Bing Thom

Bing Wing Thom, C.M., architecte (né le 8 décembre 1940 à Hong Kong; décédé le 4 octobre 2016 à Hong Kong). Membre de l’Ordre du Canada et lauréat d’un prix du Gouverneur général

Pavillon du Canada
Vue intérieure du Pavillon du Canada (avec la permission de Bing Thom Architects).
Chan Centre, vue extérieure du
Vue extérieure du Chan Centre, à Vancouver (avec la permission de Bing Thom Architects).
Bing Thom

Bing Wing Thom, C.M., architecte (né le 8 décembre 1940 à Hong Kong; décédé le 4 octobre 2016 à Hong Kong). Membre de l'Ordre du Canada et lauréat d’un prix du Gouverneur général, Bing Wing Thom est considéré comme l’un des meilleurs architectes canadiens grâce à son approche pratique et holistique du design et son sens esthétique hors norme.

Enfance et éducation

Bing Wing Thom et sa famille immigrent au Canada en 1950. Il étudie l’architecture à l’Université de la Colombie-Britannique (1966) et à l’Université de Californie, à Berkeley (1969), avant de déménager à Tokyo en 1971 pour travailler pour le compte du cabinet japonais d’architecture et d’urbanisme Fumihiko Maki. Un an plus tard, Bing Wing Thom retourne au Canada et devient chef de projet pour Arthur Erickson. Sous ce mandat, il supervise des projets d’envergure comme le Roy Thomson Hall, à Toronto (1977), le Robson Square et le Courthouse Complex, à Vancouver (1973-1979), et les bureaux du ministre de la Défense aérienne de l’Arabie saoudite, à Djedda.

Bing Thom Architects

En 1982, Bing Wing Thom crée son cabinet, Bing Thom Architects, situé à Vancouver et comptant des bureaux dans la ville de Washington, de Hong Kong et de Beijing. L’architecte s’occupe d’un large éventail de projets : résidentiels et hôteliers, voire institutionnels et culturels. Le cabinet a pris de l’expansion et comprend un studio de recherche, en plus d’offrir des services d’urbanisme. Le plus important plan directeur conçu par le cabinet est celui de Dalian New Town, à Dalian, en Chine. Situé sur la côte chinoise, tout près de la frontière nord-coréenne, Dalian est l’un des plus grands ports du monde.

La force des designs de Bing Wing Thom transparaît très tôt dans sa carrière avec des projets qui innovent en matière de matériaux et de création d’espaces communautaires. Il crée ainsi, selon le contexte, des solutions uniques qui répondent de manière appropriée tant aux besoins sociaux qu’économiques de ses clients. Ce faisant, chaque édifice est marqué par un souci du citoyen et un questionnement sur l’utilité de chaque projet. L’un de ses premiers projets, le False Creek Yacht Club, à Vancouver, est construit sur des pilotis qui traversent l’édifice pour se transformer en véritables « mâts » avec des cordages l’arrimant solidement à Granville Street et rappelant bien son utilité. Ce club privé, qui combine les éléments nautiques et une esthétique industrielle, est situé sur le long de la crique. Les matériaux prédominants, le verre, l’acier et le métal ondulé rappellent les ponts, les bâtiments et les bateaux environnants.

Projets majeurs

L’un des projets les plus connus conçus par Bing Wing Thom est le pavillon canadien recouvert de zinc, construit à l’occasion de l’Exposition universelle de Séville, en Espagne, en 1992. Des 110 pavillons internationaux présents, il est le seul à avoir été gardé intact et abrite désormais une école de formation technique. Le projet est attribué à l’architecte lorsqu’il est nommé vainqueur d’un concours à l’échelle nationale. Le pavillon est innovateur tant d’un point de vue esthétique, par l’utilisation de panneaux de zinc sur sa façade, que spatialement. En effet, il est construit autour d’une cour en verre ressemblant à un jardin dans lequel le public peut d’errer d’un espace à l’autre. Ce genre d’orchestration spatiale soignée est présent dans beaucoup de projets de Bing Wing Thom.

De la même façon, la frontière entre extérieur et intérieur est floue au Chan Centre for the Performing Arts de l’Université de la Colombie-Britannique (1997). Salle de concert, théâtre expérimental et cinéma, ce projet est orné de superbes détails en bois, et d’une voûte acoustique, qui crée un précédent à l’international. Lorsqu’on observe les plans du centre, on distingue la forme d’un instrument de musique, un violoncelle ou un piano. D’autres voient l’image d’une batterie apparaître. Cette référence à une forme familière révèle une sorte d’intimité qui est visible dans tout l’édifice. Sa palette simple de matériaux (le bois et le ciment) et l’aménagement de l’édifice et du site font du Chan Centre for the Performing Arts une salle de spectacle unique et renommée à travers le monde.

La première phase du plan directeur du campus du Southern Alberta Institute of Technology, SAIT Polytechnic Parkade, est une astucieuse et géante aire de stationnement. En conservant le terrain de jeu préexistant au-dessus de la structure, la partie banale du projet est cachée et devient une œuvre d’art (grâce aux panneaux graphiques de métal), et un espace vert, qui lie visuellement la ville et le nouveau campus.

Parmi les projets culturels de Bing Wing Thom, l’Arena Stage du Mead Centre for American Theatre, à Washington D.C. (2010), est célèbre pour avoir donné une image nouvelle à la communauté et pour avoir servi de catalyseur au développement économique de la région. Il se distingue par son toit impressionnant et sa structure principale en forme d’ovale, qui servent à lier tous les éléments du projet. L’aménagement, qui prévoit des espaces pratiques à l’extérieur et à l’intérieur de l’édifice, en fait un riche centre d’activités.

La bibliothèque du centre-ville de Surrey, en Colombie-Britannique, créée par Bing Wing Thom en 2011, possède une certification durable (une médaille d’or du système de standardisation Leadership in Energy and Environmental Design, développé par le U.S. Green Building Council). L’édifice est à sa place avec ses murs inclinés, offrant une protection contre le soleil, et ses grandes fenêtres, permettant aux visiteurs de se sentir connectés à l’environnement et jouant avec la frontière entre intérieur et extérieur. Construit en premier lieu pour offrir à la communauté un lieu de réunion, le projet s’interroge aussi sur le rôle d’une bibliothèque à une ère où tout est accessible par voie électronique. L’édifice a permis la création d’un logiciel aidant l’équipe à concevoir facilement et efficacement la structure de béton. Ce perfectionnement technique est souvent au cœur du processus de création de Bing Wing Thom.

Le travail de Bing Wing Thom est profondément ancré dans ses croyances fondamentales de la communauté, de l’innovation et de l’expérience humaine et paysagère. Ses créations ont attiré une forte attention nationale et internationale, comme en témoigne le prix d’excellence qu’il reçoit en 2001 de l’Institut canadien des urbanistes pour son plan directeur de développement de la ville de Yuxi, en Chine.

Prix

Interior Designers Institute of British Columbia Awards, 1990 (hôtel New World Harbourside)

Prix du Gouverneur général, 1990 (False Creek Yacht Club)

The Architectural Institute of British Columbia, the Lieutenant-Governor of British Columbia Awards, 1992 (False Creek Yacht Club)

Membre, Ordre du Canada, 1995

Prix d’excellence en urbanisme, dans la catégorie « Planification d’un centre-ville », Institut canadien des urbanistes, 2001 (plan directeur de Yuxi, en Chine)

Prix d’excellence, Institut royal d’architecture du Canada-Gouverneur, Colombie-Britannique, 2009 (plan directeur du campus du Southern Alberta Institute of Technology)

Prix du cabinet d’architectes de l’année, Institut royal d’architecture du Canada, 2010

NewCity Design Award, 2011 (bibliothèque du centre-ville de Surrey)