisation3 (parfois surnommé L3RP) est une mise à niveau du pipeline principal d’Enbridge. Le pipeline de pétrole brut déjà existant relie Hardisty, en Alberta, à Superior, dans le Wisconsin. La modernisation, longue de 1 660km, constitue le plus ambitieux projet d’infrastructure énergétique jamais entrepris par Enbridge, entreprise basée à Calgary.

Article

Commission Berger

En 1974, le gouvernement fédéral a formé une commission royale d’enquête pour examiner deux propositions de pipeline de gaz naturel dans le Nord. Un juge, Thomas Berger, a été nommé pour diriger cette enquête. Au cours des deux années suivantes, la commission Berger a évalué les répercussions potentielles des pipelines proposés. Pour ce faire, elle a tenu des audiences, officielles et non officielles, dont 45 audiences communautaires organisées du nord au sud du Canada, notamment dans les Territoires du Nord‑Ouest et au Yukon. Le rapport de la commission Berger, publié en 1977, effectuait plusieurs recommandations. Il appelait à une étude plus approfondie et à un règlement des revendications territoriales des Autochtones. Il préconisait également d’interdire, pendant 10 ans, la construction de pipelines dans la vallée du Mackenzie. Thomas Berger s’est opposé à la construction de tout pipeline qui traverserait la région de l’habitat fragile du caribou dans le nord du Yukon. La commission Berger a sollicité la participation du public, incluant, dans ses travaux, dans une plus large mesure qu’aucune autre consultation précédente liée aux ressources naturelles au Canada, des perspectives autochtones.

Cliquez ici pour consulter les définitions des termes clés utilisés dans cet article.

Article

Projet d'expansion du pipeline Trans Mountain

Le projet d’expansion du Trans Mountain Pipeline est un projet de construction d’environ 980km de nouvelles canalisations, dont la plupart seront parallèles à l’oléoduc Trans Mountain existant. Le nouveau tracé permettrait d’acheminer du bitume dilué, ou «dilbit», depuis Edmonton, en Alberta, jusqu’à Burnaby, en Colombie-Britannique, faisant passer la capacité du réseau de pipelines de 300 000 barils par jour à 890 000 barils par jour.

Le premier propriétaire du projet, Kinder Morgan Canada, vend le projet au gouvernement du Canada en 2018. Bien qu’elle continue d’être le sujet de débats environnementaux et économiques, ainsi que de conflits politiques, l’expansion de Trans Mountain, évaluée à 12,6 milliards de dollars, est actuellement en construction.

événement historique