Berliner Gramophone Company

Berliner Gramophone Company. Première compagnie de disques au Canada, fabricante des disques « Gram-O-Phone » et de machines parlantes. Elle fut fondée à Montréal par Emile Berliner (Hanovre, Allemagne, 20 mai 1851 - Washington, D.C.

Berliner Gramophone Company

Berliner Gramophone Company. Première compagnie de disques au Canada, fabricante des disques « Gram-O-Phone » et de machines parlantes. Elle fut fondée à Montréal par Emile Berliner (Hanovre, Allemagne, 20 mai 1851 - Washington, D.C., 3 août 1929), inventeur du gramophone et cofondateur (Allemagne, 1898, avec son frère Joseph) de la Deutsche Grammophon. Berliner obtint un brevet canadien pour son invention le 24 février 1897 et installa son outillage de fabrication à l'usine de Bell Téléphone, rue de l'Aqueduc, produisant des disques en caoutchouc de 12,5 cm. Il ouvrit aussi un magasin de vente au détail, rue Sainte-Catherine. La production de disques de 17,5 cm, fabriqués à partir de matrices enregistrées par les compagnies européennes et américaines de Berliner et portant l'inscription « E. Berliner, Montréal », commença le 2 janvier 1900. En 1901 eut lieu le lancement de disques de 25 cm à une seule face appelés « Concert Grands », suivis en 1903 des « Deluxe Records » de 30 cm et finalement, en 1908, de disques enregistrés sur les deux faces. La Berliner Gramophone Co. of Canada reçut sa charte le 8 avril 1904 et fut réorganisée en 1909 sous le nom de Berliner Gramophone Co. Un studio d'enregistrement fut ouvert sur la rue Peel et, en 1906, on construisit une usine à l'angle des rues Saint-Antoine et Lenoir à laquelle s'ajouta, en 1921, une fabrique, angle Saint-Antoine et Lacasse. Une filiale de la BGC, La Voix de son maître / His Master's Voice, possédait en 1924 des comptoirs de distribution dans six villes canadiennes. Emile Berliner demeura prés. de la BGC jusqu'en 1924. Son fils Herbert (Samuel) (Cambridge, Mass., 13 septembre 1882, naturalisé canadien - Montréal, 9 août 1966) fut vice-prés. et gérant général de la BGC jusqu'à ce qu'il démissionne en 1921 pour se consacrer à une autre compagnie, Compo, qu'il avait fondée en 1918. Il fut remplacé à la BGC par son frère Edgar (Washington, 25 juillet 1885, naturalisé canadien - Beverly Hills, Cal., 20 juillet 1955), auparavant secr.-trés. de la compagnie. Ce fut Edgar qui, en 1924, céda ses intérêts majoritaires dans la BGC à la Victor Talking Machine Co. de Camden, N.J. - compagnie dont la BGC avait distribué les disques et les appareils depuis 1901. La BGC fut rebaptisée la Victor Talking Machine Co. of Canada (RCA Victor après 1929, voir Musique BMG du Canada) et Edgar en fut le prés. jusqu'en 1930.

Durant ses 20 années d'opérations, la BGC pressa et distribua plusieurs séries de disques, la plupart d'origine non canadienne, y compris ceux portant les étiquettes Berliner. Parmi les artistes figuraient des Canadiens, dont l'expatrié Harry McClaskey (Henry Burr). L'étiquette Berliner x paraît sur des disques de Pauline Donalda; celle de Berliner xx sur ceux de Joseph Saucier. Douze anciennes chansons tribales, enregistrées par le chef iroquois Ho-nuses chez Emile Berliner en 1904, offrent un intérêt d'ordre musicologique. Quelques séries de Victor ont inclus d'autres exécutants canadiens (Mark Hambourg, le Quatuor à cordes Hart House), telle la série HMV 21600 lancée en 1916. Commencée en 1918, la série 263000 de HMV fut consacrée aux artistes canadiens-français. Les deux séries HMV furent enregistrées à Montréal et se poursuivirent après l'acquisition de Victor. La série 21600 offrait notamment des enregistrements des ténors Paul Dufault et Henri Prieur, du violoniste Albert Chamberland, du violoneux J.B. Roy, des violoncellistes J.-B. Dubois et Raoul Duquette, du guitariste hawaïen Ben Hokea, du chef d'orchestre Henri Miro (qui fut dir. mus. de la BGC de 1916 à 1921), des trios de Willie Eckstein et Harry Thomas et de la musique des Canadian Grenadier Guards. La série 263000 présentait entre autres le soprano Camille Bernard, les ténors Charles Dalberty, José Delaquerrière, Paul Dufault, Ludovic Huot, Émile Larochelle et Roméo Mousseau, les barytons Hector Pellerin, Charles Marchand (et ses Troubadours de Bytown) et Jean Riddez, le violoneux Joseph Allard, l'harmoniciste Henri Lacroix, le monologueur Elzéar Hamel, ainsi que les ensembles vocaux Quatuor canadien et Quatuor franco-américain. La liste de la plupart des enregistrements de Berliner paraît dans En remontant les années.


Lecture supplémentaire

  • Moogk, Edward. 'National Library - early recordings,' Mcan, 40, Sep 1979

    Berliner, Oliver. 'The Berliner Gramophone Company: personal recollections of Oliver Berliner,' Antique Phonograph News, Jul-Aug 1992, Sep-Oct 1992

    Caruana, Mark. 'The history of Berliner gramophones,' Antique Phonograph News, Mar-Apr 2000, May-Jun 2000