William Ian deWitt Hutt

Hutt se joint au FESTIVAL DE STRATFORD pour sa saison inaugurale, en 1953, et est le premier récipiendaire du Tyrone GUTHRIE l'été suivant.

William Ian deWitt Hutt, acteur et metteur en scène (Toronto, 2 mai 1920 - Stratford, Ontario, 27 juin 2007). William Hutt entreprend sa carrière d'acteur lorsqu'il fréquente les collèges Vaughan Road et North Toronto, mais s'enrôle dans l'armée avant même de terminer son cours secondaire. Pendant la SECONDE GUERRE MONDIALE, Hutt sert cinq années dans la 7e unité de la Canadian Light Field Ambulance. Son service durant la campagne d'Italie lui vaut la Médaille militaire de Bravoure sur le champ de bataille en 1944. Après son séjour au Hart House Theatre et au Trinity College de l'Université de Toronto, il fait ses débuts professionnels en 1948 dans le cadre d'un théâtre d'été. Il devient codirecteur du Canadian Repertory Theatre, à Ottawa, pour lequel il interprète les rôles principaux (1951-1952).

Hutt se joint au FESTIVAL DE STRATFORD pour sa saison inaugurale, en 1953, et est le premier récipiendaire du Tyrone GUTHRIE l'été suivant. Depuis, il participe presque continuellement aux activités du Festival comme acteur, metteur en scène et assistant à la mise en scène avec la troupe de Stratford au Edinburgh Festival (1956), à Chichester (1964), partout en Europe, en Russie (1973) ainsi qu'en Australie (1974). Il est le premier acteur de Stratford à diriger le festival et ses huit productions comprennent des défis tels que Waiting for Godot (1968), As You Like It (1972) et Saint Joan, de Bernard Shaw (1975). Cependant, on le connaît davantage à titre du plus important acteur classique canadien.

Hutt possède une versatilité prodigieuse, avec sa voix superbe, un rythme impeccable et un sens du ridicule inné qui compense son urbanité. Il interprète presque tous les grands personnages du répertoire shakespearien, entre autres, le Roi Lear et Prosperos, tous deux à quatre reprises, de même que les rôles-titres dans des chefs-d'oeuvre classiques comme Volpone, Tartuffe, The Imaginary Invalid (v.f. Le malade imaginaire), Richard II et Uncle Vanya (v.f. Oncle Vanya), pour n'en nommer que quelques-uns. En 1975, son interprétation époustouflante du personnage comique de lady Bracknell, dans The Importance of Being Earnest, laisse le public de Stratford abasourdi.

Hutt est polyvalent et productif dans le monde du théâtre. Dans les années 1950 et 1960, il effectue des tournées nord-américaines avec le Canadian Players. Il joue aussi un certain temps dans Sail Away de Noël Coward. En Angleterre, il joue au Bristol Old Vic (1959) et dans le West End londonien où il a un rôle dans Waiting in the Wings (1960) de Coward. Il interprète le rôle du Tsar Nicholas II dans le film The Fixer (1967) produit par MGM et celui de César dans la pièce Caesar and Cleopatra (1969) de Shaw, présentée au Thorndike Theatre, dans le Surrey. Il joue à New York dans Tamburlaine, d'après une mise en scène de Stratford (1956), ainsi que dans Tiny Alice d'Edward Albee (1964) et au Lincoln Center, où il interprète le rôle de Warwick dans Saint Joan (1968).

Nommé assistant à la mise en scène à Stratford en 1969 et en 1970, il présente 10 œuvres comme Waiting for Godot (1968), A Month in the Country (1973) et Saint Joan (1975). De 1976 à 1979, il occupe le poste de directeur artistique du Theatre London (Ontario) et supervise les travaux de reconstruction du GRAND THÉÂTRE. Au début des années 1980, il interprète des rôles titres pour la Grand Theatre Company de Robin PHILLIPS à Londres, notamment Timon of Athens, Claudius dans Hamlet et Abby Brewster dans Arsenic and Old Lace. Au VANCOUVER PLAYHOUSE, on lui confie le rôle principal dans des pièces comme The Dresser (1982), le spectacle solo Darrow (1985) et Masterclass (1987). Il joue aussi le rôle de sir Thomas More dans A Man For All Seasons (1984), rôle qu'il interprète de nouveau à Stratford et au CENTRE NATIONAL DES ARTS à Ottawa, en 1986. De 1989 à 1992, il participe au SHAW FESTIVAL et se distingue principalement dans The Waltz of the Toreadors et Trelawny of the 'Wells'. Lorsque Martha HENRY assume la direction du Grand Théâtre, Hutt y est invité à jouer dans The Man Who Came to Dinner (1988), Road to Mecca (1990), The Dining Room (1992) et The Stillborn Lover (1993) de Timothy FINDLEY, une pièce dramatique écrite spécialement pour Henry et Hutt. Ces derniers jouent de nouveau ensemble à Stratford en 1995, dans la mise en scène de Findley - un présent du Festival à Hutt pour souligner son 75e anniversaire.

En 1997, Hutt est chaleureusement acclamé pour sa prestation dans le rôle de James Tyrone dans l'adaptation du film Long Day's Journey Into Night d'Eugene O'Neill et remporte un PRIX GÉNIE. En 1998, il participe aux festivités qui soulignent la 45e saison du Festival de Stratford à New York, en interprétant le rôle de Leonato dans Much Ado About Nothing et le rôle-titre dans The Miser (L'avare), de Molière. En 2000, il met en scène Oscar Remembered de Maxim Mazumdar pour la troupe de Stratford, au théâtre Tom PATTERSON. En 2001, Hutt tient le rôle secondaire du roi de France dans All's Well That Ends Well. Par la suite, à Toronto, Albert SCHULTZ le convainc de se joindre au THÉÂTRE SOULPEPPER, d'abord dans le rôle de Spooner dans No Man's Land (2003) de Harold Pinter, puis dans celui de Vladimir dans Waiting for Godot (2004).

Hutt reçoit de nombreux prix et distinctions. On lui décerne la Médaille du Centenaire en 1967 et il est nommé Compagnon de l'ORDRE DU CANADA en 1969. En 1975, il remporte un Prix ACTRA et un autre prix au Palmarès du Film canadien pour son interprétation de sir John A. Macdonald dans la version adaptée pour la télévision de The National Dream (v.f. Le Grand Défi) de Pierre BERTON. En 1992, il reçoit l'ORDRE DE L'ONTARIO et le premier prix d'excellence du Gouverneur général pour l'ensemble de son oeuvre au théâtre canadien. Il possède des doctorats honorifiques des universités de Guelph, Western Ontario, Ottawa et McMaster. En 1996, il reçoit le Britain's Sam Wannamaker Award pour sa contribution remarquable au monde du théâtre élisabéthain et jacobéen. En 1997, la chaîne anglophone de la SRC lui rend hommage en présentant à la télévision William Hutt : A Fortunate Man, d'Harry Rasky. En 2000, la ville de Stratford donne son nom à l'ancien Waterloo Bridge non loin de sa maison, pour souligner son 80e anniversaire de naissance.

En 2005, Richard MONETTE le réinvite à Stratford pour sa quatrième et dernière interprétation de Prospero dans The Tempest. Sans compter son rôle d'acteur vieillissant drogué dans la série Slings and Arrows, cet engagement à Stratford, immortalisé pour tous les spectateurs par son dernier salut au public, est la performance d'adieux de Hutt. Une photographie commémorative de ce moment est reproduite sur le programme de ses funérailles. Pour citer Robin Phillips à cette occasion, « Bill Hutt fut le premier grand acteur classique du Canada ».

Bibliographie

Keith Garebian, William Hutt : A Theatre Portrait (1988); Keith Garebian, ed, William Hutt : Masks and Faces (1995).


Lecture supplémentaire

  • Keith Garebian, William Hutt: A Theatre Portrait (1988); Keith Garebian, ed, William Hutt: Masks and Faces (1995).