Fretin

Plusieurs espèces de Cyprinidés sont assez petites et atteignent seulement 60 mm de longueur lorsqu'elles sont adultes, par exemple le Ventre rouge du nord (Phoxinus eos).

Carpe
(illustration de Claire Tremblay)

Beaucoup de personnes utilisent le mot « fretin » pour désigner tous les petits poissons. Toutefois, les véritables fretins sont des poissons d'eau douce de petite à grande taille, de la familles des Cyprinidés, de l'ordre des Cypriniformes et de la classe des Actinoptérygiens. Avec plus de 1500 espèces (incluant entre autres les carpes, les sauvagesses, les mulets, les naseux, les chattes et les fretins proprement dits), les Cyprinidés constituent la plus grande famille de poissons. On les trouve dans le monde entier sauf en Amérique du Sud, en Australie et dans le Grand Nord. On en compte 53 espèces au Canada. Certaines ont une répartition limitée (le Méné long, Clinostomus elongatus, du bassin hydrographique du lac Ontario) et d'autres se distribuent d'un océan à l'autre. La Carpe (Cyprinus carpio) et le Carassin (Carassius auratus) sont des Cyprinidés asiatiques communs qui ont été introduits et se sont établis dans plusieurs provinces. Les fretins affectionnent les eaux des marais, des grands lacs et des rivières partout au Canada sauf sur l'île de Terre-Neuve et ils sont souvent les poissons les plus abondants, que ce soit en terme d'espèces ou d'individus.

Description

Plusieurs espèces de Cyprinidés sont assez petites et atteignent seulement 60 mm de longueur lorsqu'elles sont adultes, par exemple le Ventre rouge du nord (Phoxinus eos). La Sauvagesse du nord (Ptychocheilus oregonensis), de taille inhabituellement grande pour un Cyprinidé, peut atteindre 120 cm de longueur. Les Cyprinidés se caractérisent par leurs mâchoires sans dents, mais ils sont par contre munis de dents pharyngiennes (dans le fond de la bouche), ils présentent des nageoires à rayons mous (la Carpe et le Carassin ont des rayons rigides dans la nageoire dorsale et anale) et des écailles cycloïdes (lisses) qui leur donnent généralement un éclat argenté. Une série d'os, appelée appareil de Weber, relie la vessie natatoire à l'oreille interne. Cela les rend exceptionnellement aptes à détecter les sons et contribue certainement de façon importante à leur succès. Lorsqu'ils sont blessés, les fretins sécrètent dans l'eau une substance qui effraie les autres membres de leur espèce.

Reproduction

Les mâles reproducteurs sont parfois aussi brillamment colorés que les espèces tropicales d'aquarium, et il leur pousse parfois des tubercules ou nodules bien visibles sur la tête, les écailles et les nageoires. Pendant la saison de reproduction, quelques espèces (par exemple le Tête à taches rouges, Nocomis biguttatus) construisent des nids d'un mètre de diamètre en empilant des cailloux avec leur bouche.

Régime alimentaire
Le régime alimentaire varie selon l'espèce. Le Bouche coupante (Acrocheilus alutaceus) de la Colombie-Britannique a une mâchoire inférieure dont la bordure est comme un ciseau et il l'utilise pour gratter les algues sur les roches. Des espèces avec de long intestins enroulés se nourrissent d'algues et de vase dans le fond. Celles qui ont des intestins courts mangent des insectes, des crustacés et des mollusques. La Sauvagesse du nord chasse les autres poissons.

Importance biologique
Les fretins ne sont pas considérés comme bons à manger, mais quelques-uns sont assez grands pour intéresser les pêcheurs à la ligne. Ils sont une importante source de nourriture pour des espèces de poissons plus recherchées et sont utilisés comme appât. Certaines espèces comme le Petit-bec (Notropis emiliae) sont sensibles à l'urbanisation et à l'agriculture qui augmentent la charge sédimentaire des cours d'eau. L'abondance et la distribution de telles espèces sert d'indicateur des conditions environnementales.


En savoir plus

Liens externes