Canneberge

Les canneberges sont des baies acides et rouges. La majeure partie de la production commerciale en Canada se trouve en Colombie-Britannique et au Québec.

Tourbi\u00e8re \u00e0 canneberges
\u00c0 Delta, en Colombie-Britannique (Corel Professional Photos).

Description

Le mot canneberge réfère aux baies acides et rouges produites par plusieurs espèces de plantes, mais seulement la canneberge (ou l'airelle) d'Amérique ou à gros fruits (Vaccinium macrocarpon) est cultivée à des fins commerciales. La canneberge à gros fruits est une plante ligneuse vivace de basse taille qui pousse dans des sols humides et acides telle la tourbe. Deux espèces apparentées, la canneberge commune (V. oxycoccus) et l'airelle rouge ou vigne-d'ida (V. vitis-idea), produisent de plus petites baies qui sont récoltées à l'état sauvage dans certaines régions de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique du Nord. On appelle « viornes » (highbush cranberry) plusieurs espèces Viburnum normalement cultivées comme plantes ornementales.

Histoire

Les canneberges sont natives des terres humides du centre et de l'est de l'Amérique du Nord. Les colons européens ont trouvé des plants de canneberge dans les provinces maritimes et vers le sud à travers le Massachusetts et le New Jersey jusque dans les Carolines, ainsi qu'au sud de la Pennsylvanie, en Virginie et aussi loin à l'ouest qu'en Indiana, au Michigan, au Wisconsin et au Minnesota. Les autochtones utilisaient les canneberges comme nourriture et remède. Écrasées dans le pemmican, les canneberges aidaient à préserver la viande ou le poisson et leur ajoutaient des vitamines. Les premiers colons ont remarqué la durée de conservation peu commune des canneberges, qui se gardaient bien d'une récolte à l'autre, et ils en ont fait usage pour soulager le scorbut. Au Wisconsin, les Algonquins appelaient la baie « atoqua », nom duquel le mot québécois « atoca » est dérivé.

La culture de canneberges a débuté au Massachusetts en 1810 et, en moins d'un siècle, elle s'est établie dans des endroits propices à travers toute l'Amérique du Nord. Actuellement, les principaux états et provinces faisant la culture des canneberges sont, en ordre approximatif d'importance : le Wisconsin, le Massachusetts, le New Jersey, la Colombie-Britannique, le Québec, l'Oregon et l'État de Washington. La majeure partie de la production commerciale se trouve en Colombie-Britannique et au Québec. Les provinces maritimes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard comptent pour moins de 10 p. cent de la production canadienne.

Production

Les fermes de canneberges, ou cannebergières, sont des marais ou marécages plats. Ceux-ci sont couverts d'un dense tapis de vignes à canneberges ligneuses et vivaces portant de petites feuilles épaisses (de 5 à 8 mm de long). Les fleurs sont portées sur de courtes branches verticales qui poussent à partir des vignes. Lorsqu'elles sont pollinisées par des abeilles ou des bourdons, les fleurs produisent des fruits. Il y de un à trois fruits par branche; ceux-ci poussent et mûrissent entre juillet et octobre, passant du vert au rouge bourgogne foncé au fur et à mesure qu'ils mûrissent. Les sols des cannebergières peuvent être composés de tourbe, de sable, de sciure de bois ou d'un mélange de ces éléments, pourvu que les conditions d'acidité soient maintenues. Étant donné qu'il n'y a pas de rangées entre les plants, la production et la gestion des insectes nuisibles impliquent généralement de marcher ou de conduire un véhicule sur les plants qui produisent la récolte. Dans certaines régions, des perches ou des ponts permettent de pulvériser ou de récolter sans écraser les plants ou les fruits. Les mauvaises herbes, les insectes nuisbles et les maladies fongiques représentent les principaux défis auxquels font face les cultivateurs de canneberges. Afin de réduire les populations d'insectes nuisibles, ceux-ci utilisent un plan de gestion intégré combinant des méthodes physiques, biologiques et chimiques.

Les canneberges
Dans les débuts de la culture de canneberges, les cueilleurs utilisaient des pelles en bois afin de détacher et de recueillir les baies des vignes (avec la permission d'Agriculture et agroalimentaire Canada).

On récolte les baies à l'automne, ordinairement en inondant les champs et en utilisant des batteuses pour déloger les baies des vignes. Les canneberges qu'on vend comme fruits frais sont généralement cueillies sans inondation, à l'aide de cueilleuses mécaniques qui « peignent » les vignes pour en détacher les fruits. Dans l'est et le centre de l'Amérique du Nord, les cannebergières sont inondées de décembre à mars afin de protéger les plants des dommages et du dessèchement causés par l'hiver. Au printemps, on irrigue les champs lorsque la température descend à moins de 0ºC, afin que la chaleur latente de fusion libérée par l'eau qui gèle protège les bourgeons en développement.

Les canneberges qu'on récolte sont vendues fraîches ou congelées, séchées ou transformées en jus ou sauce. Des études récentes ont révélé que certaines substances chimiques naturellement présentes dans les canneberges ont des effets bénéfiques sur la santé humaine. Par exemple, les canneberges peuvent réduire ou prévenir les infections des voies urinaires et les ulcères d'estomac. Les canneberges ont aussi des propriétés anticancérigènes Enfin, les antioxydants contenus dans les canneberges pourraient aider à prévenir une perte de coordination ou de mémoire causée par le vieillissement.

Voir aussi Baies sauvages; Baies cultivées


En savoir plus