Cosgrove, Stanley Morel

En 1953, Cosgrove reçoit une bourse du gouvernement canadien pour poursuivre ses études en France, où il nourrit un intérêt naissant pour le travail des peintres français Braque et Rouault.

La For\u00eat d
Oeuvre de Stanley Cosgrove, sans date (avec la permission du Art Gallery of Greater Victoria).

Cosgrove, Stanley Morel

 Stanley Morel Cosgrove, artiste peintre (Montréal, 23 déc. 1911 - Montréal, 28 avr. 2002). Cosgrove étudie à l'École des beaux-arts de Montréal (1927-1931) et à la Société des Arts de Montréal (1935), où il est l'élève d'Edwin HOLGATE. Par la suite, il travaille avec le grand muraliste mexicain José Clemente Orozco à une murale commandée pour l'Hospital Jesús de Nazareno, à Mexico.

En 1953, Cosgrove reçoit une bourse du gouvernement canadien pour poursuivre ses études en France, où il nourrit un intérêt naissant pour le travail des peintres français Braque et Rouault. Tout au long des années 50 et 60, Cosgrove s'adonne aussi à d'autres activités que sa peinture, notamment au dessin textile et à la promotion de la fresque dans les édifices publics. À cette époque, il reçoit aussi une commande pour exécuter une fresque murale au Collège de Saint-Laurent situé à proximité de Montréal.

L'œuvre de Cosgrove est centré sur la figure humaine, la nature morte et le paysage canadien, paysage qu'il traite de façon originale. Ses réalisations les plus achevées se caractérisent toujours par la précision du trait qui se remarque davantage dans ses œuvres qui ont des personnages pour sujet. Les paysages de cet artiste sont profondément méditatifs et se distinguent par la paix intérieure et le sentiment de tranquillité qui en émanent. Pendant la majeure partie de sa carrière, Cosgrove enseigne à l'École des beaux-arts et expose ses œuvres très admirées. Ses peintures se trouvent dans nombre d'importantes collections publiques canadiennes, notamment dans celles du MUSÉE DES BEAUX-ARTS DU CANADA, du MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE L'ONTARIO et de l'ART GALLERY OF GREATER VICTORIA.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • Jules Bazin, Cosgrove (1980).