Grand Réveil

Mouvement de renouveau religieux et de piétisme évangélique, le Grand Réveil, établi en Nouvelle-Angleterre, est introduit en Nouvelle-Écosse en 1775 lorsque Henry ALLINE décide d'y prêcher. Le mouvement se développe ensuite partout dans les Maritimes.

Grand Réveil

Mouvement de renouveau religieux et de piétisme évangélique, le Grand Réveil, établi en Nouvelle-Angleterre, est introduit en Nouvelle-Écosse en 1775 lorsque Henry ALLINE décide d'y prêcher. Le mouvement se développe ensuite partout dans les Maritimes. Les courants religieux qui l'inspirent sont internationaux et existent alors depuis au moins un siècle. Le piétisme évangélique prend naissance chez les LUTHÉRIENS d'Allemagne vers la fin du XVIIe siècle, gagne l'Angleterre où il influe sur l'essor du MÉTHODISME et contribue à allumer une grande ferveur religieuse dans les colonies américaines de 1720 à 1745. La Nouvelle-Angleterre est le centre du mouvement de réveil américain, et c'est de là que viennent la plupart des premiers colons britanniques de la Nouvelle-Écosse. Ainsi sont introduites dans les Maritimes les croyances et les expériences qui sont courantes dans les milieux piétistes et le mouvement de réveil. Toutefois, le Réveil canadien est également une expression adaptée à des conditions locales particulières. Dans leurs colonies clairsemées dans une région non défrichée, les gens des Maritimes frisent le désastre économique et, quand éclate la guerre de l'Indépendance américaine (que les colons isolés ne comprennent pas vraiment), ils vivent une crise d'identité qu'un mouvement insistant sur le salut personnel peut atténuer, sinon résoudre.

D'autres se joignent bientôt à Alline. Certains, comme John Payzant, sont convertis par la prédication d'Alline, mais d'autres, comme William BLACK et ses collègues méthodistes, semblent avoir évolué dans le même sens indépendamment du mouvement d'Alline (appelé New Light). Alline et ses disciples immédiats acceptent le baptême des nouveau-nés mais, par la suite, beaucoup rejettent cette idée, qu'ils jugent incompatible avec l'expérience de crise et de conversion qui accompagne une nouvelle naissance spirituelle. Dans les années 1790, une fois que le mouvement parti de la Nouvelle-Écosse se répand au Nouveau-Brunswick, à l'Île-du-Prince-Édouard et même aux États-Unis, la concurrence s'installe surtout entre les méthodistes et les BAPTISTES. Le Grand Réveil contribue à la fragmentation religieuse dans les Maritimes et à la formation d'une tendance en faveur des Églises évangéliques (voir MOUVEMENTS ÉVANGÉLIQUE ET FONDAMENTALISTE) qui est encore aujourd'hui un trait caractéristique de la région. Le Réveil ne disparaît jamais vraiment, mais il a ses hauts et ses bas pendant une grande partie du XIXe siècle à mesure que la région est colonisée.