Anciens combattants, Loi sur les terres destinées aux

La Loi sur les terres destinées aux anciens combattants, promulguée le 20 juillet 1942, s'inscrit dans une tradition canadienne remontant au XVIIe siècle qui consiste à établir les ex-soldats sur des terres.

Anciens combattants, Loi sur les terres destinées aux

La Loi sur les terres destinées aux anciens combattants, promulguée le 20 juillet 1942, s'inscrit dans une tradition canadienne remontant au XVIIe siècle qui consiste à établir les ex-soldats sur des terres. En 1919, la Loi d'établissement de soldats avait fourni aux anciens combattants de la Première Guerre mondiale qui désiraient cultiver la terre des prêts leur permettant d'acheter une terre, du bétail et du matériel. Plus de 25 000 ex-soldats se prévalent de l'offre, bien que beaucoup d'entre eux soient contraints d'abandonner leur ferme entre les deux guerres à cause de leur lourd endettement et des conditions agricoles défavorables. Cette nouvelle loi, qui vise à corriger certains des problèmes inhérents à la version de 1919, laisse plus de latitude aux anciens combattants de la Deuxième Guerre mondiale. Il leur suffit désormais de verser un dépôt minime pour acheter des terres grâce à un prêt gouvernemental. Des crédits supplémentaires sont mis à leur disposition pour l'achat de bétail et de matériel. Les délais de remboursement sont suffisants pour que les ex-soldats aient le temps de s'établir sans être étouffés par les obligations financières. On incite également les anciens combattants à cultiver à temps partiel des petits lopins à la campagne ou en banlieue, ou à substituer la pêche commerciale à l'agriculture à plein temps. En 1950, en vertu de cette loi, on commence aussi à accorder des prêts à ceux qui désirent construire leur propre maison. Plus de 140 000 ex-militaires sollicitent une aide financière de l'Office de l'établissement agricole des anciens combattants, une division du MINISTÈRE DES ANCIENS COMBATTANTS, avant la cessation du programme de prêts en 1977.