Frontière historique du Niagara

Sur la rive ouest (canadienne), en face du fort Niagara, se trouvent le FORT GEORGE et le FORT MISSISSAUGA ainsi que les casernes de Butler, qui relèvent tous du SERVICE CANADIEN DES PARCS.

Frontière historique du Niagara

Région parsemée de LIEUX HISTORIQUES et de cairns, la frontière historique du Niagara longe les deux côtés de la rivière Niagara entre les lacs Ontario et Érié sur environ 50 km. Cette région a d'abord été habitée par divers peuples de culture iroquoienne ou algonquienne. Les Français sont arrivés vers la fin du XVIIe siècle, et il reste des traces de leur présence au FORT NIAGARA (près de Youngstown, NY), qui a capitulé en juillet 1759 devant les troupes britanniques et coloniales. Pendant la GUERRE DE L'INDÉPENDANCE AMÉRICAINE et la GUERRE DE 1812, le fort Niagara a été le théâtre d'une activité militaire considérable et, le 19 décembre 1813, il a été pris par les forces britanniques et canadiennes (voirPRISE DU FORT NIAGARA).

Sur la rive ouest (canadienne), en face du fort Niagara, se trouvent le FORT GEORGE et le FORT MISSISSAUGA ainsi que les casernes de Butler, qui relèvent tous du SERVICE CANADIEN DES PARCS. En 1796, les Britanniques abandonnent le fort Niagara aux Américains en vertu du TRAITÉ JAY et construisent le fort George pour le remplacer. Le fort George sert de quartier général à la division centrale de l'armée britannique pendant la guerre de 1812, mais sa proximité de la côte américaine le rend vulnérable au feu des canons ennemis. Il est détruit par les canons américains le 25 mai 1813, et pris deux jours plus tard. Le fort Mississauga et les casernes de Butler sont construits au cours de la dernière année de la guerre pour le remplacer. Le fort George reconstruit est maintenant un lieu historique vivant. La tour et les terrassements étoilés du fort Mississauga ainsi que 4 bâtiments des casernes de Butler, construits entre 1817 et 1839, ont survécu et sont préservés comme lieux historiques nationaux.

Des champs de bataille comme ceux de QUEENSTON HEIGHTS, STONEY CREEK et LUNDY'S LANE rappellent les événements de la guerre de 1812 et la vie des gens de l'époque. Le FORT ERIE, construit en 1764, relève maintenant de la Commission des parcs du Niagara; il a connu une activité intense depuis l'époque de PONTIAC à celle de la Confédération.


Lecture supplémentaire

  • Carl Benn, The War of 1812 (1991); E.A. Cruikshank, The Documentary History of the Campaigns on the Niagara Frontier, 1812-1814, 8 vols (1902-08); Ronald J. Dale, The Invasion of Canada: Battles of the War of 1812 (2001); Robert Higgins, The Niagara Frontier: Its Place in United States and Canadian History (1996); J. Mackay Hitsman and Donald E. Graves, The Incredible War of 1812 (1999); John N. Jackson, The Mighty Niagara: One River, Two Frontiers (2003); Robert Malcomson, A Very Brilliant Affair: The Battle of Queenston Heights, 1812 (2003)