Herbe à puce

Ces plantes se multiplient au moyen de graines ou de tiges souterraines. La plupart des espèces sont des arbrisseaux (de 0,5 à un mètre de haut). D'autres espèces sont des vignes soutenues par des racines aériennes et atteignent 15 m ou plus de long.

Herbe \u00e0 puce
Le contact avec une partie quelconque de cette plante, quelle que soit la saison, provoque une dermite (illustration de Claire Tremblay).

Herbe à puce

 L'herbe à puce ou sumac vénéneux (Toxicodendron) est un arbrisseau vivace de la famille de l'anacardier (Anacardiacées), apparenté au SUMAC, et parfois classé avec lui dans le genre Rhus. Le nom commun désigne couramment le T. rydbergii, que l'on trouve depuis le sud de la Colombie-Britannique jusqu'aux provinces de l'Atlantique, mais désigne aussi le T. radicans (sous-espèce radicans) que l'on trouve dans le sud de la Nouvelle-Écosse et le T. radicans (sous-espèce negundo) dans le sud de l'Ontario.

Ces plantes se multiplient au moyen de graines ou de tiges souterraines. La plupart des espèces sont des arbrisseaux (de 0,5 à un mètre de haut). D'autres espèces sont des vignes soutenues par des racines aériennes et atteignent 15 m ou plus de long. On appelle parfois les formes arbustives, chêne vénéneux. Leurs feuilles brillantes, trifoliolées, sont parfois concaves, entières ou crénelées, ou irrégulièrement dentelées. Leurs fruits d'un jaune verdâtre virent au blanc et restent sur les plantes durant tout l'hiver. Chaque fruit contient une graine. L'herbe à puce croît dans divers types de sols (sols sablonneux ou graveleux, dunes ou talus), mais la plante croît plus facilement dans les sols calcaires.

Propriétés toxiques
L'herbe à puce est une PLANTE VÉNÉNEUSE. À tout moment de l'année (surtout au printemps et en été), le contact avec n'importe quelle partie de la plante ainsi que la fumée qui s'échappe d'un feu alimenté par cette plante peuvent provoquer des dermatites. L'agent allergène présent dans la plante s'appelle l'urushiol. Des cloques apparaissent et du liquide s'écoule si on les perce. Le nettoyage avec un savon très fort atténue l'effet de la plante. Le jus de l'impatiente du Cap (Impatiens capensis) est aussi censé être efficace.

Voir aussiPLANTES, UTILISATION PAR LES AUTOCHTONES DES.


En savoir plus