Exploration espagnole

Après la circumnavigation autour du monde de l'expédition de Magellan (1519-22), Charles V, ri d'Espagne et empereur d'Allemagne, veut trouver un passage nord-américain vers les eaux asiatiques.

Exploration espagnole

Après la circumnavigation autour du monde de l'expédition de Magellan (1519-22), Charles V, ri d'Espagne et empereur d'Allemagne, veut trouver un passage nord-américain vers les eaux asiatiques. Les renseignements que possèdent les Espagnols à propos des côtes de Terre-Neuve et du Labrador proviennent des voyages des Portugais et des pêcheurs et chasseurs de baleine BASQUES. En 1524, l'Espagne, qui avait jusque là concentré ses efforts sur l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud, envoie Estévão Gomes explorer la côte de la Nouvelle-Angleterre. Sur le Pacifique, dans les années 1540, les côtes de la Californie et de l'Oregon sont explorées à partir de ports mexicains, mais les revendications espagnoles sur tout le littoral de l'Amérique qui donne sur le Pacifique ne sont pas fondées sur leur exploration réelle. Pour ajouter à la confusion, des voyages apocryphes, tels que ceux de Juan de FUCA, de Lorenzo Ferrer MALDONADO et de Bartholomew de Fonte, font que les carthographes dessinent des passages imaginaires et des mers intérieures dans ce qui est aujourd'hui le Canada.

Dans les années 1770, des comptes rendus voulant qu'il y ait une expansion russe partant du Kamchatka vers l'Amérique du Nord forcent les Espagnols à explorer la CÔTE NORD-OUEST. Selon la structure administrative espagnole, le vice-roi du Mexique est chargé des opérations du Pacifique au nord de San Blas. En 1774, Juan PÉREZ HERNÁNDEZ navigue en direction nord à partir du Mexique et atteint les Haida Gwaii, où les HAÏDAS viennent à sa rencontre en canot pour faire du commerce. Craignant de s'échouer, Pérez ne débarque pas pour prendre possession des terres, bien qu'il jette l'ancre dans la baie de Nootka, au large de l'île de Vancouver. Les résultats non concluants incitent le vice-roi mexicain à envoyer une autre expédition. En 1775, Juan Francisco de la BODEGA Y QUADRA atteint l'Alaska avec deux navires, à une latitude d'environ 58°30' N. Il en prend possession et repère d'excellents ports sur l'île Prince de Galles. La civilisation des Amérindiens de la côte Nord-Ouest impressionne les Espagnols. Les observateurs espagnols familiers avec le Nord du Mexique et la Californie ne s'attendent pas à de telles capacités maritimes, artistiques, commerciales, architecturales et militaires.

Lorsque les nouvelles du troisième voyage dans le Pacifique de James COOK (1776-1779) atteignent Madrid, le roi Charles III d'Espagne, qui s'intéresse à l'expansion impériale et aux découvertes scientifiques, ordonne que de nouveaux efforts soient déployés pour contrer les visées étrangères. À court de navires et d'hommes, les Espagnols manquent Cook complètement. En 1779, Ignacio de Arteaga et Bodega y Quadra naviguent jusqu'à la baie Bucareli et poussent leur exploration jusqu'au détroit Cook. L'expédition produit des graphiques scientifiques et des données ethnologiques que l'Espagne ne publiera pas. Le journal de Cook deviendra le guide des futurs explorateurs et marchands dans le Pacifique Nord.

En 1788, le controversé Esteban José Martínez dirige une nouvelle expédition en Alaska et se rend vers l'Ouest jusqu'à l'île Unalaska. Il visite des postes russes et retourne au Mexique en affirmant que les commerçants russes ont l'intention d'occuper la baie de Nootka en 1789. Ne sachant pas que les commerçants de FOURRURES britanniques et américains sont actifs dans la traite des loutres le long de la côte Nord-Ouest, le vice-roi mexicain ordonne à Martínez d'occuper la baie de Nootka. L'escarmouche qui s'ensuit donne lieu à la CONTROVERSE DU DÉTROIT DE NOOTKA avec la Grande-Bretagne. En 1791, l'expédition scientifique d'Alejandro MALASPINA est détournée vers le Pacifique Nord à la recherche du PASSAGE DU NORD-OUEST. D'autres expéditions espagnoles sont envoyées à partir du Mexique et à partir de Yuquot (l'anse Friendly) sur la baie de Nootka. Bodega y Quadra et d'autres explorateurs, dont Francisco de Eliza, Jacinto Caamano, Manuel Quimper, Dionisio Alcalá-Galiano et Cayetano Valdés, explorent la côte de l'Alaska à la Californie. À la résolution définitive des questions entourant la baie de Nootka en 1795, l'Espagne se retire du Pacifique Nord. Voir aussiSUTIL ET MEXICANA.


Lecture supplémentaire

  • W. L. Cook, Flood Tide of Empire (1973); Iris H.W. Engstrand, Spanish Scientists in the New World (1981).