Desrosiers, Robert Guy

Étant donné qu'il ne souhaite pas faire partie trop longtemps d'une compagnie de ballet et qu'il commence à développer ses propres idées de chorégraphie, il en vient tout naturellement à fonder le DESROSIERS DANCE THEATRE, en 1980.

Pierrot
\u00ab Pierrot \u00bb. Danseur : Éric Tessier-Lavigne (photo de Cylla von Tiedemann).
Desrosiers, Robert
Artiste invité du Ballet national (photo de Andrew Oxenham/avec la permission du Ballet national du Canada).
Desrosiers, Robert
Robert Desrosiers (Desrosiers Dance Theatre).

Desrosiers, Robert Guy

  Robert Guy Desrosiers, danseur, chorégraphe et administrateur (Montréal, Qc, 10 oct. 1953). Brillant danseur indépendant, Desrosiers acquiert une renommée internationale en tant que chorégraphe d'une imagination et d'une originalité surprenantes. Il fait ses études à l'ÉCOLE NATIONALE DE BALLET (1965-1971) et est membre pendant une courte période du BALLET NATIONAL DU CANADA avant de poursuivre sa formation et sa carrière en France, en Angleterre, aux États-Unis et au Canada.

Étant donné qu'il ne souhaite pas faire partie trop longtemps d'une compagnie de ballet et qu'il commence à développer ses propres idées de chorégraphie, il en vient tout naturellement à fonder le DESROSIERS DANCE THEATRE, en 1980. L'oeuvre de Desrosiers est très vite applaudie pour son utilisation unique du mouvement, du décor, de la musique, du film ou du vidéo, de la chanson, du discours, ainsi que pour ses effets scéniques inventifs. Les créations de cette période, Nightclown et Brass Fountain (1980), The Fool's Table (1982) et Ultracity (1986), sont souvent décrites comme des oeuvres fantastiques et surréalistes. En 1986, il produit aussi un important spectacle multimédia, Lumière. Il intègre à son oeuvre Incognito, créée en 1988 et commandée par le Calgary Olympic Arts Festival, des tours de magie dans le but d'illustrer le combat mené par un homme contre la maladie mentale.

 Même s'il crée rarement des oeuvres pour d'autres compagnies que la sienne, il accepte une commande d'Erik BRUHN pour le Ballet national du Canada, en 1985. Cette oeuvre, Blue Snake, avec ses décors mécanisés et ses costumes très recherchés, demeure l'une de ses créations les plus extravagantes et spectaculaires. Le Ballet national du Canada la présente au Metropolitan Opera House de New York, en 1988. Desrosiers réalise aussi des chorégraphies pour le Winnipeg's Contempory Dancers, le Ballet de l'Opéra de Lyon, en France, ainsi que pour l'École nationale de ballet.

En 1990, il réorganise sa compagnie et choisit de mettre l'accent sur le mouvement et la chorégraphie plutôt que sur la théâtralité. Ce changement est perceptible dans des oeuvres comme Jeux (1990), Full Moon (1991) et Black & White in Colour (1993). Cependant, dans ses oeuvres plus récentes telles Corridors (1996), il reprend son ancien style. Sa compagnie se produit en tournée dans toute l'Amérique du Nord et du Sud, en Europe, en Australie, au Japon et à Singapour. En mars 1996, Desrosiers n'hésite pas à produire un spectacle pendant toute une saison au Centre O'Keefe (maintenant le Centre Hummingbird) de Toronto. Malgré son succès artistique, ce spectacle ne donne pas les résultats financiers escomptés et la compagnie de Desrosiers doit réduire considérablement ses activités pour tenter de retrouver sa rentabilité. Malgré ses programmes d'enseignement, elle perd la place qu'elle occupait sur le devant de la scène. En même temps, Desrosiers perd la cote auprès des organismes de financement public, qui considèrent un manque d'évolution artistique dans ses chorégraphies. En 1999, la compagnie cesse ses activités, mais Desrosiers continue à enseigner et accepte de nombreuses commandes chorégraphiques en tant que pigiste. En 2001, la DANNY GROSSMAN DANCE COMPANY, dont la mission comprend la préservation des oeuvres importantes de la danse moderne, a repris Bad Weather, une chorégraphie de Desrosiers datant de 1982.

En 1985, il reçoit le prix Jean A. Chalmers pour la chorégraphie.