Commission royale d'enquête sur les perspectives économiques du Canada



Commission royale d'enquête sur les perspectives économiques du Canada

Cette commission tire son origine d'un article publié en 1955 par Walter GORDON, qui met en doute le bien-fondé d'un certain nombre de politiques économiques du gouvernement, surtout en ce qui concerne la mainmise étrangère qui découle de la vente des ressources naturelles et des entreprises canadiennes à des intérêts étrangers. On demande à Gordon de présider la commission.

Sous l'égide du directeur de la recherche de la commission, Douglas LePan, on constitue une équipe de recherchistes, formée surtout d'universitaires, qui effectue 33 études, toutes publiées séparément. Une si vaste entreprise n'ayant jamais été tentée dans aucun pays, les travaux de la commission suscitent un grand intérêt dans la population. Un thème qui revient constamment est la préoccupation à l'égard de l'acquisition des ressources et des entreprises canadiennes par des intérêts étrangers, surtout américains. La commission termine ses travaux dans le délai de 18 mois qu'elle s'est fixé et un rapport provisoire daté du 3 décembre 1956 donne un résumé de ses conclusions. Le rapport définitif n'est terminé qu'en novembre 1957.

Dans ses deux rapports, la commission fait des prévisions à long terme, soit pour les 25 prochaines années, sur la croissance démographique, la taille de la population active et l'expansion probable de divers secteurs économiques. Les données réelles confirment remarquablement bien la plupart de ces prévisions. La commission présente aussi plus de 50 propositions et suggestions, qui sont presque toutes adoptées sous forme de mesures législatives ou administratives. Les principales exceptions sont les propositions relatives au INVESTISSEMENT ÉTRANGER.