Clubs musicaux de dames

Clubs musicaux de dames. Associations de dames et demoiselles amies de la musique ayant pour but d'améliorer leur connaissance et leur appréciation de cet art, d'enrichir la vie musicale de leur milieu et d'encourager les jeunes artistes.

Associations de dames et demoiselles amies de la musique ayant pour but d'améliorer leur connaissance et leur appréciation de cet art, d'enrichir la vie musicale de leur milieu et d'encourager les jeunes artistes. Dans plusieurs localités, ces clubs musicaux féminins sont les plus anciennes sociétés musicales. Des 16 clubs faisant l'objet d'articles dans l' EMC, 6 seulement ont cessé d'exister. Ils sont classés par ordre chronologique, sous leur nom le plus récent :

1889 Duet Club, Hamilton

1891 Club musical de Québec (aussi connu sous le nom de Quebec Ladies' Morning Musical Club)

1892 Ladies' Morning Musical Club, Montréal

1892-1974 Société des concerts d'Ottawa (Morning Music Club)

1894 Women's Musical Club of Winnipeg

1898 Women's Musical Club of Toronto

1904-64 Calgary Women's Musical Club

1905 Halifax Ladies' Musical Club

1905 Vancouver Woman's Musical Club

1906-89 Victoria Musical Art Society

1907 Regina Musical Club

1908-73 Edmonton Musical Club

1912-78 Women's Musical Club of Saskatoon

1915 Orpheus Club, Regina

1932-71 Lethbridge Music Club

1933 Wednesday Morning Musicale, Winnipeg

Dautres clubs figurent dans certains articles de l' EMC sur des villes particulières (par exemple, Brantford, London, Ottawa).

L'évolution de ces groupes s'inscrit dans une logique assez rigoureuse. Ils sont les produits d'une époque où les hommes étaient censés être préoccupés par les dures exigences des affaires et de leurs carrières professionnelles. Leurs femmes, intéressées aux arts et aux oeuvres de charité, constituèrent des clubs sous la forme de réunions axées sur la discussion et la présentation d'oeuvres musicales aux domiciles des mieux nanties. Des amateurs et des professeurs de musique se succédaient dans des rencontres autour de thèmes tels que « La Musique de Schumann » ou « Ballades et chansons de folklore ». Des récitals par des professionnels de la place ou des invités ne tardèrent pas à s'ajouter, récitals ouverts au grand public, masculin comme féminin, moyennant un prix d'admission. Certains clubs acceptèrent même des hommes comme membres réguliers. Au fil des ans, l'accent fut mis de plus en plus sur la présentation de concerts et l'octroi de bourses, grâce généralement à des legs de membres décédés.

Voir aussi Clubs.