Hurons-Wendat de Wendake

Au moment de la destruction de la Huronie par les Iroquois, en 1649-1650, environ 500 Hurons quittent la baie Géorgienne pour chercher refuge à proximité des Français, dans la région de Québec.

Hurons-Wendat de Wendake

Au moment de la destruction de la Huronie par les Iroquois, en 1649-1650, environ 500 Hurons quittent la baie Géorgienne pour chercher refuge à proximité des Français, dans la région de Québec. Ces Hurons, qui se convertissent rapidement au catholicisme, s'installent d'abord sur l'île d'Orléans (1650-1656); ils déplacent ensuite leur village à plusieurs reprises, avant de s'établir définitivement à quelques kilomètres au nord de Québec, à la Jeune-Lorette (aujourd'hui Wendake), en 1697. Dans les décennies qui suivent, la population huronne décline lentement. Elle atteint son plus bas niveau en 1760, soit une centaine de personnes, avant de remonter progressivement, pour se situer à environ 300 personnes au milieu du xixe siècle. Membres des Sept-Nations du Canada, les Hurons sont les alliés des Français jusqu'en 1760, puis des Britanniques; en raison de leur petit nombre, ils ne jouent cependant qu'un rôle modeste dans les conflits nord-américains.

Après leur installation dans la région de Québec, les Hurons vont progressivement accorder plus d'importance à la chasse pour assurer leur subsistance. Cela se fait au détriment de la culture du mas qui, au xixe siècle, n'occupe plus qu'une place marginale dans leur mode de vie. Les territoires de chasse des Hurons se trouvent au nord du Saint-Laurent, entre le Saguenay et le Saint-Maurice. Dans la seconde moitié du xixe siècle, plusieurs facteurs forcent toutefois les Hurons à délaisser rapidement leurs activités traditionnelles de chasse (ouverture de nouvelles régions à la colonisation; formation de nombreux clubs privés de chasse et de pêche; création du Parc des Laurentides...). La fabrication et la vente d'objets artisanaux (raquettes, paniers, canots, etc.) occupent, à partir de ce moment, une place prépondérante dans l'économie des Hurons. Wendake figure aujourd'hui parmi les communautés autochtones les plus urbanisées et les plus prospères du Québec. En 1997, la nation huronne-wendat comptait près de 2800 membres.


Liens externes