Charles Bronfman

Charles Rosner Bronfman, C.P., C.C., homme d’affaires et philanthrope (né le 27 juin 1931 à Montréal, au Québec). Charles Bronfman a été coprésident de Seagram, l’entreprise de la famille Bronfman et la plus importante productrice et distributrice de spiritueux distillés au monde. De 1968 à 1990, il a également été propriétaire des Expos, l’équipe de baseball de Montréal. Selon Forbes, la valeur nette des actifs de Bronfman s’élèverait à plus de 2 milliards de dollars (selon les données de 2017), ce qui place Bronfman au 16e rang des Canadiens les plus riches et au 896e rang du palmarès mondial. Bronfman est un philanthrope engagé ; il a établi la Fondation CRB, qui promeut l’étude des affaires juives et canadiennes, et cofondé et financé la Fondation Historica du Canada, plus tard renommée Historica Canada (qui publie l’Encyclopédie canadienne). Au total, Charles Bronfman a versé environ 325 millions de dollars en dons privés ou par le biais de la Andrea and Charles Bronfman Philanthropies Inc. (ABCP).

Charles Bronfman
Charles Rosner Bronfman, homme d'affaires, philanthrope et nationaliste (Montréal, 27 juin 1931). Deuxi\u00e8me fils de Samuel et Saidye Bronfman et petit-fils d'Ekiel Bronfman, qui a amené la famille Bronfman de la Russie au Canada.

Enfance et éducation

Charles Bronfman est le deuxième fils de Samuel et Saidye Bronfman et petit-fils de Yechiel (Ekiel) Bronfman, qui a amené la famille Bronfman de la Russie au Canada. La famille a bâti un vaste empire financier sur les bases du commerce d’alcool établi par Yechiel Bronfman (voir Seagram). Charles Bronfman est le cadet d’une fratrie de quatre enfants incluant la baronne Aileen Bronfman de Gunzberg, Phyllis Lambert et Edgar Bronfman (voir Famille Bronfman).

Il naît et grandit à Montréal. Il fait ses études à la Selwyn House School, à Montréal, à la Trinity College School, à Port Hope (Ontario) et à l’Université McGill.

Homme d’affaires

Charles Bronfman et son frère Edgar héritent de la Compagnie Seagram Limitée. Fondée en 1924 par Sam Bronfman, elle fusionne en 1928 avec Joseph E. Seagram & Sons de Waterloo, en Ontario, pour devenir Distillers Corporation-Seagrams Ltd. Bronfman père fait de la compagnie la plus grande entreprise de distillation du monde (voir Industrie de la distillation). Charles Bronfman entre chez Joseph E. Seagram & Sons Inc en 1951 et en devient administrateur et vice-président en 1958. Dans les années 1960, la famille Bronfman investit dans le pétrole et le charbon et, en 1965, elle a des activités dans 119 pays et un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dollars.

LE SAVIEZ-VOUS ?
En yiddish, la langue de beaucoup de Juifs européens, Bronfman signifie « fabriquant de brandy ». Les Bronfman sont au départ des cultivateurs de tabac de Bessarabie (aujourd’hui une partie de la Moldavie et de l’Ukraine). La famille ne s’engage dans l’industrie de la distillerie qu’en 1916.

Charles Bronfman devient vice-président directeur de la société en 1971. En 1975, lorsque Joseph E. Seagram & Sons Inc. change de nom pour devenir la Compagnie Seagram Ltée et que sa direction est remaniée à la suite d’une baisse des bénéfices, Charles Bronfman accède à la présidence des activités canadiennes de l’entreprise. Deux ans plus tard, l’entreprise enregistre de nouveau de jolis bénéfices et poursuit son expansion dans d’autres secteurs. En 1986, Charles devient coprésident de la compagnie, poste qu’il occupe jusqu’en 2000, où Seagram est vendue au groupe français Vivendi. La famille Bronfman détient une participation substantielle dans l’entreprise.

Bronfman est membre du conseil consultatif international de Power Corporation du Canada de sa création, en 1988, à sa dissolution, en 2005.

Les Expos de Montréal

De 1968 à 1990, Charles Bronfman est le président et l’actionnaire principal du club de baseball Expos de Montréal. Les Expos sont la première équipe canadienne admise dans la Ligue nationale de la Ligue majeure de baseball. Au fil des années, l’équipe donne aux amateurs de baseball de nombreux moments mémorables mais, à la fin des années 1980, les spectateurs commencent à se faire moins nombreux. En 1991, après avoir rejeté les offres d’acheteurs qui auraient emmené l’équipe loin de Montréal, Bronfman la vend à un consortium d’hommes d’affaires québécois bénéficiant de l’appui des pouvoirs publics. En 2000, l’associé gérant du consortium, Claude Brochu, cède le contrôle de l’équipe à Jeffrey Loria. Ce dernier vend la concession aux propriétaires de la Ligue majeure de baseball. En 2004, l’équipe est transférée à Washington, D.C., et reçoit un nouveau nom, les Nationals de Washington.

Investissements en Israël

Au fil des années, Bronfman a des intérêts de plus en plus importants en Israël, au point d’en faire son second pays. Andrea (née Morrison), sa seconde femme, vient d’une famille anglo-juive influente qui possède une maison à Jérusalem. Le partenaire de Bronfman en Israël est son filleul Jonathan Kolber, qui a émigré du Canada en Israël en 1989. Ensemble, Bronfman et Kolber bâtissent la chaîne de magasins d’alimentation Super-Sol. Malgré le fait qu’ils investissent dans le marché en récession de 1991, pendant la première guerre du golfe Persique, Bronfman et Kolber arrivent à faire de Super-Sol la chaîne de supermarchés la plus importante d’Israël. Ils vendent leurs parts dans Super-Sol lors du boom de la fin des années 1990. Suivant cette transaction, Bronfman réinvestit l’argent et peut ainsi acquérir Koor Industries Ltd, un des plus importants groupes israéliens. Bronfman est à la présidence de Koor de novembre 1997 à juillet 2006.

Andrea and Charles Bronfman Philanthropies Inc.

Charles Bronfman fournit d’importantes contributions à des organisations culturelles, sportives et philanthropiques au Canada en général et dans la communauté juive en particulier. Président d’Andrea and Charles Bronfman Philanthropies Inc. (ACBP), Bronfman est responsable d’un réseau d’organismes de bienfaisance internationaux actifs au Canada, aux États-Unis et en Israël.

ACBP compte parmi ses programmes Birthright Israel, dont Bronfman est le coprésident. Le mandat du programme est d’offrir un voyage éducatif en Israël à tous les Juifs du monde âgés de 18 à 26 ans. En Israël, le programme Karev d’engagement pédagogique collabore avec les municipalités et le ministère israélien de l’Éducation pour fournir un programme d’enrichissement culturel destiné à des enfants qui, sans lui, n’auraient pas accès à des activités comme la musique et le théâtre. Toujours en Israël, Bronfman crée en 2005, un an avant la mort prématurée de sa femme dans un accident de la route, le prix Andy, en hommage à la passion et au soutien d’Andrea Bronfman pour les arts.

En 2016, ACBP fait ses derniers dons avant de fermer ses portes. Au total, Bronfman a versé environ 325 millions de dollars en dons personnels et par le biais d’ACBP.

Fondation CRB

Au Canada, la Fondation CRB voit le jour officiellement le 11 décembre 1986. Elle poursuit un objectif double : favoriser l’identité canadienne et promouvoir « l’unité du peuple juif dont l’âme est à Jérusalem ». Bronfman soutient particulièrement l’Institut d’études canadiennes de McGill, fondé en 1994, dont il est le coprésident fondateur honoraire (voir Université McGill). En 1999, il cofonde et dote la Fondation Historica, un organisme de bienfaisance qui se consacre à la promotion de l’histoire du Canada et qui fusionne avec l’Institut Dominion en 2009 pour former l’Institut Historica-Dominion (aujourd’hui Historica Canada). En 1997, la Fondation CRB remporte le prix Pierre Berton, la plus haute distinction du Canada en histoire, pour sa série populaire des Minutes du patrimoine, de courts métrages de 60 secondes consacrés à l’histoire du Canada. À la suite de ce prix, la Fondation Historica acquiert tous les droits et autorisations de distribuer la série et d’y ajouter de nouvelles productions.

Philanthropie et autres activités

De 1991 à 2001, Bronfman est le premier président des United Jewish Communities (aujourd’hui les Jewish Federations of North America), l’organisation nord-américaine issue de la fusion de l’United Jewish Appeal, du Council of Jewish Federations et de l’United Israel Appeal.

En 2002, il devient membre du conseil d’administration du Mount Sinai Medical Center, à New York, et, de 2003 à 2010, il est membre de celui de la Brandeis University, dans le Massachusetts. En 2007, il fonde le Charles Bronfman Institute for Personalized Medicine.

En 2009, il coécrit avec Jeffrey Solomon, le président d’ACBP, The Art of Giving : Where the Soul Meets a Business Plan. Selon l’éditeur, il s’agit d’un ouvrage de stratégie clé sur la façon de se fixer des objectifs et de s’assurer que l’argent est dépensé judicieusement par toutes les parties.

En 2012, Bronfman signe le Giving Pledge, une initiative menée par Warren Buffett, Bill et Melinda Gates qui sollicite les personnes fortunées à faire don de plus de la moitié de leur richesse.

Prix et distinctions

Parmi les nombreux prix et distinctions décernés à Charles Bronfman, citons l’Ordre du Canada; il est nommé Officier de l’Ordre en 1981 et promu Compagnon en 1992. En 1992 également, il devient membre du Conseil privé de la Reine pour le Canada. Il reçoit des doctorats honoris causa de plusieurs universités, dont l’Université hébraïque de Jérusalem (1990), l’Université McGill (1990), l’Université Concordia (1992), la Brandeis University (1992), l’Université de Waterloo (1995) et l’Université de Toronto (2000).

En 2002, Andrea et Charles Bronfman sont faits citoyens d’honneur de Jérusalem. Ils sont parmi les premiers Nord-Américains à recevoir cette distinction.

En 2004, les enfants de Bronfman, Ellen et Stephen, créent le Prix Charles Bronfman, un prix annuel assorti d’une bourse de 100 000 dollars qui souligne l’effet positif qu’une personne ou d’une équipe âgée de moins de 50 ans a eu sur la planète grâce à son travail humanitaire et ses valeurs juives.


Lecture supplémentaire

  • Charles Bronfman et Howard Green, Appelez-moi Charles : autobiographie (2017).