Eldorado Gold Mines Limited

 Eldorado Gold Mines Limited, qui devient plus tard Eldorado Mining & Refining Limited et encore plus tard Eldorado Nucléaire Limitée, est une société minière d'uranium ayant des propriétés en Saskatchewan et en Ontario. Eldorado débute en tant que mine d'or au Manitoba.

Labine, Gilbert
Gilbert Labine en compagnie de Spud Arsenault (\u00e0 gauche) examinant la pechblende au Grand lac de l'ours, en 1931 (avec la permission de la Provincial Archives of Alberta/66.122/190).

Eldorado Gold Mines Limited

Eldorado Gold Mines Limited, qui devient plus tard Eldorado Mining & Refining Limited et encore plus tard Eldorado Nucléaire Limitée, est une société minière d'uranium ayant des propriétés en Saskatchewan et en Ontario. Eldorado débute en tant que mine d'or au Manitoba. Quand elle fait faillite, ses propriétaires, les frères LABINE, prennent ce qui reste du capital et l'investissent dans un projet de prospection aux environs du Grand lac de l'Ours dans la région subarctique. En 1930, Gilbert LaBine découvre un filon de pechblende et d'argent à Port Radium (Baie Écho). Les frères y ouvrent une mine et le minerai est raffiné en radium à Port Hope, en Ontario.

La société Eldorado ne prospère pas dans le marché du radium, mais elle est sauvée d'une quasi-faillite par la soudaine remontée en importance, en 1942, de son produit résidu, l'uranium, à cause de la décision des Alliés de fabriquer une bombe atomique. En raison de son importance stratégique, l'Eldorado est achetée secrètement par le gouvernement canadien en 1942 et nationalisée en 1944. À cause de leur gestion incompétente, les frères LaBine sont remplacés par W. J. BENNETT, président choisi par C.D. Howe en 1947. Bennett transforme la société en un fournisseur extrêmement prospère de la Commission d'énergie atomique américaine. En 1948, il étend ses activités à Beaverlodge (URANIUM CITY) en Saskatchewan, où la production commence en 1953.

Eldorado fait office d'agent obligatoire de mise en marché pour toutes les entreprises privées canadiennes d'uranium durant les années 50. Avec l'effondrement du marché mondial de l'uranium en 1959, elle connaît une période difficile, surtout depuis que, en tant que société de la Couronne, elle ne peut pas être entièrement compétitive face à ses concurrents privés. Elle se redresse au moment du boom de l'uranium du milieu jusqu'à la fin des années 70, mais, quand le prix du produit descend à nouveau dans les années 80, elle est obligée de fermer sa mine de Beaverlodge et de se concentrer sur les filons de minerai plus abondants situés plus au sud en Saskatchewan.

En octobre 1988, le gouvernement fédéral commence à privatiser la société. Il fonde Eldor Inc. pour garder 38,5 p. 100 des actions de la société et vend le reste au gouvernement de la Saskatchewan. La nouvelle entité, CAMECO, commence à rationaliser ses activités et à exploiter une mine au Nebraska et une mine d'or au Kirghizistan. En février 1995, la compagnie Eldor Inc. se départit de tous ses intérêts dans Cameco, alors que la Saskatchewan garde 30 p. 100 du capital de la société. Le reste appartient à des intérêts privés. En 1994, Cameco a un chiffre d'affaires de 348 millions de dollars, un actif de 1,4 milliard de dollars et un personnel de 1200 employés. Elle fournit 10 p. 100 de l'uranium du monde occidental.