Lin

Le lin (Linum usitatissimum) est une plante annuelle de la famille du même nom (Linacées). Le lin est semé et récolté sensiblement de la même façon qu'une CÉRÉALE printanière et arrive à maturité en même temps que le blé.

Lin
Au Canada, on consacre plus de 750 000 hectares \u00e0 la culture du lin (illustration de Claire Tremblay).

Lin

Le lin (Linum usitatissimum) est une plante annuelle de la famille du même nom (Linacées). Le lin est semé et récolté sensiblement de la même façon qu'une CÉRÉALE printanière et arrive à maturité en même temps que le blé. Ses fleurs ont cinq pétales (habituellement bleus, mais parfois blancs) et produisent une drupe ou capsule (le fruit) contenant jusqu'à dix petites graines ovales et plates, mesurant chacune de 2 à 6 mm de diamètre. Les graines mûres contiennent 40 p. 100 d'huile et 25 p. 100 de protéines. La proportion d'acide alpha-linoléique dans l'huile est remarquable : elle dépasse souvent les 50 p. 100. L'enveloppe de la graine est généralement brune mais, chez certaines variétés, elle est jaune.

Bien que son lieu d'origine soit inconnu, le lin était cultivé dans l'Égypte antique pour les fibres de sa tige utilisées dans la fabrication des vêtements. L'huile extraite des graines (huile de lin) fut d'abord un produit secondaire tiré de la production de fibre de lin, mais, avec la révolution industrielle, elle était en forte demande comme huile siccative (peintures, aciérie, linoleum, et toiles cirée). Au XXe siècle, on cultive le lin surtout pour son huile. En Europe, une variété est destinée à l'extraction des fibres qui entrent dans la fabrication de textile et qui sert aussi à des fins industrielles comme tissus imperméables et résistants à la corrosion.

Le Canada produit le lin seulement comme PLANTE OLÉAGINEUSE à des fins industrielles. L'Ouest du pays en cultive entre 300 000 et 700 000 ha, et la majeure partie de la culture se pratique en Saskatchewan. Le rendement moyen se situe autour de 2000 kg/ha. Une certaine quantité des graines broyées est destinée à l'industrie domestique de la peinture, mais on en exporte la plus grande partie aux États-Unis, en Europe et au Japon. Le tourteau, résultant du broyage des graines, est utilisé comme supplément protéique chez les animaux. Les graines de lin entières ou broyées sont aussi utilisées dans une vaste gamme de pâtisseries. À partir de la paille de lin, on produit du papier à cigarettes parce qu'il brûle proprement et n'a pas de goût. Les fibres entrent également dans la fabrication du papier-monnaie auquel elles confèrent de la résistance.

Une nouvelle variété de lin, le solin, a été conçue pour le marché des huiles comestibles. Le solin se définit comme étant une graine de lin dont l'huile contient moins de 5 p. 100 d'acide alpha-linoléique et ressemble beaucoup à celle du tournesol. L'huile de solin (Linolamc) est légère et est tout indiquée pour la préparation de vinaigrettes, la fabrication de margarine et pour faire cuire les aliments. Au Canada, les graines de solin doivent également posséder une enveloppe jaune. Outre la composition de l'huile, toutes les autres caractéristiques du solin demeurent identiques à celles du lin traditionnel.


En savoir plus