Gerald Potterton

Gerald Potterton, réalisateur, producteur, animateur-graphiste (Londres, R.-U., 8 mars 1931). Gerald Potterton reçoit une formation au Hammersmith School of Art, à Londres, avant de servir dans la Royal Air Force.

Gerald Potterton

Gerald Potterton, réalisateur, producteur, animateur-graphiste (Londres, R.-U., 8 mars 1931). Gerald Potterton reçoit une formation au Hammersmith School of Art, à Londres, avant de servir dans la Royal Air Force. Une fois son temps de service terminé, il travaille pendant deux ans à l'adaptation animée de The Animal Farm (trad. La Ferme des animaux) de George Orwell, pour le compte d'une entreprise britannique (1954). À son arrivée au Canada en 1954, il est une des figures de proue de la vague de cinéma d'animation qui envahit l'OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA (ONF) au début des années 1960.

En 1955, Gerald Potterton collabore avec Grant Munro pour l'écriture et l'animation de son premier film pour l'ONF, Huff and Puff Hors-d'œuvre(1955). (1960), son premier film en tant que réalisateur, consiste en une sélection de dessins animés coréalisés avec Arthur LIPSETT, Kaj Pindal, Derek Lamb et Robert Verrall. Potterton est en nomination aux Oscars à deux reprises, d'abord pour My Financial Career (1962; v.f. Ma carrière financière), réalisé et animé avec Munro, et ensuite pour Christmas Cracker (1963; Caprice de Noël), réalisé avec Norman MCLAREN et Jeff Hale. Il dirige Buster Keaton dans The Railrodder (1965), l'un des films les plus populaires de l'ONF. Y faisant l'une de ses dernières apparitions au grand écran, le grand comique du cinéma muet au chapeau canotier traverse, sans dire un seul mot, le Canada d'un océan à l'autre à bord d'une draisine, petit véhicule de maintenance ferroviaire. Une fois arrivé sur la côte du Pacifique, il fait demi-tour pour regagner la côte Est. En 1965, le film reçoit une mention d'honneur au Festival international du film de Berlin. Gerald Potterton ainsi que l'équipe de l'ONF ayant tourné le film apparaissent ensuite dans Buster Keaton Rides Again (v.f. Avec Buster Keaton), un divertissant documentaire sur le tournage du film The Railrodder.

Gerald Potterton quitte peu après l'ONF et retourne en Angleterre pour travailler au film d'animation emblématique des années 1960, Yellow Submarine (1968), portant sur les Beatles et réalisé par George Dunning. Pendant son séjour en Angleterre, il collabore avec le dramaturge Harold Pinter dans Pinter People (1968), émission spéciale d'une heure où se mêlent interviews de Pinter et interprétations animées de son oeuvre.

De retour au Canada, il fonde, en 1968, les Gerald Potterton Productions et se lance dans une ambitieuse production privée de courts et longs métrages d'animation et de films de fiction en prises de vues réelles. Parmi ceux-ci, une interprétation animée d'une nouvelle d'Oscar Wilde, The Selfish Giant (1971), en nomination aux Oscars dans la catégorie courts métrages d'animation, Fleur Bleue (1971) de Larry KENT, The Happy Prince (1974) de Michael Mills et The Little Mermaid (1975; v.f. La Petite Sirène). Il dirige en outre Donald Pleasance et Kate REID dans The Rainbow Boys (1973), une comédie-aventure en scènes réelles, et produit A Child Under a Leaf (1973) de George Bloomfield, mettant en vedette Dyan Cannon et Al WAXMAN. En 1974, Potterton Productions ferme ses portes.

Gerald Potterton collabore (sans figurer au générique) à Raggedy Ann & Andy: A Musical Adventure (1977), un film de Richard Williams, et supervise Heavy Metal (1981; v.f. Métal Hurlant), un long métrage d'animation interdit aux mineurs, pour le producteur Ivan REITMAN. Le film remporte deux PRIX GÉNIE et le GOLDEN REEL AWARD du film canadien ayant rapporté le plus d'argent en 1981. Inspiré des histoires et des dessins originaux du magazine français de bande dessinée de science-fiction et de fantaisie du même nom, Métal Hurlant met en valeur les voix de grands talents tels que Jackie BURROUGHS, John CANDY, Joe FLAHERTY, Don FRANCKS, Eugen LEVY, John VERNON et Al Waxman. Métal Hurlant est constitué de six courts métrages animés par des centaines d'artistes sur deux continents, supervisés par Potterton. Avec un graphisme à fort caractère sexuel, très violent, mêlé d'horreur et d'humour vulgaire, il n'en demeure pas moins un film culte.

En 1993, Gerald Potterton fait un retour à l'ONF pour réaliser The Awful Fate of Melpomenus Jones. En 1985, la maison d'animation Cinar de Montréal l'engage pour adapter une version anglaise d'une série japonaise en 52 épisodes inspirée des livres d'Oz, de L. Frank Baum. En 1987, la série est reformatée pour la vidéo (et plus tard, la DVD) en Amérique du Nord sous forme de 4 films autonomes : The Wonderful World of OZ, The Marvelous Land of Oz, Ozma of Oz et The Emerald City of Oz.