Catharine Parr Traill

Catharine Parr Traill (nom de naissance Strickland), pionnière, écrivaine et botaniste (née le 9 janvier 1802 à Londres, en Angleterre; décédée le 29 août 1899 à Lakefield, en Ontario). Les livres de Catharine Parr Traill font partie des premiers ouvrages considérés comme importants en littérature canadienne. Certaines de ses œuvres, comme The Backwoods of Canada: Being Letters from the Wife of an Emigrant Officer (1836), relatent en détail la vie des premiers colons au Canada tandis que d’autres, comme Canadian Wildflowers (1868) et Studies of Plant Life in Canada (1885), sont l’occasion de partager ses connaissances de botaniste amateur.



Traill, Catharine Parr
Le réalisme des détails que l'on retrouve dans les récits de Catharine Parr Traill, à la fin du 19e siècle, est devenu une caractéristique de la littérature canadienne.
(avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada/C-067337)

Jeunesse et famille

Catharine Parr Traill naît en 1802 à Londres, en Angleterre. Elle est la cinquième des huit enfants d’Elizabeth et Thomas Strickland. Sœur cadette d’Elizabeth, Agnes, Sarah et Jane Margaret, elle a également une sœur et deux frères plus jeunes, Susanna, Samuel et Thomas. Peu après la naissance de Catharine, Thomas Strickland prend sa retraite de son poste de gérant au Greenland Dock sur la Tamise. La famille déménage ensuite à la campagne, dans le Suffolk, où elle développe une grande passion et un amour pour la nature. Le père de famille tient beaucoup à ce que ses filles reçoivent une éducation et prend lui-même cette responsabilité, leur enseignant la géographie, l’histoire et les mathématiques. Catharine Parr Traill et ses sœurs reçoivent ainsi un niveau d’éducation dont peu de femmes de leur époque peuvent bénéficier. À l’exception de Sarah, toutes les filles Strickland deviennent écrivaines, notamment Elizabeth et Agnes, qui se font connaître pour leurs biographies de la famille royale. Un des garçons, Samuel, publie quant à lui une autobiographie.

Catharine Parr Traill est fiancée pendant deux ans à Francis Harral, le fils d’un important rédacteur en chef et auteur anglais. Leurs fiançailles sont toutefois rompues en 1831. En 1832, Catharine rencontre Thomas Traill, veuf et lieutenant à la retraite. Elle l’épouse au printemps de la même année et le couple immigre peu après au Canada. Thomas, endetté, espère profiter des attributions de terres et des propriétés peu coûteuses du Haut-Canada. Il laisse derrière lui deux fils issus de son premier mariage. Un des frères de Catharine, Samuel, est déjà installé au Canada et aide le couple à obtenir une terre. Les jeunes mariés s’installent sur la rivière Otonabee, près de Peterborough, en Ontario. Une des sœurs de Catharine, Susanna Moodie, emménage plus tard dans la maison voisine. 

De l’union de Catharine et Thomas naissent neuf enfants : James, Katherine, Thomas, Anne, Mary Helen, Mary Elizabeth, Eleanor, William et Walter. Mary Helen et Eleanor décèdent en très bas âge.

Écriture

Au cours de sa vie, Catharine Parr Traill écrit 24 livres. Le premier, The Tell Tale: An Original Collection of Moral and Amusing Stories, est publié en 1818 alors que l’auteure a 16 ans. Un ami de son père trouve l’ouvrage, le révise et le soumet au nom de Catharine à un éditeur de Londres. La majorité de ses premières œuvres sont de nature éducative et offrent aux lecteurs des leçons de moralité à travers des récits ou des essais autobiographiques. Parmi ces écrits, on retrouve Disobedience: Or, Mind What Mama Says (1819) et The Keepsake Guineas: Or, The Best Use of Money (1828). Avant son immigration au Canada, Catharine Parr Traill écrit The Young Emigrants: Or, Pictures of Life in Canada (1826), un livre basé sur des lettres échangées avec son frère Samuel et d’autres amis déjà installés au pays.

Après s’être installée au Canada, l’écrivaine produit des livres pour enfants et des guides à propos du mode de vie des pionniers et de la faune et de la flore canadiennes. Le plus célèbre de ces ouvrages s’intitule The Backwoods of Canada: Being Letters from the Wife of an Emigrant Officer (1836), un compte-rendu factuel et scientifique de ses trois premières années dans la brousse. Cette œuvre pragmatique et optimiste met en valeur des détails réalistes qui sont devenus une tradition dans la littérature canadienne, notamment chez Farley Mowat et Pierre Berton. Ses traités de botanique canadienne, Canadian Wildflower (1868) et Studies of Plant Life in Canada (1885), sont également bien connus.

Botanique

Tout au long de sa vie au Canada, Catharine Parr Traill cueille des fleurs et d’autres plantes. Elle les presse souvent entre les pages d’un livre et prend des notes détaillées sur chaque espèce. « Je considère que ce pays offre un sujet de recherche vaste et enrichissant pour un botaniste », écrit-elle dans The Backwoods of Canada. Elle ajoute qu’elle se désole de ne pas avoir accepté l’offre de sa sœur Elizabeth, qui voulait lui enseigner à peindre des fleurs.

Bien qu’elle ne soit pas une dessinatrice de talent, Catharine est une botaniste amateur passionnée. Dans les années 1860, elle collabore avec sa nièce Agnes Dubar FitzGibbon pour créer Canadian Wildflowers (1868). Catharine fournit les textes, et Agnes se charge des illustrations (tout comme sa mère, Susanna Moodie, elle est douée pour dessiner des fleurs). La nièce de Catharine illustre également son œuvre la plus volumineuse, Studies of Plant Life in CanadaorGleanings From ForestLake and Plain (1885). Bien qu’elle n’ait pas de formation officielle en botanique, les observations de Catharine Parr Traill apportent d’importantes contributions aux premiers répertoires européens de la flore canadienne. Par exemple, Canadian Wildflowers est considéré comme l’un des premiers guides de poches du pays, et les environnements qui y sont décrits permettent aux chercheurs d’aujourd’hui de connaître les forêts du Haut-Canada telles qu’elles étaient il y a 150 ans. James Fletcher, le premier botaniste et entomologiste permanent du dominion à la ferme expérimentale centrale d’Ottawa, applaudit son travail, qu’il considère comme « un des plus grands triomphes botaniques que personne ait jamais réussis ».

Fin de vie

Après le décès de Thomas Traill en 1859, Catharine Parr Traill est laissée à elle-même et subvient à ses besoins grâce à l’écriture. Elle déménage dans un chalet de Lakefield, en Ontario, pour se rapprocher de quelques-uns de ses enfants. Elle y vit jusqu’à son décès en 1899, causé par une insuffisance cardiaque, à l’âge de 97 ans.

Livres

The Tell Tale: An Original Collection of Moral and Amusing Stories (1818)

Disobedience: Or, Mind What Mama Says (1819)

Reformation: Or, The Cousins (1819)

Little Downy: Or, The History of a Field Mouse (1822)

The Flower Basket: Or, Poetical Blossoms (vers 1825)

Prejudice Reproved: Or, The History of the Negro Toyseller (1826)

The Young Emigrants: Or, Pictures of Life in Canada (1826)

The Juvenile Forget-Me-Not: Or, Cabinet of Entertainment and Instruction (1827)

The Keepsake Guineas: Or, The Best Use of Money (1828)

Amendment: Or, Charles Grant and His Sister (1828)

The Step-Brothers (1828)

Sketches from Nature: Or, Hints to Juvenile Naturalists (1830)

Sketchbook of a Young Naturalist: Or, Hints to the Students of Nature (1831)

Narratives of Nature, and History Book for Young Naturalists (1831)

The Backwoods of Canada: Being Letters from the Wife of an Emigrant Officer (1836)

The Canadian Crusoes: A Tale of the Rice Lake Plains (1852)

The Female Emigrant’s Guide, and Hints on Canadian Housekeeping (1854)

Lady Mary and Her Nurse (1856)

Canadian Wild Flowers (1868)

The Infant’s Prayer Book: With Texts and Simple Hymns for Infant Minds (1873)

Studies of Plant Life in Canada: or, Gleanings from Forest, Lake and Plain (1885)

In the Forest: Or, Pictures of Life and Scenery in the Woods of Canada (1886)

Pearls and Pebbles (1894)

Cot and Cradle Stories (1895)


En savoir plus // Catharine Parr Traill