​Ève Cournoyer

​Ève Cournoyer, auteure, compositrice, interprète et technicienne de son (née le 15 mai 1969 au Québec; décédée le 12 août 2012 à Montréal).

\u00c8ve Cournoyer
\u00a9 Marie-Josée Hudon. Toutes les \u0153uvres reproduites sont la propriété de l'artiste. Reproduite avec la permission du Musée des Grands Québécois.

Ève Cournoyer, auteure, compositrice, interprète et technicienne de son (née le 15 mai 1969 au Québec; décédée le 12 août 2012 à Montréal). Elle se distingue par ses compositions toujours porteuses de sens, aux musicalités à tendance pop-rock et country.

Débuts de carrière

Née en 1969 en milieu rural, Ève Cournoyer apprend la musique dès l’âge de 5 ans grâce aux enseignements de l’une de ses tantes. Au début de son âge adulte, elle travaille comme modèle, mais elle est rapidement désenchantée par cette profession. De retour à Montréal après un voyage en Europe où elle achète sa première guitare, elle entreprend une formation en sonorisation. Elle travaille comme assistante avec Claude Champagne (technicien sonore et propriétaire d’un studio à Terrebonne) et prend alors goût pour l’enregistrement, l’arrangement et la chanson (voir Enregistrement sonore).

Féministe et forte de caractère, elle donne naissance à une petite fille qu’elle élève seule. Elle commence à composer des textes pour se distraire, lorsque l’enfant fait sagement la sieste ou est à l’école. Elle enregistre ses chansons chez elle, puis débute une collaboration avec Marc Gendron (un musicien d’expérience ayant fait partie du groupe populaire Bundock), avec qui elle donne des spectacles. Elle participe au FrancoFolies de Montréalen 1999 et lance un démo Stéréotype 1 avec l’aide de DJ Mad Max. Son premier album, intitulé Sabot-de-Vénus, voit le jour en octobre 2002 et reçoit un bel accueil tant des critiques que du public.

Projets solo et collectif

En 2004, Cournoyer enregistre la trame sonore du film Le bonheur c’est une chanson triste réalisé par François Deslisle. Cette expérience dans le domaine du 7e art n’est pas la seule, puisqu’en 2007, elle compose aussi la chanson Toi pour un autre film de ce réalisateur. Tout en poursuivant sa quête musicale, elle met au monde un deuxième album en 2005, L’écho. Elle donne ensuite de nombreux spectacles à travers le Québec et fait, à quelques reprises, la première partie du spectacle Kanasuta de Richard Desjardins dans le cadre de sa tournée en 2004 et en 2008.

Ève Cournoyer participe aussi à différents projets collectifs. En 2007, elle prend part à l’enregistrement de l’album Le Zoo, un hommage au cinéaste Jean-Claude Lauzon décédé tragiquement en 1997. L’album Rêver logique, fruit d’un collectif d’artistes pour un Québec sans pauvreté, paraît quant à lui le 10 février 2009.

En mai 2010, son album Tempête coréalisé avec Simon Dolan et mixé par Jean-Philippe Villemure, se retrouve rapidement en 2e position au palmarès de Radio-Canada. Elle y aborde des sujets qui la préoccupent comme les tempêtes intérieures, les rêves et les voyages. Dans sa pièce Sept-Îles, elle cherche à créer un dialogue avec son auditeur par sa voix apaisante qui évoque les paysages et les grands espaces québécois.

Une artiste militante

Au fil de sa brève carrière, cette chansonnière amoureuse de la langue française, écrit et produit elle-même quatre albums. Artiste engagée, elle fait référence dans ses textes à des questions qui la touchent comme l’instabilité économique, sociale et politique du Québec. Elle accorde aussi une grande importance à l’écologie, thème qu’elle traite dans sa chanson Hanna.

Le 7 août 2012, soit cinq jour avant son décès, paraît son dernier album, Le labeur d’une fleur. Dans une entrevue accordée au journal Voir Montréal, elle explique le cheminement difficile menant à sa création et la persévérance dont elle a dû faire preuve. Elle mentionne également en quoi elle a été inspirée par l’un des mouvements populaires les plus marquants de ces dernières années, la grève étudiante québécoise du printemps 2012. « Tout ce qu’on a vécu, avec notre belle fleur de lys, avec ce réveil et ce travail incroyable qui s’est fait au printemps par la population dans notre province, c’est très inspirant, c’est un peu aussi ça, le labeur de la fleur ».

Cournoyer, qui cultive la noirceur pour s’inspirer, fait une place importante dans cet album à la lumière et aux thèmes de la résilience et du bonheur. Du même souffle, elle précise qu’il « faut se battre pour le trouver, ce côté positif des choses ». Quelques jours plus tard, elle s’éteint à l’âge de 43 ans, laissant derrière elle, un public inassouvi par ses œuvres textuelles et musicales authentiques et d’une grande sensibilité.

Prix et distinctions

Prix ÉCHO de la chanson SOCAN (Dans l’bois), Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (2002).

Prix ÉCHO de la chanson SOCAN (Tout arrive), Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (2006).


Autres Québécois remarquables

Lecture supplémentaire

Liens externes