Recherche pour "Vimy"

Afficher 1-6 de 6 résultats
événement historique

Le Canada souligne le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale.

Le premier ministre Justin Trudeau a souligné le centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale en assistant à deux cérémonies en France : l’une au monument commémoratif érigé sur la crête de Vimy près d’Arras et l’autre à l’Arc de Triomphe sur les Champs‑Élysées à Paris.

Article

Jeremiah Jones

Jeremiah « Jerry » Alvin Jones, soldat, fermier, camionneur (né le 30 mars 1858 à East Mountain, en Nouvelle-Écosse; décédé le 23 novembre 1950 à Halifax, en Nouvelle-Écosse). Jeremiah Jones est un soldat canadien noir ayant participé à la Première Guerre mondiale. En 1916, lorsqu’il s’enrôle dans l’armée et est affecté au 106e bataillon, il est âgé de 58 ans (13 ans au-dessus de l’âge limite). Cependant, tout comme plusieurs autres soldats trop jeunes ou trop âgés, il ment sur son âge lors de son enrôlement. Son commandant recommande qu’on lui attribue une médaille de conduite distinguée pour ses actions héroïques lors de la Bataille de la crête de Vimy. Il ne reçoit toutefois pas la médaille de son vivant. C’est plutôt grâce au plaidoyer du sénateur Calvin Ruck et aux membres de la famille Jones qu’il reçoit la médaille en 2010, soit 60 ans après sa mort.

Article

Bataille de la crête de Vimy

La bataille de la crête de Vimy, pendant la Première Guerre mondiale, s’est déroulée sur le front Ouest, dans le nord de la France, du 9 au 12 avril 1917. Elle constitue la victoire militaire canadienne la plus célébrée, allant parfois jusqu’à être considérée comme le symbole quasiment mythique de l’émergence du sentiment et de la fierté d’appartenir à la nation canadienne. Les quatre divisions du Corps canadien, combattant ensemble pour la première fois, ont attaqué la crête du 9 au 12 avril 1917 et ont réussi à l’arracher des mains de l’armée allemande. Bien que cet exploit ait constitué, à ce moment-là de la guerre, l’avancée territoriale la plus importante jamais réalisée par les forces alliées, il n’aura finalement que peu d’influence sur le résultat du conflit. Plus de 10 600 Canadiens ont été tués ou blessés pendant l’assaut. De nos jours, un monument emblématique blanc, érigé au sommet de la crête, rend hommage aux 11 285 Canadiens tués en France pendant toute la guerre et restés sans sépulture.