Ashleigh McIvor

Ashleigh McIvor, skieuse acrobatique (née le 15 septembre 1983 à Vancouver, BC.). En gagnant une médaille d’or pour le Canada lors des Jeux olympiques d’hiver à Vancouver, elle devient la première championne olympique en ski cross féminin.

Ashleigh McIvor, skieuse acrobatique (née le 15 septembre 1983 à Vancouver, BC). En gagnant une médaille d’or pour le Canada lors des Jeux olympiques d’hiver à Vancouver, elle devient la première championne olympique en ski cross féminin. Elle remporte aussi en 2009 la médaille d’or dans cette discipline au Championnat du monde de ski acrobatique à Inawashiro, au Japon. Après sa retraite en 2012 à cause d’une blessure au genou, elle devient mannequin, conférencière et commentatrice sportive. En 2013, elle épouse Jay DeMerit, capitaine des Whitecaps, l’équipe de soccer vancouvéroise.

Premières années

Ashleigh McIvor commence sa carrière de sportive de haut niveau en ski alpin. Elle compétitionne au niveau nord-américain jusqu’à l’âge de 16 ans. En 2000 survient une blessure grave et c’est celle-ci qui motive son choix, en 2003, de passer au ski cross, discipline où elle excelle rapidement. Malgré une épaule disloquée, elle se qualifie au Winter X Games à Northstar, en Californie, un événement qu’elle gagnera la même année à Nakiska, en Alberta, (sur le même site qui a servi en 1988 aux Jeux olympiques d’hiver à Calgary).

Première médaille à la Coupe du monde

Le 25 octobre 2004, Ashleigh McIvor, âgée alors de 21 ans, remporte la médaille d’argent lors de sa toute première participation à la Coupe du monde à Saas-Fee, en Suisse, battue de peu par la Française Ophélie David. C’est toutefois la performance de la Canadienne, avec son temps record de 53,83 secondes, qui impressionne le plus.

Une sportive exemplaire

De 2005 à 2007, Ashleigh McIvor ne participe qu’à quelques événements nord-américains sur le circuit SAAB Salomon Crossmax International, remportant le titre au United States Freeskiing Open en 2005 à Vail, au Colorado. À l’époque, le ski cross est une discipline qui bat de l’aile sur le continent : comme il n’est pas encore un sport olympique, il peine à susciter de l’intérêt et à trouver du financement.

McIvor ne passe toutefois pas inaperçue auprès du public. Elle collabore avec de nombreux photographes sportifs et de mode, et participe même à un défile à New York nommé « Skiing is Sexy » (Le ski, c’est sexy).

Ski Cross comme sport olympique

Le 28 novembre 2006, le Comité olympique international (COI) annonce l’inclusion du ski cross comme sport médaillé dès les Jeux d’hiver de 2010. Il devient, avec le super combiné, une des deux nouvelles disciplines au programme olympique d’hiver.

Comme d’autres athlètes et enthousiastes, Ashleigh McIvor militait pour son sport. Lors de ses études à l’Université de Colombie-Britannique en 2003, elle écrit un essai expliquant pourquoi le ski cross devrait obtenir un statut olympique : il ne nécessite pas d’infrastructure supplémentaire, est très populaire auprès des jeunes et, parce qu’il met en compétition quatre skieurs à la fois (les deux premiers passent à la ronde suivante), il est très divertissant. L’annonce du COI en 2006 permet ainsi à l’athlète de réaliser son rêve olympique.

Retour sous les projecteurs à la Coupe du monde

Une équipe nationale canadienne de ski cross est formée en 2007. Elle est menée du côté féminin par Ashleigh McIvor et Julia Murray (la fille du skieur alpin et membre des Crazy Canucks, Dave Murray) et, chez les hommes, par Stanley Hayer, Davey Barr et Christopher Del Bosco.

En janvier 2008, elle repart pour l’Europe et participe pour la première fois au circuit de la Coupe de monde depuis sa médaille d’argent en 2004. Elle termine au quatrième rang à Les Contamines, en France, mais, ce faisant, elle se disloque l’épaule droite. Quatre jours plus tard, elle finit cinquième à la compétition de Flaine, toujours en France, et décide de finir sa saison sur la table d’opération.

Championne du monde

Lorsqu’elle part pour Inawashiro, au Japon, pour les Championnats du monde de ski acrobatique de 2009, Ashleigh McIvor a déjà participé à sept courses du circuit, dont trois qui la mènent sur le podium : deux médailles d’argent à Flaine et à Vancouver (à Cypress Mountain, le site des Olympiques de 2010) et une de bronze à Branas, en Suède.

Il s’agit des premiers Championnats du monde auxquels participe Ashleigh McIvor, et ils s’amorcent difficilement. En qualification, un accrochage la retarde pendant plus de deux minutes, ce qui la met en 28e et dernière position, un désavantage pour les rondes éliminatoires.

Elle réussit toutefois à finir dans les deux premières à chacune de ses trois courses suivantes en prenant un risque au premier saut qui lui fait gagner du temps dans une courbe difficile. Elle utilise la même technique pour battre ses adversaires et remporter l’or.

Championne olympique

Tout comme à la Coupe du monde, Ashleigh McIvor a le vent dans les voiles lorsqu’elle se présente aux Olympiques d’hiver de Vancouver. Le 9 janvier, soit un mois avant les Jeux, elle remporte sa première course professionnelle à Les Contamines, en France. Elle monte aussi sur les podiums à San Candido, en Italie; à Alpe D’Huez, en France; à Blue Mountain, en Ontario, et finit deuxième au Winter X Games de 2010 à Aspen, au Colorado.

Lorsqu’elle arrive à la Cypress Mountain de Vancouver, le Canada a déjà cinq médailles d’or à son actif. Le 23 février 2010 marque son entrée sur la scène internationale. Elle détient le deuxième meilleur temps des qualifications, gagne ses deux premières rondes d’élimination et finit deuxième lors de sa demi-finale, ce qui lui permet de passer en finale. Elle domine clairement tout au long de sa course et, sous les applaudissements du public canadien, elle devient la première championne olympique de ski cross.

Après les Olympiques

Ashleigh McIvor participe à sa dernière saison de la Coupe du monde en 2010-2011, durant laquelle elle monte trois fois sur le podium. Lors d’un entraînement pour les Winter X Games de 2011, elle se blesse au ligament croisé antérieur (LCA) et, le 16 novembre 2012, elle annonce sa retraite de la compétition.

Depuis, Ashleigh McIvor apparaît dans des publicités pour Oakley, Acura et Bell. Elle travaille aussi comme conférencière et a été commentatrice pour la CBC. En 2013, elle épouse le capitaine de l’équipe de soccer des Whitecaps de Vancouver, Jay DeMerit, avec qui elle partage son temps entre Vancouver et Whistler. À la suite de sa victoire olympique, la ville de Whistler nomme une rue en son honneur.

Points forts

Médaille d’or, FIS Freestyle World Ski Championship (2009)

Médaille d’argent, Winter X Games (2010)

Médaille d’or, Jeux olympiques d’hiver (2010)


Liens externes