Orchestre symphonique de l'Atlantique/Atlantic Symphony Orchestra

Orchestre symphonique de l'Atlantique/Atlantic Symphony Orchestra. Premier et seul orchestre régional permanent au Canada, actif de 1968 à 1983. Il fut fondé le 12 juin 1968 avec l'appui de comités à Halifax et Sydney, N.-É., et à Saint-Jean, Moncton et Fredericton, N.-B.

Orchestre symphonique de l'Atlantique/Atlantic Symphony Orchestra

Orchestre symphonique de l'Atlantique/Atlantic Symphony Orchestra. Premier et seul orchestre régional permanent au Canada, actif de 1968 à 1983. Il fut fondé le 12 juin 1968 avec l'appui de comités à Halifax et Sydney, N.-É., et à Saint-Jean, Moncton et Fredericton, N.-B. L'orchestre eut son siège à Halifax mais fut administré par un bureau constitué des comités ci-haut mentionnés, chacun étant responsable des présentations dans sa propre ville. Klaro M. Mizerit fut dir. mus. et chef jusqu'en 1977, alors qu'il fut remplacé par Victor Yampolsky, violoniste (Union soviétique, 1943), élève de David Oistrakh puis chef d'orchestre adj. (1971-73) de l'Orchestre philharmonique de Moscou, qui avait émigré aux États-Unis en 1973 et avait été chef de pupitre des seconds violons de l'OS de Boston (1975-77).

Suite à la dissolution de l'Orchestre symphonique de Halifax et de l'Orchestre symphonique du Nouveau-Brunswick en 1968, on décida de mettre sur pied un seul orchestre régional professionnel qui se produirait en tournée dans les quatre provinces de l'Atlantique. L'OS de l'Atlantique, composé de 48 musiciens, en fut le résultat et donna son premier concert le 14 octobre 1968 à la Saint Patrick's High School à Halifax. Durant sa première saison, il présenta 39 concerts d'abonnement dont 32 furent radiodiffusés par la SRC. En 1977, l'OSA comptait 65 instrumentistes et le coût de son fonctionnement, de 380 000 $ la première année, passa à un peu plus d'un million de dollars. Le tiers environ de cette somme était assumé par le CAC, tandis que chacune des provinces et les municipalités en fournissaient 15 à 20 pour cent et que le reste provenait de dons privés et de la recette des guichets. L'orchestre donna lors de sa 10e saison 110 concerts (réguliers d'abonnement, scolaires, communautaires et à la SRC) dans divers centres du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard. Les tournées à Terre-Neuve furent discontinuées lorsque cette province retira son appui financier. Après un premier concert au Rebecca Cohn Auditorium, l'OSA présentait habituellement le même programme en tournée dans trois ou quatre autres centres.

Sous la direction de Mizerit, l'orchestre interpréta le répertoire traditionnel et quelques oeuvres du XXe siècle, notamment de Stravinsky et de compositeurs canadiens. Il créa Endymion et Malamalke (une commande) de Jean Coulthard, la Sinfonietta de Wolfgang Bottenberg, Variations Part II d'Edward Laufer, Time Did Emit Cool Dense Cities (avec l'ensemble de jazz de James Davis) d'Adrian Hoffman, Capriccio on the Seven Ages of Man de Michael R. Miller et Suite n 4 pour instruments à vent de Mizerit. Sous la direction de Yampolsky, l'orchestre continua à présenter le répertoire traditionnel et contemporain, notamment la Symphonie pour cordes de Turner, le Mouvement symphonique II de Matton, la Sinfonia concertante de Glick, Music for String Orchestra de Kalnins et Fantasia Serena de Bottenberg. Avec l'Atlantic Choir (fondé en 1968 par Mizerit comme complément à l'orchestre pour les grandes oeuvres chorales), l'OSA interpréta la IXe symphonie de Beethoven, le Requiem de Verdi, Carmina Burana d'Orff, Le Messie de Haendel, le Requiem de Mozart ainsi que la Passion selon saint Matthieu et la Messe en si mineur de Bach. Durant ses dernières années, l'orchestre engagea un nombre accru d'artistes canadiens, dont la guitariste Liona Boyd, le soprano Gaelyne Gabora, le violoncelliste Vladimir Orloff, les pianistes Robert Silverman, William Tritt et Louis Lortie, et le contralto Maureen Forrester. Parmi les chefs invités, on vit Raffi Armenian, Franz-Paul Decker, Kenneth Elloway et Vittorio Negri.

Malgré les progrès et la popularité toujours grandissante de l'orchestre sous la direction de Yampolsky, l'orchestre souffrit des coûts toujours grandissants des tournées, de la restriction des programmes du gouvernement et de la diminution du support corporatif. En 1979, un conflit de travail interrompit la saison pendant 12 semaines. En septembre 1982, le conseil d'administration de l'OS de l'Atlantique suspendit les activités en déclarant un déficit de 407 000 $. Des concerts bénéfices furent organisés et, en 1983, une saison intérimaire de 20 semaines à Halifax, avec Boris Brott comme conseiller artistique et dir. mus., mena à la fondation de Symphony Nova Scotia. L'OS de l'Atlantique déclara faillite en septembre 1983, ce qui permit à Symphony Nova Scotia de se porter acquéreur de ses actifs, y compris la musicothèque de l'OS de Halifax des années 1950.


Lecture supplémentaire

  • Ball, Walter. 'The Atlantic Symphony Orchestra,' CanComp, 40, May 1969

    Bierman, Helmer. 'The Atlantic Symphony Orchestra,' Atlantic Advocate, vol 63, Nov 1972

    Cameron, Donald. 'Going down the road with the Atlantic Symphony,' Maclean's, May 1974

    Coleman, Thomas. 'Down east it's a bus that brings the sound of music,' Toronto Globe and Mail, 20 Mar 1976

    Tilley, Alexander. 'An orchestra with a special mission,' Mcan, Feb 1977

    Kimber, Stephen. 'Last notes of a finished symphony,' Maclean's, 4 Oct 1982

    Pedersen, Stephen. 'From phoenix to failure: a history of symphonies in Halifax 1982 to 1984,' OCSM Newsletter, Jan 1985

    - 'Unmaking music: how symphony orchestras (fail to) survive in their native land,' Arts Atlantic, vol 7, Spring 1986