Stelmach, Edward

Stelmach est d'abord élu à l'Assemblée législative de l'Alberta sous la bannière des Conservateurs lors des élections provinciales de 1993. Il occupe ensuite plusieurs postes gouvernementaux, comprenant ceux de whip et de whip en chef du gouvernement, avant de faire partie du Cabinet en 1997.

Edward Stelmach
Premier ministre de l'Alberta, 2006-2011 (avec la permission du Bureau du premier ministre, Gouvernement de l'Alberta).

Stelmach, Edward

Edward Michael Stelmach, homme d'affaires, agriculteur, politicien, premier ministre de l'Alberta (Lamont, Alberta, 1er mai 1951). Edward Stelmach grandit sur la ferme familiale près d'Andrew, en Alberta. Après avoir fait ses études à l'UNIVERSITÉ D'ALBERTA et avoir travaillé dans un commerce de détail pendant onze ans, Edward Stelmach retourne à la ferme pour y élever sa famille. Il se fait connaître sur la scène politique locale en tant que membre du conseil de comté, dont il est le président pendant un certain temps. À cette époque, E. Stelmach est aussi administrateur d'école et président du conseil de santé de Vegreville.

Stelmach est d'abord élu à l'Assemblée législative de l'Alberta sous la bannière des Conservateurs lors des élections provinciales de 1993. Il occupe ensuite plusieurs postes gouvernementaux, comprenant ceux de whip et de whip en chef du gouvernement, avant de faire partie du Cabinet en 1997. Au sein du Cabinet, Stelmach exerce la fonction de ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et du Développement rural, de ministre de l'Infrastructure, de ministre du Transport et de ministre des Relations intergouvernementales.

Edward Stelmach est perçu comme un homme travailleur et compétent, bien que peu charismatique. Il surprend lorsque, au printemps 2006, il annonce son intention de prendre part à la course au leadership du Parti conservateur afin de remplacer Ralph KLEIN, qui avait annoncé au printemps précédent qu'il se quittait son poste de premier ministre. À ce moment-là, plusieurs autres ministres du Cabinet et membres de l'Assemblée législative, ainsi qu'un ancien ministre très en vue du Cabinet, Jim Dinning, sont considérés comme les favoris pour occuper ce poste. Cependant, pendant le premier tour du vote au leadership conservateur tenu en novembre 2006, Stelmach termine troisième derrière Ted Morton, membre de l'Assemblée législative, et Dinning. Le vote final est tenu une semaine plus tard, soit le 2 décembre 2006. Selon le système de vote préférentiel utilisé afin de déterminer un vainqueur, Stelmach accumule 77 577 votes comparativement au total de 51 282 votes pour la deuxième place occupée par Jim Dinning. Il est donc désigné leader du Parti conservateur de l'Alberta ainsi que le premier ministre de la province.

En tant que premier ministre, Stelmach tente immédiatement de laisser sa marque au sein du gouvernement en diminuant le nombre de sièges au sein du Cabinet, qu'il fait passer de 24 à 18 postes. Pendant sa course au leadership, Stelmach a promis que les politiques d'un gouvernement dirigé par lui seraient différentes de celles instaurées par ses prédécesseurs. Plus particulièrement, il a déclaré son intention d'examiner les faibles redevances sur l'huile et l'essence de l'Alberta, d'améliorer la responsabilité du gouvernement et de s'assurer que des investissements suffisants seraient faits dans les systèmes de santé et d'éducation de l'Alberta. Cependant, leader de la province depuis quelques jours, Stelmach semble revenir sur certains de ces engagements, avançant que son gouvernement ne pourra peut-être pas dévier de la ligne tracée par Klein, qui met l'accent sur le développement énergétique, des budgets serrés et une confiance dans les entreprises privées.


Lecture supplémentaire

  • Trevor Harrison, The Return of the Trojan Horse (2005).