Hache de bûcheron

   Deux types de haches étaient employées au début du XIXe siècle dans l'industrie forestière de l'Est. La plus commune avait un seul tranchant en forme d'éventail, une tête étroite pesant entre 1,5 et 2,5 kg, et un manche en érable ou en caryer.

Équarrissage d
Bûcherons équarissant un pin à Jocko River, Ontario, 1890 (avec la permission des Public Archives of Ontario).

Hache de bûcheron

   Deux types de haches étaient employées au début du XIXe siècle dans l'industrie forestière de l'Est. La plus commune avait un seul tranchant en forme d'éventail, une tête étroite pesant entre 1,5 et 2,5 kg, et un manche en érable ou en caryer. On l'utilisait pour abattre, entailler, et ébrancher les arbres tombés. La doloire ou épaule de mouton, grande et caractéristique, était employée pour tailler des mâts et équarrir le bois. Sa lame biseautée de 5 kg et de 25 cm de large ressemblait à un large ciseau à bois. L'équarrisseur coupait diagonalement en travers du grain de la bille de bois grossièrement équarrie pour laisser une surface lisse et égale. Sur la côte ouest, de plus grandes haches à double tranchant étaient employées, leur petite lames de 25 cm et leurs long manches étant conçus pour abattre les énormes arbres de la côte du Pacifique. Dans les exploitations de bois à pâte de l'Est, on se servait plutôt de plus petites haches à double tranchant; elles étaient aussi plus courantes dans le commerce du bois carré : un tranchant servait à abattre les arbres et l'autre, à pour enlever les souches et les racines sur les chemins de débardage en rondins. À la fin du XIXe siècle, la scie à tronçonner a remplacé la hache pour abattre les arbres.