Canola | l'Encyclopédie Canadienne

article

Canola

Le canola est un type de colza et est une innovation canadienne. Le canola se caractérise par des qualités nutritionnelles améliorées à la fois dans son huile et dans sa farine. Le Canada a produit 18,2 millions de tonnes de canola en 2022. La majorité du canola produit au Canada est exporté. Les principaux marchés importateurs sont les États-Unis, la Chine, le Japon, le Mexique, et l’Union européenne. (Voir aussi Industrie au Canada.)

Un champ de canola dans la municipalité de Lorne, au Manitoba, le 30 juillet 2020.

Histoire

Contrairement à d’autres graines et plantes, le canola et le colza n’ont pas un seul nom latin. Les plantes de canola appartiennent à la famille des Brassicaceae (Crucifères) qui comprend environ 350 genres et 3000 espèces, dont le Brassica campestris ou rapa (navet), le Brassica napus (rutabaga), le Brassica Oleracea (chou ou chou-fleur), et le Brassica juncea (moutarde). Le Brassica campestris est originaire des contreforts des montagnes himalayennes, alors que le Brassica napus est probablement originaire de la région méditerranéenne, et il est le résultat de croisements naturels entre des plantes Brassica campestris et Brassica oleracea. Les variétés de canola peuvent appartenir à Brassica rapa, Brassica napus, ou Brassica juncea.

Le colza est une source importante d’huile végétale comestible en Asie depuis presque 4000 ans, et il est utilisé comme huile à lampe et huile comestible en Europe depuis le Moyen Âge. Le colza a d’abord été cultivé au Canada durant la Deuxième Guerre mondiale comme source de lubrifiant de haute qualité pour les moteurs marins. L’huile de canola est devenue une importante source d’huile de cuisson, de margarine, de vinaigrette, et de graisse alimentaire végétale. La farine qui reste après l’extraction de l’huile est un aliment riche en protéines pour le bétail.

Les premiers avertissements concernant des problèmes potentiels avec l’acide érucique (C22:1) motivent la modification de la composition en acide gras de l’huile du colza cultivé au Canada. Le développement du canola tel qu’il est connu aujourd’hui est le résultat du travail de deux chercheurs canadiens, Baldur Rosmund Stefansson et Richard Keith Downey, qui identifient conjointement les premières plantes de colza (Brassica napus) à faible teneur en acide érucique. Le développement du premier canola à faible teneur en acide érucique et en glucosinolate, connu sous le nom de « Tower » (1974), est accompli par sélection conventionnelle, c’est-à-dire par la sélection et le croisement de graines de plantes qui contiennent une faible teneur de ces deux composants. Baldur Stefansson et Richard Downey reçoivent plusieurs prix (par exemple le Prix la Banque Royale et l’Ordre du Canada) en reconnaissance de leur contribution au développement du canola.

Aujourd’hui, presque tout le canola cultivé au Canada est tolérant aux herbicides. (Voir aussi Plantes nuisibles; Pesticides.) Il existe trois types de canola tolérant aux herbicides. Deux d’entre eux, Round-up Ready® et Liberty Link®, sont obtenus par l’insertion d’un gène et sont des organismes génétiquement modifiés (OGM). L’autre, Clearfield®, est obtenu par mutation et n’est pas un OGM.

Production

Le canola est principalement cultivé en Alberta, en Saskatchewan, et au Manitoba. Au Canada, le canola est généralement semé au printemps (en mai) et récolté entre août et septembre. Néanmoins, dans le sud de l’Ontario, le canola d’hiver peut être semé en août et récolté l’année suivante entre le début juillet et août. Les méthodes de semence et de récolte sont semblables à celles des céréales. Les graines matures contiennent en moyenne 43 % d’huile et sont revêtues d’une mince enveloppe noire, brune ou jaune.

Les graines de canola matures contiennent en moyenne 43 % d’huile, et elles sont recouvertes d’une mince enveloppe noire, brune, ou jaune.

Santé et nutrition

L’huile de canola est l’une des meilleures huiles pour la santé existant sur le marché. Elle contient en moyenne 60 % d’acide oléique (C18:1), 20 % d’acide linoléique (C18:2) et 10 % d’acide ∝-linoléique (C18:3). Cela fait de l’huile de canola une bonne source d’acide ∝-linolénique avec des proportions idéales (2 pour 1) d’oméga-6 (∞-6) et d’oméga-3 (∞-3). De plus, l’huile de canola a la plus faible teneur en acides gras saturés lorsqu’elle est comparée à d’autres gras alimentaires disponibles commercialement.

Bouteille en plastique d’huile de canola. L’huile de canola est une source d’huile à cuisson, de margarine, de vinaigrette, et de graisse alimentaire végétale.

L’industrie du canola au Canada est l’une des plus innovatrices. L’huile de canola à haute stabilité est développée en réponse à l’interdiction des acides gras trans dans les produits alimentaires. Cette nouvelle huile contient plus d’acide oléique (de 65 % à 74 % comparé à 60 %) et moins d’acide ∝-linolénique (de 2 % à 3 % comparé à 10 %) que l’huile de canola conventionnelle. L’acide ∝-linolénique est un acide gras polyinsaturé (trois doubles liaisons) qui s’oxyde très facilement dans les conditions de friture à haute température. Ceci mène à la formation de saveurs indésirables et d’acides gras trans. Cette huile à haute stabilité est principalement utilisée par l’industrie alimentaire pour la friture et elle permet de réduire ou d’éliminer les acides gras trans des aliments frits (par exemple les croustilles), faisant ainsi de ces produits un choix plus santé.

En savoir plus

Lecture supplémentaire

Liens externes