Brittain, Donald

Peut-être à cause de sa formation journalistique, Brittain préfère les sujets délicats, d'une portée actuelle. Dans The Champions (1978), il décrit la carrière politique de Pierre TRUDEAU et de René LÉVESQUE.


Brittain, Donald

  Donald Brittain, cinéaste (Ottawa, Ont., 10 juin 1928 -- Montréal, Qc, 21 juill. 1989). Après plusieurs années au Ottawa Journal, Brittain entre à l'OFFICE NATIONAL DU FILM en 1955. Il en est bientôt l'un des documentaristes les plus respectés. En 1962, il produit une série de 13 épisodes, Canada at War (le Canada en guerre). Deux ans plus tard, en collaboration avec John Kemeny, il réalise Bethune, biographie du docteur Norman BETHUNE, premier d'une série de films dans lesquels il dépeint des personnages controversés. Dans un style vivant, humoristique, original et souvent incisif, il trace le portrait de Leonard COHEN, de Lord THOMSON of Fleet, de Ferguson JENKINS, de Malcolm LOWRY et des QUINTUPLÉES DIONNE. C'est son film Volcano: An Inquiry into the Life and Death of Malcolm Lowry (1976) qui établit sa réputation internationale.

Peut-être à cause de sa formation journalistique, Brittain préfère les sujets délicats, d'une portée actuelle. Dans The Champions (1978), il décrit la carrière politique de Pierre TRUDEAU et de René LÉVESQUE. Il égratigne la faune bureaucratique avec Paperland: The Bureaucrat Observed, tourné en 1979 et choisi film de l'année lors de la remise des Canadian Film Awards. En 1974, il réalise son premier long métrage, Dreamland, portant sur l'histoire du cinéma canadien de 1895 à 1939, et assure la rédaction du commentaire de Has Anybody Here Seen Canada (1978), qui prolonge cette même histoire jusqu'en 1953. Après sa série sur l'histoire de la sécurité nationale au Canada, On Guard for Thee (1981), il évoquera la carrière d'un syndicaliste anti-communiste controversé dans Canada's Sweetheart: the Saga of Hal C. Banks (1985), profitant de l'occasion pour dénoncer l'interventionnisme effronté des Américains au Canada. Il est presque paradoxal que ce grand documentariste ait terminé sa carrière par une docufiction sur Mackenzie KING, The King Chronicle (1988). Il possédait une personnalité contradictoire et attachante. Sa carrière fut jalonnée de nombreux prix et il a été nommé Compagnon de l'Ordre du Canada un mois avant sa mort. La qualité et la variété de sa production placent Brittain au rang des grands documentaristes canadiens anglais.