Chotem, Neil

Neil Chotem. Pianiste, compositeur, arrangeur, chef d'orchestre, professeur (Saskatoon, de parents russes, 9 septembre 1920 - d Greenfield Park, Qué, 21 février 2008.). À cinq ans, Neil Chotem étudie à la Palmer School of Music et joue pour la première fois en public.

Chotem, Neil

Neil Chotem. Pianiste, compositeur, arrangeur, chef d'orchestre, professeur (Saskatoon, de parents russes, 9 septembre 1920 - d Greenfield Park, Qué, 21 février 2008.). À cinq ans, Neil Chotem étudie à la Palmer School of Music et joue pour la première fois en public. Il travaille ensuite avec Lyell Gustin à Saskatoon (1930-1938). Il débute avec orchestre en 1933 dans le Concerto no 2 de Saint-Saëns avec l'Orchestre symphonique de Regina. L'année suivante, il est l'élève de la pianiste canadienne Jeannette Durno à Chicago. Installé à Winnipeg où sa famille déménage, il donne plusieurs récitals à la SRC (1935-1939) et joue notamment en première son Scherzo Tarantelle pour piano et orchestre. Avec le pianiste Gordon Kushner, il forme un duo (1940-1942). Il donne aussi de nombreux récitals dans l'Ouest canadien. En 1942, il entre dans l'Aviation royale du Canada à titre de musicien et découvre le jazz pendant son séjour outre-mer; de là naît sa carrière de compositeur, de chef d'orchestre et d'arrangeur. Fixé à Montréal (1945), il y étudie le piano avec Michel Hirvy (1946-1950). Il participe à la tournée au Canada du ténor Richard Tauber (1946). En 1947, il joue le Concerto de Québec d'André Mathieu dans le film La Forteresse et sa version anglaise, Whispering City, et fait ses débuts à Montréal en récital le 3 mars de la même année. Sir Ernest MacMillan l'invite à jouer avec l'Orchestre symphonique de Toronto et il interprète, le 4 avril suivant, le Concerto no 2 de Rachmaninov et les Variations symphoniques de Franck. Arthur Rubinstein l'entend et lui prédit un brillant avenir.

Parallèlement, Neil Chotem forme un trio de jazz avec le batteur Donat Gariépy et le contrebassiste Lucien Gravel pour une série d'émissions à la SRC (1946-1948). En 1952, il constitue un nouveau trio qui enregistre deux 33 tours (RCI 79 et 80) avec la chanteuse Yvonne Lanauze. Soliste des émissions de la SRC « Radio-Carabin », « The Sunday Night Show », « Stardust Serenade » et « CBC Star Time », Chotem fut aussi compositeur et chef d'orchestre pour plusieurs radio-théâtres (« The Dybbuk », « The World's Illusion », « The Trial », « A Tribute to Eugene O'Neill », et les séries « The Iliad » et « The Odyssey ») réalisées par Rupert Caplan dans le cadre de « CBC Wednesday Night » (1948-1950). Entre 1950 et 1960, il est plusieurs fois soliste de l'orchestre des « Petites symphonies » de la SRC, de l'orchestre des Concerts symphoniques de Montréal (Orchestre symphonique de Montréal) et de l'Orchestre symphonique de Toronto. Il interprète le Concerto no 4 de Beethoven avec l'Orchestre symphonique de la SRC et joue avec l'Orchestre de chambre McGill. Il effectue des tournées avec les Jeunesses musicales du Canada (1950-1951, 1959-1960). Il crée et enregistre le Concerto pour piano de Claude Champagne avec l'orchestre de la SRC à Montréal (1950, RCI 17 et 4-ACM 30) et grave Quebec May pour deux pianos et choeur de Jean Coulthard avec Mario Bernardi et le choeur de la SRC à Toronto dirigé par Geoffrey Waddington (1951, RCI 35 et 6-ACM 10). Dans les années 1960, il se produit à la radio et à la télévision avec Maureen Forrester, Claire Gagnier, Félix Leclerc et Monique Leyrac.

Chef d'orchestre

Comme chef, il enregistre plusieurs disques avec l'orchestre de la SRC à Montréal : des hymnes nationaux (1950, RCI 46), des arrangements de chansons populaires (1951, RCI 31 et 32), des extraits de la comédie musicale Timber!! de Dolores Claman (RCI 119), ainsi que ses arrangements de chansons des provinces maritimes (RCI 152), de marches régimentaires canadiennes (RCI 158) et de chansons populaires (RCI 176, 177, 178, 259 et 346, ce dernier 33 tours consacré exclusivement à la musique de Gordon Lightfoot). En tant qu'arrangeur, chef d'orchestre et pianiste, il participe (1955-1960) aux diffusions de la SRC « Music from Montreal », et interprète souvent des œuvres canadiennes (de Robert Farnon, Robert Fleming, Michel Perrault, Eldon Rathburn, etc). Il est également au pupitre pour l'enregistrement du disque Thèmes et mélodies de Marc Huard (1974, Céleste MA-2224). Il est invité à diriger l'Orchestre symphonique de Montréal pendant l'été (1969-1972), l'Orchestre symphonique de Québec (1970-72) et l'Orchestre du Centre national des arts.

Prix

En 1968, il partage avec Paul de Margerie et Marcel Lévêque le prix du Festival du disque pour leur contribution respective comme chefs d'orchestre et arrangeurs du 33 tours 3 = 12 (Sel. SSP-24.155); il reçoit aussi un prix pour son arrangement de la chanson « Ne me quitte pas » de Jacques Brel enregistrée par Renée Claude. La Guilde des musiciens du Québec le récompense de son Prix de la Guilde en 1993.

Professeur
Neil Chotem donne des cours d'orchestration (1955-1956) à l'Université McGillHugh Davidson, Marcel Lévêque, Galt MacDermot et Art Phillips comptent parmi ses élèves; il y revient aussi comme professeur de composition et d'arrangement de 1970 à 1976. Il enseigne à l'Université de Montréal et à l'École Vincent-d'Indy (1970-1972) de même qu'au Conservatoire de musique du Québec èa Montréal (1973-1976).

Compositeur
Outre les compositions et les arrangements susmentionnés, Chotem arrange de la musique pour des groupes et des chanteurs populaires, notamment pour Harmonium, Paul Piché, Michel Rivard et les Séguin. Il écrit Fantaisie sur des airs de Gilles Vigneault (1973) et orchestre également Le Dict de l'aigle et du castor (texte de Vigneault, musique de Claude Léveillée). Au sujet de sa participation au 33 tours L'Heptade du groupe Harmonium, Chotem avoue : « ... en tant que compositeur, c'est difficile de dire où je m'en vais. Je cherche comme tous les compositeurs, je cherche sans m'engager dans une voie définitive. Je suis conscient qu'il existe des catégories, la musique classique, la musique contemporaine, le jazz, Harmonium, mais c'est une erreur que de penser seulement en fonction des catégories. À la longue, si on ignore suffisamment les catégories qui existent autour, on va finir par créer une nouvelle catégorie » (Le Compositeur canadien, octobre 1978). Il est compositeur agréé du Centre de musique canadienne.

Voir l'Encyclopédie canadienne.

Compositions (Sélection)

Théâtre
The Song of Solomon, oratorio radiophonique : 1951; SATB, sol, orch; ms; 1951; RCI 85 (orch et ch SRC Mtl, Chotem c orch).

Camera on Canada, télévision : 1963; orch; ms; (extrait) Dom S-1372, Dom LPS-21024 et Citadel CT-6011 (Feldbrill).

Lysistrata, comédie musicale (Aristophane, adap M. Tremblay) : 1969; orch; ms.

Raven, radio : 1971; orch; ms.

Pythagore 1 à 7, ballet télévision : 1975; orch; ms.

Discographie

Music with Neil Chotem : 1960; CBC MBS-4192-4193.

Neil Chotem Plays the Songs of Gordon Lightfoot : 1972; RCI 346.

Vers L'Infini : 1978; Kébek-disc KD 953.

Neil Chotem Live au El Casino : 1979; CBS PFC 80034.

Hommage à la Pavlova : Orchestre symphonique de Québec, Chotem p, L. Garnier-Lesage vn; SMCD 5048.

Neil Chotem : Works : 199?; WRC 5-3004.

Pianoganini - Neil Chotem : One Piano Six Hands : 2001; Quarry Lane.

Bibliographie

Francean CAMPBELL, « Neil Chotem », CompCan, IIIL (fév. 1970).

Nathalie PETROWSKI, « Quand le classique et le populaire se rejoignent », ibid., CXXXIV (oct. 1978).

Pierre BEAULIEU, « Neil Chotem : l'émotion d'abord », La Presse (Montréal, 25 nov. 1978).

Nathalie PETROWSKI, « Neil Chotem, le huitième... », Le Devoir (Montréal, 26 janv. 1980).

Filmographie

Music Master (ONF 1952).

Orchestre

Scherzo Tarantelle : 1936; p, orch; ms.

Rhapsody on El Vito, arr folklore espagnol : 1963; p, tim, perc, orch cdes; ms.

Salute to Expo, arr chansons de S. Venne et thèmes de Chotem : 1967; ms.

Son et lumière / Sound and Light : 1967; ms.

Saskatoon Berry Rock : 1975; ms.

Rhapsodie québécoise : 1980; orch; ms.

Images gaspésiennes : 1981; orch; ms.

Piano

Prélude en mi bémol mineur : 1932; ms.

Prélude en si bémol mineur : 1935; ms.

Prélude en la mineur : 1946; ms.

Fuguey Wooguey : 1947; ms.

3 Valses lentes : 1972; ms.

Pterodactyl : 1974; p (p, orch); ms.

Ad infinitum : 1978; ms.

Jazz

Bleuets verts : 1970; orch; ms.

Le Jazz et la Java, arr de Brubeck : p bastringue, clavn, p, orch; ms.

Narcisse : 1971; orch; ms.

Opus minus : p, orch; ms.

Slow Rock : orch; ms.

Snake Eyes : orch; ms.

3 œuvres pour vx et ens instr sur des textes de Michel Conte : Et bye bye, Je resterai tout seul, Je veux.

Autres oeuvres, arrangements et orchestrations inventoriés en 1984 par Françoise Riopelle dans Rental Catalogue of Selected Works by Neil Chotem, vol. I.


Lecture supplémentaire

  • Campbell, Francean. 'Neil Chotem,' Canadian Composer, 47, Feb 1970

    Petrowski, Nathalie. 'How helping Harmonium inspired this composer,' Canadian Composer, 134, Oct 1978

    Beaulieu, Pierre. 'Neil Chotem: l'émotion d'abord,' Montreal La Presse, 25 Nov 1978

    Petrowski, Nathalie. 'Neil Chotem, le huitième...,' Montreal Le Devoir, 26 Jan 1980