Patinage sur glace

Au Canada, selon la légende, les Iroquois se seraient adonnés au patinage chaussés de mocassins auxquels ils auraient fixé des tibias d'animaux à l'aide de lanières de cuir. Les explorateurs français auraient patiné en Acadie dès 1604.

Bal de neige
En hiver, la Commission de la capitale nationale offre au public la plus longue patinoire au monde, le long du canal Rideau. Le Ch\u00e2teau Laurier appara\u00eet en arri\u00e8re-plan (Corel Professional Photos).

Le patinage sur glace nous vient probablement de la Scandinavie où, il y a plus de 2000 ans, il servait de moyen de déplacement. Au Moyen Âge, on le pratique aussi sur les canaux en Hollande et, au XVIIe siècle, il serait apparu en Angleterre. Les premiers patins sont fabriqués à partir d'os (tibias ou côtes) d'élan, de renne ou d'autres animaux. D'ailleurs, le mot « patin » viendrait de « patte ». Au XVIIIe siècle, le patinage est un passe-temps social et récréatif en France de même qu'en Grande-Bretagne. Le premier club de patinage voit le jour à Édimbourg, en 1742.

Au Canada, selon la légende, les Iroquois se seraient adonnés au patinage chaussés de mocassins auxquels ils auraient fixé des tibias d'animaux à l'aide de lanières de cuir. Les explorateurs français auraient patiné en Acadie dès 1604. En tant que sport, le patinage sur glace arrive au Canada dans les années 1840 avec les officiers de l'armée britannique, et gagne très vite la faveur populaire. On estime qu'il convient parfaitement à la gent féminine, si bien qu'il devient une activité sociale importante.

Dans le monde, le Canada fait figure de pionnier en ce qui a trait à l'aménagement de patinoires. La première patinoire extérieure exploitée commercialement voit le jour à Montréal en 1850, et la première patinoire recouverte au monde est construite à Québec, en 1852. Les patinoires sont de glace naturelle et de grands abris protègent les patineurs du vent et de la neige. La plus célèbre, la patinoire Victoria, est construite à Montréal en 1862 et s'avère la plus grande au monde à cette époque. C'est d'ailleurs à partir de cette patinoire que le hockey sur glace va établir les dimensions de son aire de jeu. Durant l'hiver 1911-1912, les premières patinoires de glace artificielle font leur apparition à Victoria et à Vancouver. On en trouve aujourd'hui dans la plupart des grandes agglomérations, bien que les Canadiens prennent toujours du plaisir à patiner sur un lac, un étang ou une rivière gelés. L'art de patiner est fondamental en ce qui a trait au hockey. Toutefois, le patinage sur glace comporte également d'autres formes de compétition parmi lesquelles le patinage artistique, le patinage de vitesse et la danse sur glace.

Le patin subit plusieurs modifications au fil du temps avant d'en arriver aux lames d'acier ou de type tubulaire que l'on connaît aujourd'hui. Les lames faites entièrement de fer apparaissent au XVIIe siècle, et les lames d'acier vissées et agrafées aux chaussures sont fabriquées dans les années 1850. En 1861, John Forbes de Dartmouth (Nouvelle-Écosse) invente la première lame à ressort, qui s'ajuste à l'aide d'un simple levier et ne nécessite ni vis ni plaques de métal. On la remplacera par une lame attachée de façon permanente à la bottine. En 1887, l'Association de patinage amateur du Canada voit le jour à Montréal et regroupe le patinage artistique et le patinage de vitesse. En 1939, les patineurs de patinage artistique forment l'Association canadienne de patinage artistique (ACPA).


Lecture supplémentaire

  • Nigel Brown, Ice Skating: A History (1959).