Views: Head-Smashed-In Buffalo Jump World Heritage Site by Google Maps

Le site archéologique Head-Smashed-In Buffalo Jump est situé à l'extrémité sud des monts Porcupine, dans le Sud-Ouest de l'ALBERTA. Pendant 6000 ans et jusqu'au milieu du XIXe siècle, Head-Smashed-In représente pour les peuples AUTOCHTONES des Plaines du Nord-Ouest l'un des nombreux pièges ingénieux qui servent à tuer les bisons en grand nombre (voir BISON). Au moyen d'appâts savamment conçus, les chasseurs encerclent les troupeaux de bisons et les dirigent vers les monts Porcupine pour les faire plonger d'une falaise haute de 10 m. Les chasseurs qui attendent au pied de la falaise n'ont plus qu'à tuer et à débiter les animaux, ce qui leur donne une grande quantité de viande, de peaux et d'os. Les dépôts d'ossements débités et d'outils de pierre au pied de la falaise s'amoncellent sur une épaisseur de plus de 11 m.

Centre d'interprétation Head-Smashed-In Buffalo Jump

Head-Smashed-In Buffalo Jump est un des sites archéologiques les plus riches des plaines de l'Amérique du Nord, en reconnaissance de quoi l'UNESCO l'inscrit sur la liste des SITES DU PATRIMOINE MONDIAL DES NATIONS UNIES en 1981.

Les recherches archéologiques portent à croire que ce piège à bisons a été utilisé pendant près de 6000 ans. Il s'agit en fait d'un énorme complexe de ressources archéologiques, avec son aire de débitage dans la prairie juste au pied de la falaise et son vaste région où on rassemblait les bisons au sommet de la falaise. Le site se caractérise par son programme de recherche continu et donne aux visiteurs la possibilité d'observer les fouilles archéologiques en direct.

En 1987 s'ouvre un centre d'interprétation près du saut. Le centre présente des expositions sur l'histoire et la culture des PEIGANS et des autres peuples des plaines (voirAUTOCHTONES : LES PLAINES) et expose quelques-uns des milliers d'artefacts découverts sur le site archéologique. Ce centre est ouvert au public toute l'année.

Voir aussi ARCHÉOLOGIE; BISON, CHASSE AU et PRÉHISTOIRE.

DEBORAH WELCH et MICHAEL PAYNE

Auteurs ayant contribué à cet article: